AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Theodore Nott - Version 2.0

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Theodore Nott

avatar

Nombre de messages : 400
Année d'étude : 6ème année
Baguette : Bois de Pommier, 25,5 cm, Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Theodore Nott - Version 2.0   Mar 18 Aoû 2009 - 17:22

Bon, ben voilà ma nouvelle fiche. Vu qu’elle est plus longue que la première, j’ai préféré en poster une nouvelle plutôt que d’éditer l’autre. Donc si un admin le veut bien, il peut supprimer l’ancienne fiche =D

    1 - carte d'identité

      NOM : Nott
      PRÉNOM(S) : Theodore
      AGE/ANNEE : 16 ans – Sixième Année

    2 - psychologie

      CARACTERE : A première vue, Theodore n’est pas celui qu’il paraît être. En effet, il semble être quelqu’un d’ouvert et de sympathique alors que la vérité est toute autre. Un proverbe dit qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Il n’a jamais été plus vrai qu’avec Theodore Nott.

      Élevé dans un environnement sympathisant de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, il en a développé certains traits de caractères inhérents. Ainsi, bien que sa famille n’affiche pas une imposante fortune, il n’en reste pas moins fier de ses origines de Sang-Pur remontant à de nombreuses générations en arrière. C’est là un aspect de la noblesse des Sorciers bien plus important à ses yeux que d’innombrables richesses, aussi rares soient-elles. L’argent n’a jamais fait un bon sorcier tandis que la lignée, si. On comprendra donc facilement qu’il ne se mêle guère aux élèves appartenant à cette classe précise de Sorciers, préférant de loin la compagnie des descendants d’ancestrales et prestigieuses lignées. Du moins, c’est ce que l’on aurait pu dire s’il n’y avait pas un petit détail pour troubler le tableau. Aussi pur que puisse être le sang d’un Sorcier, il n’en deviendra pas un compagnon privilégié pour Theodore. En effet, la manière dont il a été élevé a fait de lui quelqu’un de solitaire, capable de se débrouiller seul et sans la moindre compagnie. Compagnie, qu’au contraire de bon nombre d’étudiants, il ne cherche nullement. L’envie de se joindre à une bande, aussi réputé que puisse être son leader, ne l’a jamais effleuré. Ce genre de réputation n’est pas ce qui peut l’intéresser.

      Beaucoup de sorciers oublient trop souvent que si l’on va dans la Noble Maison de Salazar Serpentard, c’est que le Choixpeau Magique nous en a jugé digne, notamment parce que l’on présente les qualités jugées importantes par le fondateur de la Maison, à savoir l’ingéniosité et la détermination. Il n’est nullement dit qu’il faut faire preuve de méchanceté ou d’un quelconque autre défaut de ce genre. Ainsi, même si certains représentants de cette Noble Maison partagent un même point de vue au sujet de la pureté du Sang, ça ne les empêche pas d’être comme les autres élèves. Malheureusement, les clichés souvent mis en place par certains membres des autres maisons ont la vie dure et c’est pourquoi on se méfiera toujours d’un Serpentard, aussi sincère qu’il puisse en avoir l’air.

      Toutefois, il faut faire attention à ne pas voir Theodore comme un véritable asocial. Il peut se montrer sympathique avec une personne qu’il juge mériter son intérêt et avoir avec elle de véritables conversations constructives, comme il est capable de se lier d’amitié – sans toutefois passer cette amitié au premier plan au point de passer la totalité de son temps avec ces-dits amis.

      Il ne faudra pas chercher loin pour comprendre qu’une telle attitude a des origines profondément ancrés dans la réalité. Il sera toutefois beaucoup plus difficile, voire même impossible, de faire avouer ces raisons à Theodore. Les seuls à même de le comprendre peuvent sans doute être les autres fils de Mangemorts, ceux qui ont vécu la même chose que lui, dans d’autres mesures. La solitude est un moyen efficace de se protéger du monde, d’éviter d’être touché par des réalités contre lesquelles on ne peut rien faire. Mais toute carapace à ses faiblesses et quelqu’un de persévérant est capable de les trouver...

      C’est ce qui se produisit plusieurs fois depuis que Theodore était entré à Poudlard. Son père ne l’acceptant pas, il n’avait jusque là jamais montré ses sentiments ni fait étalage de ses pensées. Il fallait de toute façon avouer que depuis la mort de sa mère, il n’avait plus réellement eu envie de rire ou de se montrer joyeux, ce qui convenait parfaitement à son Mangemort de père. Néanmoins, c’est à Poudlard qu’il avait fini par découvrir l’amitié et même dans une certaine mesure, l’amour. Il était encore difficile pour lui de se faire à ces sentiments nouveaux, mais il savait qu’il ne voulait plus vivre sans. Il avait ouvert les yeux et avait fini par comprendre que de tous les enseignements de son père, très peu étaient encore valable dans le Monde Sorcier d’aujourd’hui…

    3 - biographie

      PASSÉ :

      Chapitre I – Enfance Joyeuse et Perte Douloureuse

      Theodore est né dans une famille de sorciers de Sang-Pur totalement dévouée au Lord Noir voilà seize ans. Ces temps étaient troublés, même une fois que Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom eut disparu et ils n'étaient donc pas simple d’y élever un enfant. Son père, l’un des premiers Mangemorts, était déjà bien âgé et n’accordait que peu d’intérêt à l’éducation de son fils, cette charge étant d’office dévolue à sa femme. Cela ne la dérangeait pas, c’était même tout le contraire. De nature enjouée, elle prenait son rôle d’épouse et de mère au foyer très à cœur. Malgré la différence d’âge qui existait entre elle et son mari, à aucun moment de sa vie conjugale elle n’avait montré que cela la dérangeait. Sans doute était-ce en raison de son fils, le jeune enfant représentant un véritable rayon de soleil dans sa vie.

      Des rares souvenirs que Theodore conserve de sa mère, il n’en a que des plaisants. Il se souvient par exemple des histoires de fées qu’elle lui racontait le soir, au lit, avant qu’il ne s’endorme. Souvent, il s’imaginait devenir l’ami de ces créatures, rêve qu’il nourrissait en raison du peu de contact qu’il avait avec d’autres enfants. Heureusement pour lui, sa très chère maman faisait tout pour le divertir et l’éloigner de la dureté dont faisait preuve son père, Allister Nott.

      Malheureusement, il est des événements contre lesquels on ne peut rien. La disparition d’un être cher est l’un d’entre eux... Alors qu’il était âgé de huit ans, Theodore eut à vivre une très désagréable expérience. Sa mère si aimante fut atteinte d’une terrible et grave maladie que personne n’était capable de soigner. Et là où son père aurait du être fou de chagrin, le jeune garçon n’eut face à lui qu’un homme dur et incapable du moindre sentiment. Il assista ainsi au dépérissement de sa mère sans rien pouvoir faire et sans recevoir la moindre affection en retour. Une expérience de la mort traumatisante pour un jeune enfant et qui laisse des séquelles irréparables.

      Comme si cela ne suffisait pas, sa vie jusque là entourée d’amour et de joie devint un véritable enfer. En effet, son père ne fut jamais un modèle d’amour paternel. Bien que moins radical que certains autres partisans du Seigneur des Ténèbres, il n’en demeurait pas moins l’un des premiers, l’un des rares à avoir été à Poudlard à ses côtés… Il faisait partie de ces sorciers de l’ancienne génération et avait donc des préceptes d’éducation pour le moins… démodés. Depuis tout petit, Theodore avait eu à les subir, sans que cela ne le rende pour le moins heureux. Mais ils ne firent que redoubler d’intensité à la mort de sa mère. Il n’avait pas son mot à dire, jamais. Il se devait simplement d’être un enfant sage et obéissant.


      Chapitre II – Poudlard et Secrets de Famille

      Au cours de la période qui suivit, chaque nuit que passait Theodore venait avec son lot de cauchemars. Souvent, il se réveillait haletant pour vivre une nouvelle journée sous l’éducation de fer de son père. Et souvent, il se demandait comment sa mère avait pu le laisser ainsi seul, abandonné. Il avait beau chercher à comprendre ce qu’il était arrivé ce jour-là, lorsque le médicomage avait dit ne plus rien pouvoir faire pour elle, mais il n’était jamais arrivé à quoi que ce soit de probant. D’autant que son père refusait catégoriquement d’en parler.

      Puis vint la rentrée à l’Ecole des Sorciers de Poudlard. Ce jour-là, leur elfe de maison passa outre les ordres qu’elle avait reçus et confia à son jeune maître un pendentif. Il s’agissait d’un médaillon qui contenait une photo animée de sa mère, la seule qu’il n’ait jamais vu depuis ce néfaste jour. Cela lui redonna un peu de courage, mais ça ne parvint pas à briser la carapace qu’il s’était forgé. En effet, pour se protéger et éviter d’avoir à revivre une expérience aussi douloureuse que la disparition de sa mère aimée, Theodore s’était développé une capacité à s’isoler et à ne dépendre de personne d’autre que de lui-même.

      Ainsi, ses premières années à Poudlard se passèrent sans que personne ne fasse attention à lui, exceptés de rares sorciers avec qui il appréciait parler, notamment parce qu’ils avaient tous un passé commun lié à Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom et que leurs lignées étaient parmi les plus anciennes. Il pouvait ainsi considérer des gens comme Drago Malefoy tels des amis, même s’ils n’étaient guère plus que des camarades de Maison.


      Chapitre III – Ténèbres à venir et Avenir radieux

      Octobre 1995. Cette année là, l’hiver se montrait particulièrement précoce et ses vents froids et mordants atteignaient déjà les Hautes Terres d’Ecosse. Il était curieux de constater à quel point la météo pouvait se montrer capricieuse. A moins qu’il n’y ait derrière tout ça une raison moins naturelle… Devait-on ce terrible froid au retour d’un certain Mage Noir, résurrection que clamait haut et fort un pitoyable Gryffondor balafré ? Il fallait être complètement fou pour croire ces idioties qu’il osait déblatérer à tort et à travers… C’était justement sans doute pour cela que le directeur de l’école, le professeur Dumbledore, y croyait. Néanmoins, il semblait bien être un des seuls sorciers raisonnables à agir ainsi. Pourtant… Theodore en serait presque venu à le croire lui aussi. Non pas qu’il ait eu une quelconque confiance en ces deux personnages un peu trop originaux à son goût, mais plutôt qu’il avait des preuves qui le laissaient supposer. En effet, depuis la fin de l’année scolaire précédente, son père avait tout simplement disparu, comme s’il s’était volatilisé. Cela ne pouvait qu’être en raison de ces rumeurs. C’était une idée particulièrement dérangeante, mais il fallait en voir le bon côté : il n’avait pas eu à subir l’affreux caractère du chef de la famille Nott depuis lors.

      C’était sans doute cette absence qui avait libéré son esprit de la prison dans laquelle il se trouvait depuis sa plus tendre enfance. En effet, en cette cinquième année de rentrée à l’Ecole de Sorcellerie et de Magie de Poudlard, Theodore découvrit une nouvelle facette de sa personnalité jusque là mise en sommeil par l’éducation qu’il avait reçu. Lors d’une de ses habituelles promenades dans le Parc du Château, il avait fini par rencontrer une jeune fille de la maison Serdaigle d’un an sa cadette. Bien qu’elle ne fut qu’une simple connaissance, les deux jeunes gens s’étaient sentis tellement proches l’un de l’autre qu’ils en étaient venu à se connaître mieux que quiconque d’autre jusque là. C’était un sentiment nouveau pour chacun d’eux. Nouveau et terriblement vertigineux. Un sentiment qui les poussa à se déclarer leur amour et à s’échanger un tendre et doux baiser. Cette jeune fille qui l’avait accepté pour ce qu’il était, avec ses qualités et ses défauts, s’appelait Lindra Mayson, une jeune sorcière de sang mêlé.

      Malheureusement pour Theodore, elle avait fini par disparaître… Sans un mot, sans une lettre. Un jour, elle n’avait tout simplement plus été là. Il avait eu beau chercher des informations à son sujet, le caractère solitaire de la jeune Serdaigle faisait que personne ne savait rien. Anéanti, le Serpentard avait eu du mal à se relever. Cela avait pris du temps, beaucoup de temps, mais il y était finalement parvenu. Néanmoins, malgré cette terrible et dramatique situation, il s’était résolu à ne pas se renfermer. Ce qu’il avait connu l’avait tant bouleversé et transformé qu’il se refusait à l’ignorer. L’amitié et l’amour étaient des sentiments bien trop importants à ses yeux.


      Chapitre IV – Les Ombres du Ministère

      L’implication du Ministère de la Magie et la politique mise en place par le professeur Ombrage permirent à Theodore de rester en retrait dans les semaines qui suivirent cet événement. Il ne sut jamais ce qui était arrivé à Lindra, mais il espérait toujours l’apprendre un jour. Préoccupé par cette histoire, il restait bien plus en retrait qu’à son habitude, échappant ainsi aux immanquables discutions des Serpentards sur le Mage Noir et les Mangemorts. C’est au cours d’une de ces escapades matinales qu’il franchit un nouveau pas vers la guérison de son cœur. Dans la petite cour pavée située à l’entrée du Château, il fut rejoint par celui que l’on surnommait le Petit Prince des Serpentards. Drago Malefoy était un camarade de Maison que Theodore avait toujours apprécié, de par la similitude de leurs situations. Ils étaient un peu identique tous les deux et ils se l’étaient toujours montrés. Mais ce matin-là, la situation allait changer. Peut-être était-ce du à sa volonté de guérir sa blessure sentimentale, peut-être était-ce pour une autre raison… Toujours est-il que ce matin-là, Drago Malefoy et Theodore Nott devinrent amis. De véritables et sincères amis. Des frères de cœur.

      Cela leur permit de partager de nombreuses choses, vivant d’incroyables et magiques moments. Aux côtés de Drago, Theodore se sentait bien. Il n’avait jamais été aussi heureux que dans ces moments-là, surtout qu’ils les passaient principalement dans la Forêt Interdite, dans le Jardin Secret de Drago, l’Arbre aux Lutins Lucioles. C’est dans ce lieu incroyable que Theodore se remémora pour la première fois depuis longtemps les souvenirs qu’il avait de sa défunte mère. Ces derniers, plutôt que de le meurtrir une nouvelle fois, lui apportèrent un réconfort dont il avait terriblement besoin. C’est aussi là qu’il prit une importante décision : celle de percer le secret de ses origines.

      Cette recherche des origines l’avait longtemps occupé durant son enfance, mais il avait fini par abandonner, par manque de pistes. En effet, toutes les découvertes qu’il avait faites étaient plutôt des non-découvertes. Après avoir étudié de nombreux arbres généalogiques de la Noble et Très Ancienne Maison des Black, il avait fini par se résigner. A aucun moment de l’histoire de cette famille n’apparaissait un membre de la famille Nott. Ils n’étaient donc en aucun cas liés aux Black ou aux Malefoy, à moins qu’un tel lien ne remonte très loin dans le temps. Cela ne laissait donc plus beaucoup de possibilités pour retrouver les origines de sa famille. Elle devait certainement être issue d’une lignée secondaire de l’ancienne famille Gaunt.

      Néanmoins, le plus curieux dans toute cette histoire concernait la famille de sa mère. Theodore n’avait jamais eu l’occasion de consulter un de ses arbres généalogiques et, il devait honteusement se l’avouer, il n’en connaissait même pas son nom, ce qui rendait ses recherches d’autant plus difficile. Son père n’avait à aucun moment voulu le renseigner à se sujet et il semblait qu’il avait interdit à leur elfe de maison d’en faire tout autant. Le jeune garçon ne savait pas trop pourquoi, mais il avait l’intuition que toute cette histoire et ces secrets étaient fortement lié au Seigneur des Ténèbres et à la mort de sa mère…



Mise à jour : 18 août 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yniswitrin.oldiblog.com/
Theodore Nott

avatar

Nombre de messages : 400
Année d'étude : 6ème année
Baguette : Bois de Pommier, 25,5 cm, Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: Theodore Nott - Version 2.0   Mar 18 Aoû 2009 - 17:25

      PASSÉ :

      Chapitre V – Serdaigle et Bal de Noël

      Les derniers mois avaient été bénéfiques pour Theodore. Grâce à sa courte rencontre avec Lindra et à ses journées passées aux côtés de Drago, il était devenu ce qu’il qualifiait d’un peu plus humain. C’était les termes qu’il trouvait les plus explicites pour définir l’effet bénéfique que celui qu’il considérait comme un frère avait eu sur lui. Pour Theodore, il était certain que ces rencontres étaient l’une des raisons à ses nombreux troubles. Il changeait et aussi perturbant que cela puisse l’être, il ne s’en offusquait pas. Il aimait ces sentiments nouveaux qu’il ne parvenait pas à identifier et pour rien au monde il n’aurait échangé sa place.

      C’est ainsi qu’il ne se mortifia pas de son étonnante et surprenante rencontre avec une jeune Serdaigle, Hayley Christen. Elle était bien différente de Lindra, mais malgré tout, elle avait réussi à gagner la confiance du Serpentard. Elle avait clairement établi le fait qu’elle ne jugeait pas les gens sur leur blason et c’est ce qui avait poussé Theodore à se surpasser pour se détacher de l’image habituelle et clichée de la Maison Serpentard. A ses côtés, il se sentait aussi bien que quand il était auprès des Lutins Lucioles. C’était quelque chose de magique et surprenant, même s’il avait du mal à le cerner. Par chance pour lui, le frère qu’il s’était trouvé avait fini par l’aider à comprendre. Il était amoureux.

      Amoureux. Un étrange mot quand on le mettait en relation avec Theodore Nott. Lui-même en doutait, mais il ne pouvait que croire son ami. Après tout, il avait éprouvé quelque chose de fort pour Lindra et ça ne ressemblait pas à ça… Etait-ce donc différent à chaque fois ? Il ne savait qu’en penser, mais il savait qu’il aimait être en compagnie Hayley. Alors que ce soit de l’amour ou même autre chose, il s’en moquait. Et c’est pour passer davantage de temps avec la jeune fille qu’il avait voulu l’inviter au Bal de Noël. Mais comme il n’était qu’un modeste Serpentard, il avait manqué de courage pour le faire. Finalement, il avait quand même eu la chance de la retrouver à la soirée et il avait profité de l’occasion pour la présenter à son ami et frère, Drago Malefoy.


      Chapitre VI – Le Retour des Mangemorts

      Ainsi, tout aurait pu être pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais c’était sans compter les terrifiants projets du Seigneur des Ténèbres. Son retour était maintenant officiel et Theodore avait compris qu’il ne s’était pas trompé au sujet de son père. Ce dernier était bien retourné aux côtés de son Maître et il avait choisi de lui obéir aveuglément… Ce qui lui avait valu de se retrouver enfermé dans la Prison d’Azkaban. Comment avait-il pu renier sa fierté à ce point ? Pour quelles raisons avait-il choisi de ramper devant un autre sorcier ? Que faisait-il de sa noblesse de sorcier de Sang-Pur ? Tant et plus de questions que se posait Theodore Nott alors qu’il retournait à Poudlard pour sa sixième année.

    4 - questionnaire du choixpeau magique

    Dans quelle maison irez-vous ? Répondez sincèrement à ce questionnaire. Ecrivez tout ce qui vous passe par la tête, donnez un maximum d'informations ! Ce questionnaire nous aide à vous répartir.


      • 1) Vous trouvez un porte-monnaie rempli de Gallions, qu'en faites-vous ?
      Ma famille ne roulant pas sur l'or et mon père ayant actuellement d'autres occupations plus importantes à ses yeux que mon éducation et mon entretien, je vérifie que personne ne m'observe avant de le ramasser pour le glisser dans la poche de ma cape.

      • 2) Un élève de votre maison vous fait une farce un peu humiliante. Comment réagissez-vous ?
      On n’humilie pas un Sang-Pur, on le respecte pour ce qu'il représente. Si un impudent avait l'audace folle de m'humilier, je le lui ferais regretter de la plus amère des façons afin d'être certain qu'il ne recommence jamais.

      • 3) Quel serait votre cours favori et pourquoi ?
      Le cours de Sortilèges et Enchantements car il permet des possibilités hors du commun et est l'un des propres du Sorcier.

      • 4) Vous avez du temps libre, que faites-vous ?
      Je me rends à la Bibliothèque pour travailler et étudier. On apprend beaucoup dans les livres et comme je n'ai de toute façon rien d'autre à faire, autant en profiter pour perfectionner ses connaissances. Je peux aussi me rendre sur le terrain de Quidditch pour assister à un entrainement ou me promener dans le Parc du château.

      • 5) Vous êtes à la bibliothèque, qu’empruntez-vous comme livre ?
      Un livre traitant des nobles lignées de Sorciers, comme Nobles par nature : une généalogie des sorciers, ou un livre de sortilèges non étudié en cours tel que Les pouvoirs que vous avez toujours eus sans le savoir et comment les utiliser maintenant que vous êtes un peu plus sage et Roueries et fourberies pour sorciers hardis. Je me laisserais aussi tenter par un livre sur le Quidditch surtout s'il parle des Pies de Montrose, mon équipe favorite.

      • 6) Votre lieu préféré à Poudlard et pourquoi ?
      La salle commune où l'on peut côtoyer des élèves de la même maison et qui ont donc des mentalités proches de la mienne. Sinon, le parc car il est immense et permet donc de trouver des lieux isolés où l'on peut rester seul.

      • 7) Si vous deviez n'en avoir qu'un seul, quel objet magique aimeriez vous posséder ?
      Question difficile que voici. J'aurais d'abord dit un Jeu d'échec version sorcier, car j'aime y jouer pour développer mes capacités intellectuelles, mais au finale je pencherais davantage pour ma baguette magique, sans quoi un Sorcier n'est rien.

      • 8) Si vous remarquez qu'un élève se comporte bizarrement ces derniers temps, le suivriez-vous pour savoir ce qu'il manigance, au risque de vous faire prendre ? Pourquoi ?
      Non, je ne pense pas. Chacun est libre de faire ce qu'il veut et ce n'est pas à moi de m'en mêler. De nature solitaire, je ne vais pas aller m'embarquer dans une histoire qui ne me regarde en rien, d'autant qu'il y a suffisamment d'autres élèves pour jouer aux apprentis espions.

      • 9) Comment considérez vous Albus Dumbledore, directeur de Poudlard ? Est-ce une bonne chose qu'il soit à la tête de cette si prestigieuse école ?
      Je n'irais pas nier qu'il est un grand et puissant sorcier. Il faudrait être aveugle ou stupide pour ne pas le lui concéder. Mais il a un peu trop tendance à faire dans l'humanitaire. A trop s'acoquiner avec des Sang-de-Bourbes et des Moldus, il est évident qu'on diminue la véritable valeur du Monde Sorcier en général. Il ne serait pas inutile de lui trouver un remplaçant aux idées moins... originales.

      • 10) Pensez-vous que les enfants de Moldus méritent d'étudier à Poudlard ?
      Pas le moins du monde. C'est à cause de gens comme eux que des Sorciers de Sang-Pur se voient reléguer au second rang alors qu'ils devraient être en première place. C'est vouloir conduire le Monde Sorcier à la ruine.



Mise à jour : 17 août 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yniswitrin.oldiblog.com/
 

Theodore Nott - Version 2.0

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS :: Rez-de-Chaussée :: » La Grande Salle. :: Cérémonie des Répartitions :: Elèves Répartis -