AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Whiteness and snowball battle ! [Ginny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité



MessageSujet: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   Ven 5 Déc 2008 - 1:04

    Une pellicule blanche s'était déposée sur le parc de Poudlard pendant la nuit, et recouvrait tout en conférant à l'endroit une luminosité peu commune. Le soleil brillait haut dans le ciel, mais il faisait froid. Très froid, et Evander tentait tant bien que mal de se réchauffer les mains en les gardant soigneusement plongées dans ses poches tout en avançant à travers cette grande étendue immaculée. L'air glacial lui piquait les yeux et faisait perler quelques larmes au coin de ceux-ci, qu'il essayait de chasser en clignant à répétition. De loin, des cris enjoués lui parvenaient, et le souvenir des longues heures passées à faire des batailles de boules de neige avec Sybil et Luke s'imposa à lui, poignant. C'était dur de perdre quelqu'un, de devoir se faire à l'idée qu'on ne le reverrait plus jamais, mais quand on perdait, comme Evan, deux personnes à la fois... Il détestait cet état de mélancolie qui le prenait ainsi, sans crier gare, et il avait beau essayer de s'en dépêtrer, le noeud qui lui enserrait la gorge rechignait à se délier. La colère se mêlait à la tristesse et, dans sa poche, froissée entre ses doigts, la dernière lettre de ses parents ne faisait qu'ajouter à cet étau qui lui comprimait déjà la poitrine. Ils lui en voulaient. Ils le tenaient pour responsable de ce qu'il s'était passé. Sa culpabilité était déjà suffisamment importante comme ça, mais ses parents continuaient à alourdir le poids de sa conscience à chacun de leurs échanges. Il n'avait plus envie de leur répondre, ni de faire d'efforts. Le plus important était, semblait-il, de se réconcilier avec lui-même, mais il ne savait pas vraiment par où commencer.

    « Hey, Evander ! »
    « 'Tention ! »

    Quelque chose de compact et de froid lui heurta le dos, et il se retourna pour voir une demi-douzaine d'élèves de Poufsouffle, en première année, qui le regardaient en souriant. Malgré son humeur morose, son sourire revint sans difficulté, tout habitué qu'il était à sourire pour dissimuler ses états d'âme. Et puis, il les aimait bien, les plus jeunes de sa maison. Insouciants et émerveillés par Poudlard.

    « Qu'est-ce que vous voulez, les jeunes ? »
    « Y'a les Gryffondors de 1ère et 2ème qui ont envie d'une petite bataille avec nous, tu viens ? »

    Sans pouvoir s'en empêcher, il éclata de rire.

    « C'est pas très équitable, ça ! » s'exclama-t-il avec amusement.
    « On s'en fiche ! Eux ils sont plus nombreux, alors... » Le garçon qui parlait haussa les épaules.
    « Evander a peut-être autre chose à faire qu'une bataille de boules de neige... Il est en septième année, lui... » intervint une fille ordinairement timide et réservée.

    L'intéressé secoua la tête, et sortit sa baguette, tout en se dirigeant vers ses jeunes camarades.

    « Pas du tout ! Au contraire, j'ai bien envie de vous prêter main forte. On va leur montrer, aux lionceaux ! »

    Les plus jeunes poussèrent des cris de joie, et observèrent leur aîné tandis que celui-ci, puisqu'il avait oublié ses gants, lançait un sortilège de réchauffement sur ses mains glacées, afin de pouvoir prendre de la neige sans risquer de se congeler les extrémités. Puis il accompagna les premières années sur le champ de bataille, où une lutte acharnée ne tarda pas à se dérouler. De part et d'autres de deux tas de neige amoncelée pour l'occasion, les deux camps se faisaient face, séparés par un no man's land d'une blancheur rare. Aux cris de guerre se mêlaient de grans éclats de rire, signe que malgré leur acharnement à vouloir envoyer de la neige dans la tête de leurs adversaires, les élèves étaient surtout ici pour s'amuser et montrer que non, les maisons ne séparaient pas les élèves. Enfin... une bataille contre Gryffondor et Serpentard n'aurait sûrement pas donné le même résultat, c'était certain ! Ça aurait même certainement fini en bain de sang...Chez les Poufsouffles comme chez les Gryffondors, les protagonistes arboraient de grands sourires hilares, et tous étaient recouverts de neige. Evander avait un avantage non négligeable, et qui arrangeait bien ses coéquipiers : étant plus grand, et un plus fort, il envoyait ses projectiles plus loin et touchait ses cibles avec plus d'efficacité.

    Enfin... presque tout le temps. Car l'une de ses boules de neige partit plus loin que prévu, et entra directement en collision avec une chevelure rousse qu'Evander identifia sans mal. La fille Weasley. Il leva la main dans sa direction et se contenta de crier à son attention :

    « Désolé, Weasley ! »
    « Oh nan ! S'ils ont des renforts qui arrivent... » s'exclama un des garçons de Poufsouffle.
    « Surtout Ginny, il paraît qu'elle est terrible... parce qu'elle a grandit qu'avec des garçons. »
    « Eh oh ! Du calme, soldats ! Ça reste une fille ! »
    « Hey ! »
    « C'était pas contre toi, Lucy. » Il tapota la tête de ladite Lucy avec un sourire faussement contrit.

    La bataille avait considérablement allégé son humeur, et il se sentait maintenant presque joyeux. Fatigué et un peu transi de froid, mais c'était étrangement agréable de se livrer à une activité aussi puérile et amusante avec des élèves qui avaient six ans de moins que lui. Au moins, cela lui changeait les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
Illustre Directrice du WRC*
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 23
Année d'étude : Gryffondor
Poste : Attrapeuse Quidditch
Baguette : 25.5cm; bois de bruyère; crin de licorne.
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   Ven 5 Déc 2008 - 20:30

Ginny sortit de la salle de cours, elle venait de passer une heure à mourir d’ennui en compagnie du Professeur Binns, son professeur d’Histoire de la magie. Le sujet d’aujourd’hui était la guerre civile des lutins de Nouvelle-Zélande contre les farfadets au milieu du 17ème siècle. On ne pouvait pas dire que le moral de Ginny était au plus haut après que ce flot infini de paroles monotones et ennuyeuses lui avait traversées le cerveau, même si le professeur Binns n’était pas aussi méchant que Rogue, elle s’était surprise à penser qu’elle aurait été beaucoup mieux en cours de potions qu’à entendre répéter des choses qu’elle oublierait le moment même ou elle quitterait sa chaise. Ce fut donc le regard dans le vague et la mine grisâtre que la fille Weasley s’enfuit de la classe. Elle fut très vite réveillée par un froid mordant, quelqu’un avait cassé une vitre et le couloir était gelé, sûrement une blague des plus intelligentes de Peeves, ou de ses frères. Autour d’elle il y eut une vague de protestations, puis le bruit s’atténua et les élèves se dissipèrent dans les couloirs à la recherche d’un endroit plus chaud. Faisant de même, elle se mit à marcher d’un pas rapide et assuré vers la bibliothèque, Binns leur avaient donné à faire pour le lendemain un manuscrit de 30cm sur le cours d’aujourd’hui et elle voulait s’en débarrasser le plus vite possible. Mais lorsqu’elle arriva devant la porte de la bibliothèque, celle-ci s’ouvrit précipitamment et Seamus Finnigan, un garçon de 5ème année aux cheveux blonds et courts, s’aventura dehors les yeux étincelants. Lorsqu’il aperçu Ginny il eut un air satisfait, comme s’il la cherchait depuis des années.

Ginny ! Tu es là, je t’ai cherchée partout. Il y a une bataille de boules de neiges dans le parc, on est en train de se faire ridiculiser par les Poufsouffles, je recherche des renforts, allez dépêche toi ils t’attendent. Dit-il dans un seul souffle.

Puis il repartit aussi vite qu’il était venu, en courant sur le sol glacé de Poudlard. Ginny était très tentée par sa proposition, mais elle avait son devoir à faire, et puis Ombrage ne tarderait pas à s’en apercevoir, et aucuns de ces idiots ne savaient faire les sortilèges de désillusion que lui avait enseigné Hermione. Aussi, sous le regard appuyé de Madame Pince, elle s’assit à une table isolée près de la fenêtre et entama sa rédaction. Le devoir était des plus difficiles, elle n’avait rien écouté du cours d’aujourd’hui et ses lignes se multipliaient un peu trop lentement à son goût. Furtivement elle jeta un coup d’œil par la fenêtre vers le parc complètement immaculé, la bataille faisait rage, et les Gryffondor n’étaient pas dans leur meilleur jour, d’ailleurs les Jaunes avaient un très gros avantage sur eux. Elle eut soudain très envie de descendre en courant les escaliers et faire honneur à sa maison, mais elle n’avait même pas fini la moitié de son manuscrit.

Oh et puis fiente de gargouille ! J’ai en assez. Cracha-t-elle sur sa feuille presque vierge.

Elle rangea sa plume et son parchemin dans son sac et quitta la bibliothèque comme une furie, jetant son sac au passage derrière une armoire cassée. Arrivée dans le hall d’entrée, elle vérifia que Rusard ou un quelconque membre de la brigade inquisitoriale ne se cachait pas dans les parages et elle sortit sous le froid mordant. Automatiquement elle sortit sa baguette de sa poche et jeta les sorts de désillusions sur le champ de bataille, les 20 élèves disparurent aussitôt et le bruit des boules de neige s’écrasant contre les arbres avec eux. Ginny remonta son écharpe aux couleurs de sa maison et avança lentement vers la zone invisible. Puis les sorciers et les crissements des projectiles s’abattant sur leurs cibles revinrent à elle, tout autant qu’une boule Poufsoufflienne qui s’écrasa sur son oreille.

Désolé, Weasley ! Lui cria un garçon qu’elle n’avait jamais vu mais qui semblait la connaître.

Sans plus attendre elle lui rendit l’appareil et se fondit derrière un tronc d’arbre, côté rouge et or. Ses camarades l’accueillirent avec chaleur, Ginny était toujours la meilleure aux batailles de boules de neiges et sa maison était en train de se faire battre à plate couture. Elle retrouva le sourire, ce cour idiot qui l’avait épuisée était enfin sortit de son esprit, elle s’amusait bien.

Désolé le garçon que je connais pas !
Répondit-elle cachée derrière son sapin.

Puis un déluge de projectiles s’abattirent sur le camp adverse, suite à un sortilège de multiplication elle avait derrière elle un bon nombre de cartouches à épuiser. Ah ça non, elle n’allait pas se laisser avoir, sinon elle aurait mieux fait de rester au milieu de ses livres. Si seulement Harry avait été là, l’après-midi aurait été parfait. Mais elle n'allait pas se plaindre, avec Ombrage comme directrice, les moments de répit étaient presque inexistants, toutes les choses amusantes étaient interdites, Ginny n'avait même plus le droit d'avoir un petit copain, et c'était pour dire comme ça lui manquait. Le vieux crapaud rose, comme elle l'appellait, faisait tout surveiller, et c'était encore un miracle qu'elle n'ait pas vu ce qu'il se passait en ce moment dans le parc, ils auraient tous été mis en retenue pendant des semaines entières. N'avaient-ils pas réfléchis ces idiots ? Avec l'AD, la plupart des Gryffondor qui étaient là aujourd'hui savaient utiliser les sortilèges de protection, mais pas un n'avait eut l'idée de les utiliser. Ginny envoya ballader ses pensées négatives, avec Voldemort de retour, elle était toujours sur ses gardes, de peur qu'il ne s'en prenne à elle encore une fois, peut être que ça la rendait un peu trop rigide par moments. Pourtant la fille Weasley n'était pas du genre peureuse, mais les circonstances faisaient qu'elle était beaucoup moins casse-cou que d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   Ven 5 Déc 2008 - 21:51

    « Désolée le garçon que je connais pas ! »
    « Il s'appelle Evander ! » cria l'un des Gryffondors, « et va falloir le neutraliser si on veut venir à bout des Blaireaux ! »
    « Merci pour le compliment, Finnigan ! » rétorqua ledit Evander, hilare.

    Eh oui. Elle avait bien l'intention de prendre part à la bataille, vu les acclamations des rouge & or. Qu'à cela ne tienne, plus on était de fous, plus on riait ! La rouquine n'hésitait pas à utiliser la magie, réflexe qu'aucun des élèves des deux camps n'avait eu jusqu'à présent. C'était certes plus traditionnel de s'attaquer manuellement à ses adversaires, mais après tout, pourquoi pas ! La bataille n'en serait que plus acharnée, et tous ici semblaient avoir grand besoin d'évacuer un trop plein d'énergie. Après tout, depuis que le crapaud était arrivé, les élèves n'avaient pas eu l'occasion – ni le droit – de vraiment s'amuser et de décompresser. C'était d'autant plus vrai pour les élèves qui, comme Evander, avaient des examens à la fin de l'année. Et quant aux plus jeunes... on ne pouvait décemment pas les brider comme ça ! Ils avaient besoin de se dépenser et de s'amuser, surtout que c'était, pour beaucoup, la première année qu'ils passaient à Poudlard... quitte à devoir supporter Ombrage pendant toute une année, autant compenser sur d'autres plans ! Une pluie de projectiles s'abattit sur eux, et sur les derniers, Evander parvint à lancer un Protego qui épargna leurs vêtements déjà imbibés. Il enjoignit ensuite ses camarades à former une bonne vingtaine de boules de neiges qu'ils positionnèrent, alignées au sommet du monticule de neige derrière lequel ils se protégeaient. Puis l'aîné des Poufsouffle pointa sa baguette sur les projectiles, et articula :

    « Waddiwasi ! »

    Les projectiles partirent à toute vitesse en direction de leurs opposants, leur arrachant des cris de protestation. Pour la première fois depuis quatre mois, il prenait du plaisir et d'amusait, et tous ses soucis semblaient s'être envolés. Il savait que ce n'était qu'un répit temporaire, mais malgré tout, il se sentait bien et comptait en profiter tant que cela durerait. Les soucis reviendraient bien assez vite, il en était certain. A en juger par les nombreuses boules de neige qui lui tombaient dessus, les Gryffondor semblaient avoir appliqué le conseil de Finnigan, et s'acharnaient à présent sur lui, qui était incontestablement le plus âgé du lot, et selon eux, le plus dangereux. Ses cheveux d'ordinaire sombres paraissaient à présent blancs, et la sensation de froid qui s'insinuait dans tout son être n'était pas des plus agréables, mais l'agitation qui régnait sur le champ de bataille le réchauffait bien assez. Il lui faudrait juste une bonne douche chaude en rentrant, histoire de ne pas tomber malade. Autour de lui, les Poufsouffles tentaient comme ils le pouvaient de le protéger de quelques boules, mais eux aussi étaient devenus tous blancs, à l'exception de leurs joues rougies par le froid.

    Toutefois, l'agitation cessa côté Poufsouffle, lorsqu'un cri retentit dans leurs rangs :

    « Aïïïïïe ! »

    Evander se tourna aussitôt vers Lucy, car c'était bien elle qui avait crié, inquiet. Elle se tenait la tête entre ses mains gantées, les traits déformés par une grimace de douleur. A ses pieds gisait ce qui ressemblait pourtant fortement à une boule de neige, mais qui était en vérité de la glace. Aïe, effectivement. Se prendre une boule de neige gelée dans la tête n'avait jamais fait du bien, et la petite paraissait un peu sonnée. Quelques Gryffondors n'avaient pas entendu le cri de Lucy, et continuaient à envoyer des projectiles. Pour établir un cessez le feu, Evander leva sa baguette et lanca des gerbes d'étincelles rougeoyantes, puis vint s'accroupir près de sa camarade.

    « Hey, Lucy, ça va ? »

    Elle leva vers lui des yeux humides de larmes et secoua piteusement la tête.

    « Je crois que je vais rentrer... »
    « Ok, mais avant, laisse-moi voir ta tête. »

    Elle ôta ses mains, et il put constater avec soulagement qu'elle n'avait rien. Du moins, ça ne saignait pas, elle aurait juste une belle bosse. Il se tourna vers le groupe des Gryffondors, avec l'intention de trouver le coupable, mais il vit un première année accourir vers eux, penaud et paniqué.

    « Par les chaussettes de Merlin, j'suis désolé Lucy ! Avec mes gants, j'ai pas réalisé que c'était de la glace... Excuse-moi ! »
    « C'est pas grave... »
    « Fais attention, la prochaine fois, » lâcha Evander d'un ton qui signifiait qu'il n'appréciait pas vraiment qu'on ait blessé l'une de ses camarades.
    « Oui oui, bien sûr. Vraiment désolé... Viens, j'te raccompagne au château ? »

    Les deux élèves s'éloignèrent en direction du château, et quant à Evander, il se releva pour aller en direction du groupe de Lions. Les mains soigneusement enfoncées dans ses poches, il leur lança d'un ton tranquille :

    « Désolé, on a eu une légère blessée. Vous voulez continuer ? »

    Etrangement, l'excitation du moment était retombée aussitôt. Il se sentait... vide, à présent. Son regard croisa celui de la rouquine.

Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
Illustre Directrice du WRC*
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 23
Année d'étude : Gryffondor
Poste : Attrapeuse Quidditch
Baguette : 25.5cm; bois de bruyère; crin de licorne.
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   Sam 6 Déc 2008 - 0:32

Ginny s’amusait de plus en plus malgré le froid mordant qui s’infiltrait sous ses vêtements, à vrai dire elle n’y pensait pas, toute son attention était portée sur les boules de neiges qui tombaient sur elle. Les Gryffondor semblaient avoir repris espoir, les Poufsouffles aussi. Le garçon qui l’avait attaqué lorsqu’elle était rentrée dans le cercle de protection s’appelait Evander, étrange comme nom. Enfin elle pouvait parler avec son Ginevra ridicule, tellement ridicule qu’au final elle ne s’appelait plus Ginevra, mais Ginny. Sur ce point, elle n’avait pas été gâtée. Ginny continuait donc d’envoyer toutes ses balles n’ importe où sur l’adversaire, mais à une vitesse folle, enchainant sortilège de multiplication, d’agrandissement et les lancés. Ses camarades s’étaient joins à elle et avaient commencé eux aussi à utiliser leurs baguette, Poufsouffle sous le poids des rouges et or avait fait de même. Si bien que ce qui devait arriver arriva, une jeune fille se blessa. Cet idiot de Felix Sykes, le première année maladroit qui était plus idiot que ses pieds, avaient lancé tellement de boules qu’il ne faisait plus du tout attention à ce qu’il balançait. Un bloc de glace avait alors atterrit sur la tête de la pauvre jeune fille, Ginny s’énerva, que les premières années pouvaient être inconscients.

Hé Sykes ! Le but du jeu c’est pas de tuer son adversaire. Fais attention un peu. Grogna-t-elle à son égard les bras croisés sur sa poitrine.

Felix s’avança et alla s’excuser auprès de la jeune fille, qui apparemment s’appelait Lucy, d’une manière un peu gauche. Il formula une excuse miteuse comme quoi à travers ses gants il n’avait pas fait la différence entre un bloc de glace de 15cm de diamètre et une boule de neige friable. Même si Ginny avait bien vu qu’il utilisait seulement sa baguette pour attraper ses munitions, elle ne dit rien, pas besoin de déclencher la guerre entre les rouges et les jaunes. En fait, elle n’eut même pas besoin de le réprimander encore plus, Evander s’en été déjà chargé et Felix s’était précipité pour emmener Lucy à l’infirmerie, comme pour se faire pardonner. L’amusement était très vite redescendu au niveau zéro, Ginny pensait déjà au devoir qu’elle devait finir pour Binns. Elle eut très envie de s’en aller et de retourner à la bibliothèque, par politesse, elle attendit.

Désolé, on a eu une légère blessée. Vous voulez continuer ? Demanda Evander, apparemment pas très emballé par sa propre proposition.

Ginny jeta un regard à ses coéquipiers, l’accident de Lucy avait sapé le moral à toute la troupe. Elle-même n’avait pas envie de rester là, elle repensa au Quidditch, depuis qu’Ombrage avait imposé ses nouvelles règles l’équipe des rouges et or ne s’était toujours pas refondée. Cela lui manquait plus qu’autre chose de ne pas pouvoir remonter sur son balais, et bien entendu, parmi toutes les règles du vieux crapaud rose, il était sûrement interdit d’utiliser son balais en dehors des cours de vol et du terrain de Quidditch. Ce qu’elle l’énervait cette idiote, elle lui aurait bien tordu le coup si ce n’était pas interdit par le ministèèère. Le plus triste, c’était qu’elle n’était pas la seule dans son cas et qu’en dehors des réunions de l’AD, Ginny ne s’amusait plus du tout à Poudlard. Pendant qu’elle réfléchissait, la plupart des gens étaient partis, comme elle le pensait : plus personne dans l’école n’avait la tête à se faire plaisir, si ce n’était plus de 5 minutes.

J’ai un devoir à rendre pour Binns, et puis j’en ai marre. J’arrête. Articula-t-elle monotonement en direction d’Evander.

Ils se regardèrent, Ginny n’avait pas eut l’occasion de bien le voir durant la bataille. Maintenant qu’elle avait tout son temps, elle se rappela qu’elle l’avait déjà croisé par le Passé après un cours de Botanique, Evander Connor, un truc du genre. Mais effectivement, elle le connaissait. Il était plutôt grand, avec de longs cheveux châtains et des yeux verts clairs. C’était une sorte de « Leader » de Poufsouffle qui lui faisait vaguement penser à Cedric Diggory. Se rendant compte qu’elle s’était encore perdue dans ses pensées elle esquissa un sourire et fit un geste de la main avant de s’en aller vers le château. Elle s’arrêta 5 minutes pour effacer les sortilèges de désillusion qui les entourait et les traces de lutte et de pas tout autour d’eux. Au fond de sa poche son galion magique ne s’était toujours pas manifesté, son ennui était si grand qu’elle le gardait toujours sur elle espérant secrètement que l’AD se regrouperait le plus vite possible. La vie avait définitivement changée à Poudlard. Elle savait que d'autres le ressentaient aussi, Ginny n'avait même plus envie d'aller en cours de vol, les serpentards étaient de plus en plus nombreux parmis les premières années et l'année prochaine elle devrait passer ses buses. Elle observa le ciel un moment à travers le feuillage, la forêt n'avait jamais été aussi calme, peu de gens osaient s'aventurer dehors après les rumeurs lancées par Harry, bien sur qu'elle le croyait, mais Voldemort ne viendrait jamais à Poudlard en présence de Dumbledore, Hermione et elle pensaient la même chose à ce propos, et pourtant, le parc était désespérement vide. Comme les vacances de Noël se faisaient languir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   Sam 6 Déc 2008 - 1:45

    Evander. C'était vrai que ce n'était pas banal comme prénom. Sa mère avait toujours été férue de mythologie, et cela s'était retrouvé dans les prénoms qu'elle avait donné à ses deux fils : Evander, arcadien venu s'installer aux alentours du mont Palatin, où Rome serait fondée quelques siècles plus tard par les célèbres Romulus et Remus. Et Sybil, comme les prophétesses Grecques. Nom étrange pour un garçon... A présent, un tel prénom paraissait ironique au Poufsouffle, car ni son cadet ni lui n'avaient pu prévoir l'évènement de l'été dernier... Il savait que dans certaines dynasties magiques du monde, les nouveaux-nés étaient dotés d'un prénom qui règlerait leur vie et déterminerait leur qualité la plus prononcée. Ça n'avait pas été le cas pour eux... Enfin. Evander, parfois surnommé Evan par ceux qui se considéraient comme suffisamment proches de lui pour se risquer à une telle familiarité, aimait son prénom car personne d'autre ne le portait. Des John, Harry et autres Peter, il y en avait des tonnes, que ce soit dans le monde magique ou le monde moldu. Tandis que des Evander... Rares étaient ceux qui pouvaient se vanter de s'appeler ainsi. Et puis, tout comme sa mère, il était féru de mythologie et d'Histoire. Il était d'ailleurs l'un des rares à apprécier les cours d'Histoire de la Magie du professeur Binns... Enfin, apprécier était un bien grand mot. Au moins, il y trouvait de l'intérêt, même s'il restait convaincu que le fantôme aurait pu essayer de rendre ses cours plus vivants. Enfin, pour un fantôme... c'était peut-être impossible, aussi cruelle cette remarque fût-elle.

    « J’ai un devoir à rendre pour Binns, et puis j’en ai marre. J’arrête. »

    Il ne chercha pas à retenir un léger soupir, mais esquissa cependant un sourire en coin.

    « Ok. Tu te défends bien, Weasley... Pour une fille. »

    Clin d'oeil taquin qu'il lui adressa, signe qu'il plaisantait et qu'il savait les filles parfaitement capables de se défendre. Il la laissa l'observer, pas vraiment gêné par le regard de la jeune fille. A vrai dire, il était assez habitué au fait qu'on le regarde. En général, les filles le trouvaient à leur goût, et à force de s'entendre dire qu'il était plutôt pas mal, il s'était fait à cette idée et ne s'en offusquait plus. Ça ne changeait en rien son attitude vis à vis des autres, garçons où filles. Il ne se prenait pas pour un tombeur, et il ne se croyait pas non plus supérieur à ses homologues masculins sous prétexte que quelques filles se pâmaient devant lui... Et puis, la coqueluche de Poufsouffle, jusqu'à l'an dernier, avait été Cédric. Léger pincement au cœur qu'il éprouva à cette pensée. Là aussi, il avait perdu un ami. Sans être particulièrement proches, les relations entre Evander et Cédric avait toujours été cordiales, et ils n'avaient jamais rechigné à passer un peu de temps ensemble lorsque l'occasion se présentait. Alors le meurtre de celui-ci, en juin dernier... Ça l'avait retourné. Trop de choses s'étaient passées l'été dernier, à vrai dire, et il faisait de son mieux pour tout occulter, et ce afin de se concentrer sur ses études. Mais surtout, afin de ne pas devenir fou, car il lui semblait parfois que c'était ce qui arriverait s'il se laissait aller aux regrets et à la douleur. Tout enfouir profondément était la meilleure solution, et il préférait ne pas imaginer ce qu'il se passerait si, un jour, tout débordait.

    Son regard se posa sur le ciel, qui se couvrait peu à peu et, décidant de rentrer à son tour, il salua d'un geste de la main ses camarades, qu'ils fussent Poufsouffles ou Gryffondor, et commença à marcher en direction du Château, pensif. Devant lui, la silhouette de Ginny progressait lentement dans la même direction que lui, et il pressa le pas pour venir marcher à sa hauteur, les mains toujours dans les poches. Attitude nonchalante qu'il affichait toujours, comme pour se protéger de tout. Nonchalant, mais pas moins avenant, comme en attestait le léger sourire qui jouait sur ses lèvres closes. A présent qu'il s'était arrêté de lancer des boules de neige, il ressentait le froid qui lui mordait la peau, et un frisson lui secoua tout le corps.

    Sans même prendre la peine de lui demander si sa présence l'importunait ou non, il engagea la conversation :

    « Vu le ton que tu as pris tout à l'heure, j'ai l'impression que la perspective d'un devoir d'Histoire à faire ne te réjouit pas spécialement... je me trompe ? J'avoue que Binns est un peu soporifique, mais perso, c'est une matière que j'adore, alors... si t'as besoin d'un coup de main. »

    Ancrant son regard sur un point invisible situé au loin, devant eux, il haussa légèrement les épaules. Pourquoi il lui avait proposé cela, il ne le savait pas vraiment. Peut-être parce qu'il cherchait, comme souvent ces derniers temps, un moyen d'occuper son temps afin d'éviter de se retrouver trop longtemps seul avec lui-même. Aider Ginny à faire son devoir d'Histoire, ou simplement traîner avec elle en lui racontant de manière plus vivante et intéressante l'Histoire de la Magie, lui permettrait de focaliser ses pensées sur quelque chose de concret, bien ancré dans le présent. Et puis, elle n'était pas désagréable, la rouquine. C'était une Weasley, après tout. Il continua tranquillement, amenant la conversation sur un tout autre sujet :

    « J'ai pas vraiment eu l'occasion de considérer l'idée depuis le début de l'année, mais... » Prudent, il baissa légèrement le ton : « Il paraît que Potter et Granger ont crée un groupe pour pratiquer la Défense contre les forces du mal ? »

    Du coin de l'oeil, il observa la réaction de Ginny, et demanda finalement :

    « Il est encore temps de vous rejoindre ? »

    Un sourire mesquin, qui rappellerait sûrement à la jeune fille le sourire qu'arboraient parfois ses deux jumeaux de frères avant de faire une bague, vint arquer ses lèvres.

    « Qu'on montre un peu à ce crapaud rosâtre qu'on sait se débrouiller sans elle... »
Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
Illustre Directrice du WRC*
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 23
Année d'étude : Gryffondor
Poste : Attrapeuse Quidditch
Baguette : 25.5cm; bois de bruyère; crin de licorne.
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   Sam 6 Déc 2008 - 16:22

Le parc était glacé, immobile, endormi sous son magnifique manteau blanc. Le ciel était bleu, d’un bleu plus fort encore que tous les autres bleus, de légères pellicules de neige voletaient dans les airs, le vent était glacial et à la fois, tellement réconfortant. Noël serait bientôt là, elle rentrerait chez elle avec tous ses frères, mangerait une dinde dégoulinante de sauce aux marrons en compagnie de Harry et Hermione, trouverait un pull de laine bleu dans son paquet et s’endormirait, repue, sur un coussin des plus confortables. Ah comme le bon temps lui manquait, lorsqu’elle pouvait encore avoir le sourire quand elle se promenait dans les couloirs de Poudlard. Aujourd’hui, elle se sentait plus méchante et plus déprimée que jamais, et malgré tout le mal qu’elle se donnait pour exaspérer Ombrage, le résultat était toujours le même. Si le ministère avait réussi à renvoyer un des plus grands sorciers de son temps, qu’est-ce que des débutants comme eux pouvaient faire. Ginny avait pourtant tellement gagné en confiance cette année, comme si ça n’avait servit à rien. Noël lui-même ne pouvait pas lui faire oublier ça.

Vu le ton que tu as pris tout à l'heure, j'ai l'impression que la perspective d'un devoir d'Histoire à faire ne te réjouit pas spécialement... je me trompe ? J'avoue que Binns est un peu soporifique, mais perso, c'est une matière que j'adore, alors... si t'as besoin d'un coup de main. Demanda Evander, Ginny l’avait presque oublié.

Elle esquissa un sourire poli, quel genre de personne pouvait-il être pour proposer son aide à un devoir d’Histoire de la Magie. Quiconque avait déjà assisté à un cours de Binns savait à quel point cette manière pouvait être désagréable et ennuyante. Cependant, il y avait bien Hermione, mais elle était passionnée par tout ce qui pouvait s’apprendre, ce n’était pas un bon exemple. Ginny repensa à son « esquisse » de manuscrit, un peu d’aide ne lui ferait pas de mal en effet, surtout que ses notes dans cette matière n’étaient absolument pas optimales. Mais elle n’avait pas envie d’embêter qui que ce soit avec ses propres problèmes, Evander lui avait sans doutes proposé ça par politesse, elle ne voulait pas s’imposer et lui faire perdre son temps. Et puis elle ne se sentait pas de passer sa vie à commenter des révolutions de farfadets dans un bureau sale et poussiéreux dans le seul but d’ennuyer de nouveaux élèves innocents.

Non merci, je vais me débrouiller. Articula-t-elle d’un ton qu’elle trouvait un peu trop froid pour sa petite personne.

J'ai pas vraiment eu l'occasion de considérer l'idée depuis le début de l'année, mais… il paraît que Potter et Granger ont crée un groupe pour pratiquer la défense contre les forces du mal ? Il est encore temps de vous rejoindre ? Qu'on montre un peu à ce crapaud rosâtre qu'on sait se débrouiller sans elle... Enchaîna Evander en baissant la voix.

Les informations avaient déjà circulées, pourtant les galions d’Hermione garantissaient une bonne dose de boutons increvables à quiconque trahissait leur secret. La brigade inquisitoriale, bien sur, était au courant qu’ils utilisaient la salle sur demande pour faire quelque chose. Etaient-ils déjà informés de la raison de ces réunions, comment étaient-ce possible ? Personne en dehors de l’AD et de quelques personnes ne connaissaient leur plan contre Ombrage. Mais elle s’emballait un peu vite, peut être que le maléfice de trahison n’agissait que lorsqu’un élève de l’AD en parlait avec quelqu’un qui ne devait absolument pas être au courant, Ombrage, par exemple. Cependant Ginny ne s’autorisait pas d’en parlait librement avec un étranger, que savait-elle de lui ? Etait-il quelqu’un de confiance ? Même si elle aurait voulu détourner le sujet de la conversation il fallait qu’elle dise quelque chose, l’armée de Dumbledore était tout ce qui lui restait à Poudlard. Le petit morceau d’espoir auquel elle se raccrochait, elle se devait de garder le secret.

Les rumeurs circulent, en effet, mais je ne pense pas qu’elles soient vraies. Tu n’as qu’à le demander à Hermione ou à Harry. Dit-elle sans trembler.

Ginny était une très bonne actrice, ses frères avaient eut maintes fois l’occasion de le remarquer, on pouvait lui faire confiance lorsqu’on lui demandait de ne pas révéler quelque chose. Aussi alors qu’ils continuaient de marcher côte à côte vers le château, son visage n’avait pas révéler de stupéfaction, il était resté figé dans la même expression glacé depuis le début. Ginny se rendit compte qu’elle n’était pas très agréable avec Evander, elle se retourna vers lui et lui fit un grand sourire pour se faire pardonner en quelque sorte, en ce moment elle était plutôt renfrognée et ne souriait quasiment plus. Le pire, c’était qu’elle en avait conscience, mais elle avait pris sa décision, ce n’était pas un vieux crapaud rose qui allait lui marcher sur les pieds. Sa petite déprime allait devoir s’arrêter très vite car elle ne se laisserait plus faire. Noël arrivait, elle voulait qu'il soit joyeux, que ses parents soient joyeux, que ses frères soient joyeux, que Harry soit joyeux, que Hermione soit joyeuse, que ses amis soient joyeux, et que Ombrage crève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Whiteness and snowball battle ! [Ginny]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Whiteness and snowball battle ! [Ginny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS :: Hors-Jeu :: » Archives. -