AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Somnolence dans le parc...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité



MessageSujet: Somnolence dans le parc...   Dim 7 Déc 2008 - 1:49



Maintenant que la plupart des feuilles étaient tombées des arbres, la température se rafraîchissait de plus en plus. Les élèves qui auparavant traînait dans la cour pavée après le repas du soir dans la Grande Salle s’était ravisé et avait préféré aller dans le merveilleux réconfort qu’offre leur salle commune. La cour pavée qui se trouvait à l’intérieur de l’enceinte était donc relativement déserte comprenant quelques élèves de première année de Serpentard qui essayait de jeter un sort à un écureuil, et marchant seul, Darren, vêtu de son manteau noir et portant son écharpe jaune et noir négligeablement enroulées autour de son cou. Le jeune homme marchait tranquillement, ne sachant pas où il allait. Il aimait bien marcher le soir, et réfléchir, tout en prenant l’air frais.

Darren venait de sortir de la cour intérieure, et marchait maintenant en direction du lac noir. Il trouvait que le paysage était magnifique à ce temps-ci de l’année. Le ciel était coloré d’un rose tirant sur le orangé lorsque le soleil se couchait sur les montagnes couvrant l’horizon, ce qui était précisément le cas lorsque Darren sorti de l’enceinte du château. Au loin, Darren pouvait apercevoir le terrain de Quidditch, ce qui l’empli d’une joie immense. Il espérait vraiment que Poufsouffle gagne la coupe cette année, et il était persuadé qu’ils allaient y arriver. En espérant que cette Dolores Ombrage ne leur empêche pas de jouer au Quidditch cette année, avec toutes les barrières qu’elle avait déjà mises en place… Non, finit-il par se dire. Elle ne pouvait pas toucher au Quidditch. C’est sacré, le Quidditch.

Darren descendit la côte qui rejoignait le bord du lac noir, et s’assis dans l’herbe fraîche, et ramena ses jambes contre ses bras. Il passa sa main dans ses épais cheveux blonds, et se coucha sur le dos, pour mieux observer le ciel rose aux couleurs étranges mais merveilleusement belles. Il ferma ses yeux, en pensant à son début d’année. Il n’avait pas eu beaucoup de temps libre entre ses cours et ses devoirs qui étaient abominablement longs et pénibles. La différence entre ceux de deuxième année et de cette année était incroyable, jamais il n’aurait pensé que les professeurs aient été si exigeants. Le pire était sans aucun doute Rogue. D’ailleurs, il avait justement un devoir pour le lendemain après-midi, se rappela t’il soudain. Il ouvrit ses yeux, et poussa un soupir. Il le ferait le lendemain matin, se dit-il, il avait n’avait pas de cours avant 10h30. Pour l’instant, tout ce qu’il désirait c’était profiter de l’éxtérieur et relaxer.

Il referma ses magnifiques yeux bleus azur, puis retourna ses pensées à des sujets plus amusants. Son corps se détendit complètement, et il oublia tout ses soucis, quand tout à coup… Un bruit assourdissant le fit se lever d’un bond, et il regarda tout autour de lui, pour voir ce que c’était. Ce qui se trouvait tout à côté de lui le laissa sans voix. Un énorme hypogriffe se trouvait juste à côté de lui. Il était incroyable, et laissa Darren sans voix. Son plumage était d’un or majestueux, et il avait des yeux percants qui le fixait ardemment. Et tout à coup, sans crier gare, l’hypogriffe commença à parler.

-Bonjour jeune Cassidy. Je suis envoyé par l’équipe de Quidditch de Kenmare. Je suis leur mascotte officielle. Nous sommes venus recruter le plus grand talent que nous ayons jamais vu en tant que poursuiveur. Je parle de vous jeune homme. Je suis venu vous demander si vous acceptez de prendre le poste de poursuiveur dans l’équipe des Crécelles, monsieur.

Darren écarquillait ses yeux bleus, il était complètement figé. Il devait être en train de rêver. Son rêve le plus fou était en train de se réaliser, et il n’en croyait pas ses yeux. Était-ce vraiment possible? Il mit ses mains sur sa tête, et dit d’une voix incertaine :

-Est-ce que vous êtes sérieux? Vous êtes vraiment venus me chercher pour faire parti de l’équipe ?

L’hippogriffe inclina la tête, et acquiesça d’une voix solennelle. Puis il invita Darren a venir tout de suite à Kenmare pour rencontrer toute l’équipe et voir son équipement. Darren accepta, et l’hippogriffe lui proposa à monter sur son dos pour le voyage. Émerveillé, presque bouche bée le jeune homme aux cheveux dorés s’approcha de l’animal majestueux, et puis, réalisa qu’il se trouvait à l’école, et qu’il ne pouvait pas quitter l’école de la sorte, sans rien dire à personne. Il leva les yeux vers l’animal et déclara d’une voix un peu intimidé.


-Euh, je ferais mieux d’avertir le professeur Chourave, ma directrice de maison avant de partir. Une question de principe voyez-vous?

En l’espace de quelques secondes, le plumage de l’oiseau devint rouge vif. Surpris, Darren recula de quelques pas, et sous ses yeux ébahis, l’hippogriffe qu’il avait vu quelques secondes auparavant se transforma en un énorme dragon, entré dans une sorte de colère foudroyante, et projetant du feu par ses narines. Apeuré, Darren pivota et commença à courir vers le château à toute vitesse. Le dragon le poursuivait, et le rattrapa bien vite. Sa patte se posa sur son épaule, et Darren sentit ses griffes s’enfoncer dans sa peau. Il poussa un cri de terreur, et on lui murmura à l’oreille…

- Réveille-toi…

Darren sursauta et se réveilla en sueur. Il faisait nuit, et il se trouvait à l’extérieur du château, couché sur le gazon près du lac noir. Il ne se rappella pas pourquoi il était là, mais la seule chose qu’il réalisa c’est que le dragon avait disparu, et qu’à la place, il y avait quelqu’un assis à côté de lui. Il ne voyait rien dans le noir, mais il réalisa que la personne qui avait mis sa main sur son épaule pour le réveiller n’était pas une énorme bête assoiffée de sang mais bien cette personne. Quel soulagement…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Sam 13 Déc 2008 - 18:18

Tellement fatiguée … Et en même pas la moindre envie d’aller se reposer. Il faisait encore jour, ce qui était rare pour une journée d’hiver, Amy se devait d’en profiter autant qu’elle le pouvait. Il n’avait pas encore neigé cette année mais cela ne serait tardé. En attendant un léger soleil perçait les nuages, rougeoyant le long du ciel, et dégageant un sentiment de coton protecteur. Tournant en rond dans sa chambre, Amy se décida à faire quelque chose de sa journée. Elle se couvrit chaudement, bien qu’elle sut pertinemment que dehors le froid la mordrait toujours autant. N’oubliant ni sa baguette, ni l’écharpe au couleur de Gryffondor, elle dévala l’escalier et entreprit de chercher une quelconque compagnie dans la Grande Salle. Celle-ci, excepté quelques élèves de 1ère année qui travaillait, était vide et silencieuse. La plupart de ses amis étaient en cours, ou bien dormaient quelque part dans leurs salles communes. Palpitant n’est-ce pas ? Il fallait toujours qu’elle envoie cette lettre à sa grand-tante, et après tout, pourquoi ne pas faire cela maintenant ? Se saisissant d’une plume et d’un parchemin elle écrivit sa lettre, assis sur les marches de l’escalier principal :

Citation :
Très cher Eugénie,
Je t’écris cette lettre pour te souhaiter un très bon noël, tout en espérant que tu la reçois à temps.
Ici tout se passe pour le mieux, je suis les cours avec toujours autant d’intérêt, et je suis toujours autant passionnée par le monde de la magie, bien que tu ais préférés que je me consacre à l’étude des moldus, qui est aussi une très belle science mais m’intéresse moins.
As-tu réussi à faire pousser ces Bubobulbs dans ton jardin ? J’espère que le froid n’aura pas détruit les jeunes pousses.
Je te souhaite encore un joyeux noël, peut-être nous verrons-nous pour les fêtes.

Je t’embrasse et au plaisir de te revoir.

C’était court, simple, sans rechercher d’aucune sorte, mais le principal était l’intention et le fait que sa grand-tante Eugénie, ne soit pas oublié de tous durant un moment qui se devait d’être le plus joyeux possible. Amy décida de poster sa lettre plus tard, l’idée de monter dans la volière, avec ce vent tellement fort et cette odeur immonde d’une concentration trop importante d’hiboux, ne lui donnait aucune envie. Rangeant précieusement le parchemin dans son sac, elle alla se dégourdir les jambes dehors puisque rien ne la retenait dedans. Le froid lui mordit effectivement le visage, faisant pleurer ses yeux, et la faisant trembler comme une plume. Il faisait déjà sombre, et le parc n’était pas plus occupé que l’intérieur du château. Néanmoins Amy préférait s’attarder à l’extérieur. Souhaitant marcher un peu, elle se dirigea vers le lac, tellement grand, tellement sombre, une immensité noire qui donnait le sentiment que toutes les lumières de la terre pouvaient être englouti par cette masse effrayante. Amy était kénophobe, plus simplement elle avait peur du noir obscur et profond, et ce lac, n’était rien d’autres qu’une grosse tache d’eau noir, de jour comme de nuit. Aussi craignait-elle de s’en approcher de trop près. Elle avait moins froid désormais, son corps s’était accoutumé à la température, et ses nombreux pulls semblaient être plus qu’efficace. Amy souffla légèrement et de la buée s’échappa. Cela la fit sourire : combien de fois avaient-ils écrit des mots d’amour, leurs noms ou fait quelques dessins sur les vitres, lorsqu’il faisait froid, son frère et elle ? Ces souvenirs de leur enfance lui manquaient. Elle ignorait si il serait là pour les fêtes, ou si il prendrait la peine de lui envoyer une lettre, elle ne savait même pas si elle lui manquait … Tout cela rendait nostalgique, voire triste même. L’amitié qui l’avait uni à son frère avait été la plus belle chose qu’il ne lui avait été donné de voir, et maintenant ? Il se voyait tellement rarement, et tellement rapidement. Les liens qu’ils avaient unis se déliaient petit à petit, elle en était consciente, mais elle préférait ne pas y penser, et faire croire, comme elle savait si bien le faire, que tout allait pour le mieux. Amy allait s’asseoir par terre lorsqu’elle entendit un cri percé la nuit. Elle était apeurée, il fallait bien l’avouer : il faisait nuit à présent et ce qu’elle avait entendu ressemblait fort à une forme particulièrement cruelle de torture. Mais elle n’était pas de la grande maison de Gryffondor pour rien. Aussi se mit-elle à courir en direction du cri, tenant fermement sa baguette dans sa main. Au détour d’un arbre, elle faillit tomber par terre n’ayant pas vu le corps allongé au sol. Un jeune homme, se trouvait là, s’agitant, criant, se débattant dans le vide, il semblait en proie à un sommeil très agité et particulièrement angoissant. Elle posa sa main sur son épaule et le secoua légèrement pour qu’il se réveille … sans succès.

- Réveille-toi…

Dans un sursaut, il se réveilla, ne semblant pas savoir où il se trouvait, ni ce qu’il faisait près du lac à une heure aussi tardive. Amy fut soulagé de voir qu’il ne s’agissait que d’un cauchemar et non d’une quelconque scène meurtrière et sanguinolente. Etant de nature parano, elle avait eu le temps de se faire tout un tas de film, des mangemorts venus de loin dans le simple but de tuer tout les sorciers, ou bien une attaque de détraqueurs devenus fous, ou pire encore Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, qui serait revenu apporter le mal et la tristesse partout où il irait. Il fallait l’avouer, elle était partie loin, mais son imagination était aussi une clef de la réussite, aussi ne s’en plaignait-elle pas. Se rendant compte qu’il était impossible de voir qui était le jeune homme elle s’empara de sa baguette.

- Lumos.

L’extrémité de sa baguette s’éclaira d’une légère lumière jaune, et Amy put voir son interlocuteur. C’était un jeune homme, sans aucun doute de la maison Poufsouffle, du moins c’est ce que laissait paraître son écharpe aux couleurs jaunes et noires. Bien qu’allongé il semblait assez grand. Amy ne se rappelait pas l’avoir vu dans aucun de ses cours. Mais qu’importe. Il semblait que le rêve du jeune homme l’ait autant effrayé que ses cris aient effrayés Amy. Celle-ci baissa la lumière pour ne pas l’aveugler et souri gentiment avant de se présenter.

- Je m’appelle Amy. Amy Helisson. J’espère que tout va bien pour toi … tu n’as pas l’air très en forme. Tu veux que je t’accompagne à l’infirmerie ?

Soucieuse d’être utile, et de pouvoir aidé, Amy ne semblait pas se rendre compte de l’heure tardive qui avançait. Le soleil avait depuis longtemps disparu à l’horizon, et le froid devenait chaque seconde plus mordant, plus intense, plus frigorifiant. Machinalement elle se frotta les mains entres elles. A chaque fois qu’elle respirait un nuage de vapeur s’échappait de son nez et de sa bouche. Il fallait bien reconnaître qu’elle était gelée, mais la priorité n’étant pas là, elle ne s’en occupa pas. Sa baguette posé par terre, donnait l’illusion d’un lieu inconnu mais magnifique.


Dernière édition par Amy Helisson le Dim 14 Déc 2008 - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Dim 14 Déc 2008 - 1:47

Lentement mais sûrement les souvenirs revinrent à l'esprit de Darren. Il se rappela peut à peu qu'il était descendu jusqu'au rives du lac pour se reposer, et il s'était probablement assoupi. La bête assoiffée de sang qu'il avait vue quelques secondes plus tôt n'était qu'un horrible cauchemar... Et il n'osait pas imaginer de quoi il avait eut l'air quelques secondes auparavant, avant qu'il se réveille...

Darren leva ses yeux. La personne qui l'avait doucement réveillé était une visiblement une fille, mais dans l'obscurité, il ne parvenait pas à distinguer clairement son visage. La jeune fille lui Darren se releva délicatement sur ses coudes, et esquissa un sourire à la jeune fille.


-Merci..., dit-il d'une voix un peu ensommeillée. Tu n'as rien de la bête sanguinaire de mon rêve à ce que je peux voir.


Il relava un peu la tête et éclata de rire.


-Ça ne devait pas être bien beau à voir n'est-ce pas?...

Darren regarda autour de lui, et constata qu'il devait être très tard. Il vit la lune dessinée sur le ciel parsemé d'étoiles, et se dit que le temps passait à une vitesse incroyable. Maintenant qu'il était réveillé, il ne désirait pas pour autant rentrer. Tout à coup, la jeune personne se trouvant à ses côtés prononça d'une voix claire :

-Lumos.

La jeune fille en face de lui lui apparu immédiatement. Elle était d'environ de son âge, peut-être légèrement plus âgée que lui, et avait de longs cheveux bruns foncés. Elle était à Gryffondor apparemment. Celle-ci se présenta. Elle s’appelait Amy Helisson. Puis elle lui proposa de l’accompagner à l’infirmerie s’il en avait besoin.

-Non merci beaucoup Amy. Mais je ne me suis pas fait mal du tout. J’avais seulement un rêve agité comme ça m’arrive souvent. Merci pour l’offre tout de même, dit-il d’un ton reconnaissant.

Puis, réalisant qu’il ne s’était pas présenté, il le fit immédiatement.

-Je suis Darren. Cassidy.

Darren observa subtilement la jeune fille à ses côtés. Il l’avait croisés à quelques reprises dans les corridors, mais ne la connaissait que de vue avant qu’elle se présente. Son esprit vagabonda d’une chose à l’autre, puis elle arriva au Quidditch, comme c’était souvent le cas. Il venait récemment de se faire prendre dans l’équipe de Poufsouffle. Il en était tellement heureux! L’essai s’était déroulé très lentement, et la tension était palpable. Ils devaient être une quinzaine a faire les essais pour le poste de Poursuiveur. C’était plutôt exceptionnel cette année là… peut-être que la température chaude et le soleil avait motivé plusieurs personnes à tenter le coup! Le capitaine de l’équipe avait débuté en leur demandant de faire quelques tours de terrain. Quelques personnes avaient tout de suite été éliminées, suite à leur pitoyable façon de conduire un balai. Elles avaient quitté le terrain d’un air maussade, mais Darren était content, car il allait enfin pouvoir démontrer ses habilités, car c’était le temps d’effectuer les tirs. En tant que poursuiveur, Darren excellait là dedans. Évidemment, c’était exactement en quoi consistait le poste de poursuiveur… Darren prit donc son envol, après qu’une fille de deuxième année ait réussi un seul lancer sur dix. Celle-ci avait des cheveux noirs et bouclés, et pleurait à chaude larmes après ce pitoyable effort, il fallait bien l’avouer. Elle couru rejoindre ses amies, et Darren entendit une voix lui dire qu’elle avait été excellente. Elle ne devait pas regarder au même endroit que moi, pensa t’il avec amusement. Le souafle sous son bras, Darren s’élança dans les airs. Le gardien était préparé, mais Darren parvint habilement à le déjouer, et lança le souafle dans le cerceau. Satisfait, il recommença, mais cette fois-ci en utilisant un stratagème différent, qui réussi lui aussi à merveille. Bientôt, il eut effectué tout ses lancers, et il les eut tous réussi. Avec un score parfait, il redescendit sur le gazon vert brillant du terrain de Quidditch, et attendit que les autres finissent leurs essais. En fin de compte, le capitaine annonça que les deux poursuiveurs étaient Darren et California. Darren avait tellement été heureux de cette annonce! Il n’en revenait tout simplement pas. Il avait passé toute la journée qui s’était ensuivit à s’entraîner comme un forcené pour être certain d’être à la hauteur. C’est que Darren était le gars le plus perfectionniste qui existait.

Il regarda donc Amy, et lui sourit amicalement. Elle avait des traits très fins, et Darren du s’avouer qu’elle était très belle. Darren se demanda d’où elle était originaire. Elle ne ressemblait pas aux autres filles qu’il avait connu en Irlande, son pays natal. Il sourit à la jeune fille, et lui demanda avec curiosité :

-Est-ce que tu joue au Quidditch, Amy?

Il la regarda avec le regard intéressé qui le caractérisait. Quand on discutait avec ce jeune homme aux cheveux blond, on ressentait toujours le besoin de se confier aussitôt. Peut-être était-ce la façon dont il regardait les gens, en tout cas, il aimait beaucoup entendre l’histoire des autres, sa curiosité naturelle le poussant à ne pas parler beaucoup, et à écouter. Il leva les yeux vers Amy, et attendit sa réponse. Elle semblait être en forme, et si elle ne jouait pas, elle avait certainement le corps idéal pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Dim 14 Déc 2008 - 13:58

- Bien, comme tu veux. En effet, ton rêve devait être agité car tu as beaucoup crié …
Enchantée !


S’empressa t-elle d’ajouter avec un grand sourire lorsque Darren se fut présenté. Voyant que celui-ci dérivait dans ses pensées, et ne souhaitant pas l’importuner, Amy fit de même. Ses souvenirs remontèrent à quatre ans de cela maintenant. Son premier jour dans cette magnifique et étonnante école. Elle se rappelait très clairement l’appréhension qu’elle avait ressentit lorsque sa mère lui avait ordonné de courir vers ce gros pilier de pierre. Elle faisait confiance à sa mère, mais l’idée de s’écraser volontairement sur un mur ne lui plaisait guère. Devant l’énervement pointant de sa très cher mère, Amy finit par céder ; fermant les yeux au maximum elle courut le plus vite qu’elle put et … bien qu’elle ne put rien voir, son corps sentit le changement d’atmosphère, ses oreilles n’entendait plus les hurlements des contrôleurs, ni le brouhaha continue qu’offrait la gare. A la place elle entendait une sirène très forte, stridente même, des bruits de chariots qui se cognaient, et parfois même, dans tout cela, une ou deux chouettes qui hululaient. Amy avait rapidement dit au revoir à ses parents avant de monter dans le train et de se trouver un wagon vide. Venant d’une famille plutôt riche, Amy savait qu’elle avait pas mal de gallions dans son compte, sans compter « l’argent de poche » que ses parents lui avaient laissé pour le voyage, aussi ne se prenait-elle pas la tête à propos de ses dépenses et comptait bien acheter tout ce qu’elle pouvait lorsque la vendeuse de bonbons passerait. Elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas faire le voyage toute seul et que forcément quelqu’un viendrait dans SON wagon, mais Amy ne s’attendait pas à voir débarquer le prof de Sortilèges et Enchantements. Impressionnée par ce petit être, petit mais puissant, Amy se fit toute petite dans son coin. Machinalement et par politesse elle salua son futur professeur, en lui souriant aimablement. De tout le voyage personne d’autres ne vint les déranger. Ce qui laissa au professeur Flitwick le temps d’apprendre à la jeune fille les notions premières de sa matière, ainsi que un ou deux sorts pratiques dans la vie de tout les jours. Ainsi à la fin du voyage Amy savait utiliser le sortilège Lumos, et savait réparer n’importe quel objet grâce au sortilège Reparo. Ce n’était certes pas grand-chose, mais devant l’excitation qu’une première année pas encore arrivé, avait devant le moindre sort, ces quelques notions avaient suffit à la rendre heureuse. L’année commençait parfaitement bien. Elle passa le reste du voyage à utiliser ces deux sortilèges, à l’amusement et à l’agacement de son professeur qui, par moment, regrettait de les lui avoir appris. Effectivement lorsque la vendeuse passa, Amy ne se fit pas prier deux fois, elle prit tout les bonbons qui lui plaisait devant le sourire de son professeur. Souhaitant posséder la collection entière des cartes de Berties Crochus, elle fut très déçue lorsqu’elle s’aperçut qu’elle avait Dumbledore en cinq exemplaires, mais son sourire réapparut aussitôt lorsqu’elle vit le château se dessiner à l’horizon. Enfin elle était arrivée, enfin elle allait pouvoir apprendre la magie et peut-être devenir une très grande sorcière. Le reste de son voyage restait flou, tout comme l’entrée dans le château. Ses souvenirs redeviennent nets lors de la cérémonie de répartition. L’arrivée en trombe de cette masse d’enfant, jeune et apeuré. L’appel des noms. Le sien. Le moment tant attendu était arrivé. Pour être franc, Amy n’avait aucune idée de la maison dans laquelle elle allait être envoyé. Elle se voyait aussi bien à Serpentard, qu’à Gryffondor. La seule chose dont elle était sûr c’est qu’elle ne pouvait pas être envoyé à Serdaigle, son manque de travail et de rigueur dans l’apprentissage éliminait d’office cette maison. Finalement le chapeau l’avait envoyé à Gryffondor. Une salve d’applaudissement l’avait accueillis tandis qu’elle se dirigeait vers la table de sa nouvelle maison. S’en était suivi trois année magnifiques, à présent la quatrième. Et elle était là, une nuit, assise sur les berges du grand lac, en compagnie d’une jeune homme nommé Darren. Un long chemin avait été parcouru depuis son air niais et émerveillé devant tout et n’importe quoi, à commencer par ce grand plafond dans la Grande Salle, ou encore devant ces escaliers qui bougeaient d’eux-mêmes, ou même devant ce tableau de la Grosse Dame, qui n’était jamais contente. Elle avait grandi s’était vrai, mais dans le fond elle aimait autant rire, elle était toujours aussi curieuse, et sa bonne humeur n’avait pas disparu. La voix du jeune homme la fit aussitôt sortir de ses rêveries.

- Est-ce que tu joues au Quidditch, Amy ?

Le Quidditch, certainement l’une des meilleures inventions que les sorciers aient trouvé. Avoir la possibilité de s’envoler dans les airs, le sentiment de liberté qui s’en dégageait, et surtout l’impression de pouvoir tout faire sans aucune limite ou règle d’aucune sorte …

- J’y joue régulièrement avec ma famille ou entre amis. Cette année j’ai postulé pour le poste de batteur mais j’ignore si je serais prise. Mais c’est un sport que j’aime particulièrement, et chaque fois qu’il m’ait possible d’en faire, j’en fais. Parfois même il m’arrive de faire un tour du parc en balai, juste pour ressentir cette sensation dans le ventre à chaque fois que je m’envole … Ce sentiment de joie nouvelle, que tout va pour le mieux, que le monde nous appartient, tout ça je ne le ressens que lorsque je suis sur mon balai. J’en rêve la nuit parfois ; que je pars, loin, très loin, et chaque seconde je monte en altitude, les maisons en bas sont minuscules et je continu toujours et toujours plus loin. Après …

Après Amy rejoins son frère dans l’un des pays dans lequel il se trouve actuellement. Elle le serre dans ses bras, refusant de le lâcher, pleure encore et encore, ne pouvant croire qu’il est là, juste devant ses yeux. Elle remercie le ciel et tout ce qui l’entoure pour l’avoir retrouvé. Son frère aussi est heureux de la revoir, il l’embrasse sur les joues, la soulève en l’air comme on pourrait faire à une enfant de cinq ans, hurle de joie dans la nuit opaque. Mais tout cela n’intéressait sûrement pas Darren, et Amy ne parlait jamais de ses malheurs, elle savait très bien faire croire que tout allait parfaitement bien. De plus elle venait de se rendre compte qu’elle avait beaucoup parlé d’elle-même, et elle avait horreur de ça, c’était sûrement le regard confiant du jeune homme qui l’avait poussé à parler plus qu’elle ne le faisait habituellement, de nature assez modeste elle n’aimait pas parler d’elle. Se reprenant et, avec son plus convaincant sourire, elle finit sa phrase.

- Après, hélas, je me réveille … Et toi alors ? Tu en joues ?

Amy regarda Darren de biais, il avait un sourire qui semblait montrer que c’était quelqu’un de gentil et en qui on pouvait facilement avoir confiance. Etant méfiante et légèrement parano sur les bords, Amy regretta d’avoir pensé cela, on ne pouvait jamais savoir à quoi pensait les gens, encore plus lorsque l’on ignorait tout de, même si ceux-ci paraissaient être les personnes les plus adorables qui soient. Sa méfiance naturelle lui permettait de ne pas souffrir inutilement, ainsi peut de personne arrivait à la décevoir, s’attendant dés le début à être déçue. On ne peut pas dire qu’elle ne s’attachait pas aux gens, disons plutôt qu’elle s’en détachait très rapidement. Regardant dans le ciel, Amy vit que la lune brillait magnifiquement, suffisamment pour qu’elle puisse éteindre sa baguette.

- Nox.

Murmura t-elle. La baguette s’éteignit, mais la lune se reflétant dans le lac à la manière d’un miroir produisait assez de luminosité, et les enveloppait d’une lumière douce et soyeuse. N’y pensant plus, Amy ne ressentait plus du tout le froid qui pourtant, était de plus en plus piquant. Elle était bien là, n’étant pourtant pas quelqu’un de très réfléchis ou aimant se renfermer dans ses pensées, elle devait bien reconnaître que l’atmosphère qui se dégageait de ce lieu la calmait. Elle ne pensait pas à l’heure qui avançait, les élèves devaient sans doute être réunis autour de leur table dans la Grande Salle, ses amis se posaient sûrement la question de l’endroit où elle pouvait bien être, les amis de Darren faisant la même chose. Néanmoins ils mangeaient dans le bruit des couverts et des rires, au milieu d’une foule dense d’élèves et de quelques professeurs, pendant que eux deux, étaient assis côté à côté n’écoutant que le silence et le bruit imperceptible que le vent faisait en passant entre les branches. Brisant le silence elle rajouta.

- Et qu’est-ce que c’était ton rêve ? Enfin si ce n’est pas trop indiscret.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Lun 15 Déc 2008 - 2:54

Dès que Darren eut posé sa question à Amy, celle-ci lui répondit aussitôt, l'air très heureuse de pouvoir en parler:

- J’y joue régulièrement avec ma famille ou entre amis. Cette année j’ai postulé pour le poste de batteur mais j’ignore si je serais prise. Mais c’est un sport que j’aime particulièrement, et chaque fois qu’il m’ait possible d’en faire, j’en fais. Parfois même il m’arrive de faire un tour du parc en balai, juste pour ressentir cette sensation dans le ventre à chaque fois que je m’envole … Ce sentiment de joie nouvelle, que tout va pour le mieux, que le monde nous appartient, tout ça je ne le ressens que lorsque je suis sur mon balai. J’en rêve la nuit parfois ; que je pars, loin, très loin, et chaque seconde je monte en altitude, les maisons en bas sont minuscules et je continu toujours et toujours plus loin. Après …

Darren lui sourit. Il ressentait exactement la même chose lorsqu'il volait. C'était le sentiment qu'il préfèrait au monde, celui que lui procurait le vent dans ses cheveux, ce sentiment de liberté extraordinaire qu'on avait et qui nous donnait l'impression d'être maître de tout. Lorsqu'elle lui exprima comment elle se sentait, Darren aprouva de signes de têtes rapide, puis lorsqu'elle eut terminé, il dit d'une voix enjouée:

-Oui! Je suis complètement d'accord avec toi. Le Quidditch c'est ma vie. C'est comme l'air pour moi, je ne pourrais vivre sans. C'est vraiment ce que je préfère à Poudlad, quant à moi. Mais je suis sûr que tu vas être acceptée dans l'équipe. Juste de la façon dont tu en parle, tu as l'air si passionnée! Si ils ne te prennent pas, ils manquent une belle occasion...

Il lui fit un clin d'oeil. Darren avait remarqué que la jeune Gryffondor n'avait pas terminé ce qu'elle disait, mais il ne lui posait pas de question. Ce devait être personnel où elle était allée, en rêve, sur son balai. Il n'allait tout de même pas lui demander. Puis, Amy demanda à Darren s'il jouait lui aussi. Il approuva d'un signe de tête.

-Oui! D'ailleurs je viens d'apprendre que je suis pris comme poursuiveur dans l'équipe de Poufsouffle! J'étais si heureux quand j'ai appris ça!... Alors ça signifie sûrement qu'on va se voir dans un match prochain.

Les jours de matchs étaient des journées parfaites aux yeux de Darren. Il se levait le matin, avec une certaine nervosité au creux du ventre, et allait prendre son petit déjeuner rituel, c’est à dire des gaufres aux bleuets accompagnées d’un grand verre de jus d’Orange. Il prenait toujours le même déjeuner, un peu par superstition, car lors de son premier match, il avait marqué 60 points, et il avait conservé cette habitude depuis. Puis après avoir bien mangé, il allait dans la salle commune chercher son équipement de Quidditch, et se rendait par la suite directement au terrain, histoire de se préparer mentalement. Il arrivait souvent le premier dans les vestiaires, ce qui lui permettait de visualiser plusieurs feintes et tactiques différentes pour le match. Puis, après que toute l’équipe arrivent, ils se préparaient tous ensemble, puis firent tous leur rituel d’avant-match. Et puis, ils faisaient leur entrée dans le stade. C’était un moment d’allégrese incroyable pour lui lorsque Darren prenait son envol, et entendait les partisans crier : ‘’GO POUFSOUFFLE GO!’’. Il avait très hâte au premier match de l’année. Et c’était amusant de pouvoir rencontrer ses adversaires.

Il n’était pas du genre a avoir une rivalité hors des matchs, au contraire. Il respectait tout ses adversaires, même les plus brutes, car il savait qu’on ne méritait de gagner un match que quand on jouait contre les meilleurs, et il désirait que les autres se donnent toujours à fond. Son oncle, entraîneur pour l’équipe d’Irlande, lui avait dit un jour ces paroles très nobles, et elles étaient restées gravées dans sa mémoire à jamais. {Celui qui perd et qui dénigre la victoire de l’autre équipe restera perdant. Celui qui ce lèveras et iras féliciter son opposant, gagnera à la fois le respect, et a la fois la certitude de gagner le prochain match. Souviens-toi en petit bonhomme}. Il était haut comme trois pommes quand Arthur lui avait dit ça, pourtant il s’en souvenait comme si c’était hier.

Depuis ce jour, il savait que pour arriver à l’excellence, il devrait s’entraîner comme un fou, et qu’il devrait toujours se conduire comme ses parents lui avaient montré, avec loyauté et sagesse.

Sans crier gare, Amy éteint la lumière en soufflant un ‘’Nox’’ assuré. Bien que le parc fût sombre, la lumière projetée par la lune leur suffisait amplement pour se voir tout les deux. Amy demanda à Darren en quoi consistait son rêve. Il sourit à l’idée de ce qu’il se souvenait.

-Dans mon rêve, je me trouvais exactement ici même, et je rêvassais. Tout à coup, un hippogriffe descendit du ciel et me proposa de faire partie de l’équipe nationale d’Irlande de Quidditch dans l’immédiat. J’ai accepté, mais quand je lui ai dit que je devrais sûrement prévenir ma directrice de maison de mon départ. Puis, entrant sans doute dans une énorme colère, il s’est transformé en un énorme dragon, et a commencé à me poursuivre. J’ai pris peur, et je courrais à toute vitesse pour le poursuivre, mais il avait réussi à me rejoindre. Il avait posé ses griffes sur mon épaule au moment ou tu ma secoué, et je paniquais… Mais au lieu de voir un visage abominable refermer ses crocs sur moi, c’est le tiens que j’ai vu…

Il rougit, mais elle ne put le voir et détourna la tête. L’atmosphère était silencieuse autour d’eux et c’était très bien comme ça. Darren n’était pas quelqu’un qui parlait pour ne rien dire, et ça ne semblait pas être le cas d’Amy non plus. Ils étaient incroyablement bien, seuls, dans un silence paisible, sans aucune amertume. Il y avait parfois de ces silences douloureux, ou l’autre cherche quelque chose à dire, soit pour combler ce silence qu’ils ne peuvent supporter... Mais ce n’était pas du tout le cas pour Darren et Amy. L’heure était avancée, et peut-être qu’on se demandait où il pouvait être passé. Il avait promis à des amis qu’il allait leur montrer un passage secret qu’il avait découvert au troisième étage, et qui menait dans le parc…

Le passage secret menant au Parc! Une idée vint à l’esprit de Darren. Peut-être que si Amy voulait bien, peut-être qu’il pourrait emprunter ce passage pour rentrer à l’intérieur! Il avait eut l’occasion de le découvrir alors qu’il revenait d’un cours de défense contre les forces du mal. À ce moment, il marchait vers les escaliers pour rentrer à sa salle commune. Il était en train de penser à quelque chose dont deux élèves de Serpentard discutaient alors qu’ils pensaient être seuls dans les salles de bains du sixième étage.

‘’Je te dis que c’est vrai! Écoute, la prochaine fois que tu passeras à côté du tableau représentant Dymphna Furmage sur le troisième étage, tu n’auras qu’à tapoter son oreille droite avec ta baguette et à dire : ‘’Cérumen’’.

‘’Ouais, peu importe. Il faut que j’aille finir mon satané devoir de métamorphose que cette vieille bonne femme m’a donné…

Darren ne savait pas de quoi il parlait, mais lorsque son regard se posa sur le tableau de Dymphna Furmage, l’idée d’essayer ce qu’il avait entendu lui passa par l’esprit aussitôt. Il prit sa baguette dans sa poche, et d’une voix un peu incertaine dit clairement :

-Cérumen.

Aussitôt, la sorcière sur le tableau avait grimacé, et avait crié : ‘’Je n’ai pas de Cire dans les oreilles, jeune ingrat!’’. Darren s’attendait à ce que ça ne marche pas, et se retourna, mais au dernier moment, le tableau s’ouvrit, pour laisser place à un passage en pierre, plongé dans l’obscurité. Surpris, il regarda des deux côtés. Le couloir était désert. Il entra donc dans le passage, puis le parcouru. Le passage était très étroit, et il devait se pencher considérablement pour pouvoir avancer. Après quelques minutes, il arriva au bout. C’était un cul-de-sac. Ne savant plus quoi faire, il cria : ‘’Cérumen!’’ et le mur devant lui s’ouvrit sur le parc, et la lumière flamboyante du jour l’aveugla de plein fouet. Il venait de découvrir un nouveau passage secret!

Son esprit se rapporta à Amy. Il tourna sa tête vers elle, et lui sourit.

-Amy, j’ai eu une idée. L’autre jour, j’ai découvert un passage secret au troisième étage qui donnait sur le parc. Ça te dit d’aller voir s’il fonctionne aussi dans l’autre sens ? Ça serait amusant, et de plus, ça ne m’étonnerais pas si Ombrage surveilles les entrées du château, et ainsi, on pourrait rentrer incognito dans Poudlard! Qu’en penses-tu ?

Il observa Amy, se demanda ce qu’elle allait répondre. À l’intérieur de lui-même, il espérait qu’elle accepte. Ce serait très excitant, et qui sait ce qui allait leur arriver…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Lun 15 Déc 2008 - 15:46

- Dans mon rêve, je me trouvais exactement ici même, et je rêvassais. Tout à coup, un hippogriffe descendit du ciel et me proposa de faire partie de l’équipe nationale d’Irlande de Quidditch dans l’immédiat. J’ai accepté, mais quand je lui ai dit que je devrais sûrement prévenir ma directrice de maison de mon départ. Puis, entrant sans doute dans une énorme colère, il s’est transformé en un énorme dragon, et a commencé à me poursuivre. J’ai pris peur, et je courrais à toute vitesse pour le poursuivre, mais il avait réussi à me rejoindre. Il avait posé ses griffes sur mon épaule au moment ou tu ma secoué, et je paniquais… Mais au lieu de voir un visage abominable refermer ses crocs sur moi, c’est le tien que j’ai vu…

Amy sourit, avant d’être un cauchemar, le rêve de Darren était un très beau rêve : être demandé dans une très grande équipe de Quidditch était le but ultime de tout joueur qui appréciait le Quidditch à sa juste valeur et non pour l’aspect publicitaire du sport. Pour sa part, Amy avait une légère préférence pour l’équipe de Bulgarie, bien qu’il se soit fait écrasé par l’Irlande durant la dernière coupe du monde, elle trouvait leur jeu plus fluide et plus précis dans leurs passes. La jeune fille considérait que le Quidditch, bien qu’étant un sport assez physique, se devait d’être beau à regarder. C’est pour cela qu’elle apprenait avec la plus grande vigilance des figures de plus en plus complexes, parfois elle demandait à sa professeur de vol de lui enseigner des techniques en plus du cours habituel. Bien qu’étant batteur, Amy s’entraînait aussi à toutes les positions. Ainsi elle savait parfaitement exécuter le Revers du cognard, ou bien la Pince de Parkin, la Feinte de Wronski, ou encore l’Etoile de mer. Mais tout cela n’était pas grand-chose comparé à cette Coupe de Monde à laquelle elle avait pu assister. Pendant un instant Amy fut ailleurs, ce match était l’un de ses plus beaux souvenirs. Elle se rappelait avec exactitude l’arrivé des joueurs des deux équipes. L’Irlande nettement supérieur durant tout le match, et finalement Krum qui décidait d’attraper le vif d’or sachant très bien que son équipe ne pourrait pas remonter le score. Finalement ils avaient perdus de 10 points seulement, mais ce match était un évènement historique : il était très rare que l’équipe qui attrapait le vif d’or perde le match. Reprenant le cours de la réalité, Amy s’aperçut qu’un silence s’était installé. Elle n’avait rien contre cela, au contraire c’était reposant, agréable, comme si ils étaient coupés du reste du monde, ou même comme si il n’y avait plus que eux deux. Amy ferma les yeux une fraction de seconde avant des les rouvrir, brillants, étincelants d’une lumière espiègle. Elle avait envie de courir, de rire, de plonger dans l’eau glacée du lac bravant sa peur, elle avait envie de sauter partout, de crier pour que tout le monde puisse l’entendre. Parfois elle avait un petit moment de folie, c’était passager, ça ne durait jamais longtemps, mais cela suffisait à lui donner une joie inégalable. Elle était de nature heureuse, c’était vrai, mais comme tout le monde il lui arrivait d’avoir de légers moments de faiblesse où elle doutait. C’était rare. C’était court. Et lorsqu’ils partaient elle redevenait la petite fille qu’elle était toujours restée. Et c’était sans aucun doute cela qui la rendait si souriante et si joyeuse. Dans le château, les élèves devaient être en train de retourner dans leurs salles communes respectives, ayant bien mangé, disons même complètement repu. Ils se trouvaient au milieu de rire, de voix, de discutions animés autour de tel ou tel sujet. Le contraste entre cette vision et le silence qui les entourait était … impressionnant. Ombrage devait être en train de faire son premier tour de garde de la nuit, les professeurs s’échangeaient quelques derniers mots et retournaient tranquillement dans leurs appartements veillant à ce que chaque élève soit correctement rentré. Et à moins qu’ils en fait la remarque à leurs professeurs, il y avait peu de chance que ceux-ci aient remarqué l’absence de Darren et elle. L’heure avançait de plus en plus, mais il aurait été suicidaire de rentrer par la grande porte, sachant pertinemment qu’Ombrage guettait le moindre bruit. C’est à ce moment que Darren prit la parole.

-Amy, j’ai eu une idée. L’autre jour, j’ai découvert un passage secret au troisième étage qui donnait sur le parc. Ça te dit d’aller voir s’il fonctionne aussi dans l’autre sens ? Ça serait amusant, et de plus, ça ne m’étonnerait pas si Ombrage surveille les entrées du château, et ainsi, on pourrait rentrer incognito dans Poudlard ! Qu’en penses-tu ?

Amy était très tenté par cette idée, en réalité elle aimait surtout le fait qu’elle allait tester quelque chose qu’elle n’avait jamais faite auparavant, et étant curieuse tout cela lui plaisait bien. Il fallait juste espérer que le passage marche bien dans les deux sens et si ce n’était pas le cas et bien tant pis, ils seraient deux pauvres âmes condamnées à mourir parce qu’ils étaient resté trop longtemps dehors et qu’ils ne souhaitaient pas écoper d’une punition. Malgré quatre années passées dans le château, la jeune fille n’avait encore jamais découvert de passage secret, pour être franc elle n’en avait jamais vraiment cherché. Mais tout cela faisait monter en elle l’excitation. Elle aimait prendre des risques, cela en faisait partie. Darren observait Amy, attendant qu’elle réponde. Celle-ci n’eut pas longtemps à réfléchir de la réponse qu’elle allait donner.

- Excellente idée, il faudra juste faire attention que personne ne se trouve de l’autre côté du passage lorsque l’on en sortira. Je n’ose pas imaginer la tête d’Ombrage si elle nous apercevait.

A dire vrai, Amy aurait souhaité qu’Ombrage les démasque, qu’elle s’énerve inutilement. Elle aurait aimé entendre sa voix exécrable monter de manière affolante dans les aigus, leur criant qu’il était inconcevable de voir combien les élèves ici étaient désobéissants. Elle aurait aimé qu’elle lui dise qu’elle n’était qu’une sale peste, sortant de sa bouche ces quelques mots auraient été le plus gros compliment qu’on ne lui eut jamais fait. A dire vrai, Amy donnerait tout pour faire payer à Ombrage l’omniprésence et le gâchis permanent qu’elle imposait à ce lieu qui, avant son arrivé, était tout simplement parfait. Mais elle ne pouvait rien contre cela, et c’était bien ça le plus triste et le plus déprimant : l’incapacité d’agir et de modifier les faits. Mais Amy ne perdait pas confiance, peu, très peu, étaient les élèves qui appréciaient cette pustule ambulante, il suffirait de motiver un peu les troupes pour la faire tomber … C’était rapidement dit, mais Amy doutait que cela soit aussi rapidement fait. Darren s’était levé. Et Amy en fit autant, elle ramassa sa baguette, et remit en ordre sa robe de sorcier et ses cheveux. La lune les éclairait d’une lumière blanche, comme si ils étaient deux petits anges s’apprêtant à aider les gentils humains contre le méchant Diable. C’était mignon et très puérile. Amy s’en rendit compte ce qui la fit sourire, il fallait reconnaître que son imagination l’emmenait parfois assez loin. Elle avait très hâte que Darren lui montre le passage secret, étrangement elle lui faisait confiance et elle ne pensa pas une seule seconde qu’il souhaitait la piéger. Etant méfiante, Amy ne comprenait pas d’où lui venait ce soudain élan de confiance aveugle, mais elle ne chercha pas à se l’expliquer. Leurs ombres se dessinaient sur le sol, se glissant naturellement entre l’herbe haute et les pierres qui jonchaient la berge du lac. Ils paraissaient grands, forts, indomptables et tellement puissants. Et au loin, se dessinait le château, les lumières étaient encore en grande partie allumée, mais l’on pouvait voir parfois une ou deux lampes qui s’éteignaient. Bientôt ce serait la Grande Salle … Amy alors eut une idée : elle n’était jamais aller dans le Grande Salle la nuit. C’était risqué et il y avait peut de chance pour que Darren accepte mais …

- Je pensais … une fois à l’intérieur, ça ne te tenterait pas d’aller voir la Grande Salle ?

Amy espérait sincèrement qu’il accepte, trouvant beaucoup moins d’intérêt à y aller toute seule. Elle ignorait si le plafond magique s’arrêtait de marcher ou bien si il continuait à faire tomber son infinité de flocon la nuit aussi. Et puis ils auraient la Grande Salle pour eux tout seul, la journée s’était inconcevable, il y avait toujours de nombreux élèves dedans, et parfois même quelques professeurs. De plus, il y avait peu de chance pour que Ombrage aille voir dans cette salle, celle-ci étant tout le temps vide après le repas du soir. Cette simple idée qui germait dans sa tête, avait relancé davantage son excitation, et elle attendait avec impatience que Darren lui montre l’entrée du passage, tout en espérant qu’il accepte de l’accompagner bien sur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Dim 28 Déc 2008 - 9:32

Darren attendait patiemment la réponse d’Amy, tout en agitant sa baguette magique, en réfléchissant à la manière qu'ils entreraient dans le château, si toutefois elle acceptait. Quelque chose dans la manière que son visage s'était changé lorsqu'il avait formulé son désir d'entrer dans l'école par un passage secret lui indiquait qu'elle dirait oui. Bien qu'il ne la connaisse pas beaucoup, il avait confiance qu'elle accepterait, et comme il l’avait prévu elle eut tôt fait de lui répondre, tournant ses yeux foncés vers lui.

-Excellente idée, il faudra juste faire attention que personne ne se trouve de l’autre côté du passage lorsque l’on en sortira. Je n’ose pas imaginer la tête d’Ombrage si elle nous apercevait.

Darren se dépêcha d’hocher la tête pour démontrer son accord. Darren était la délicatesse incarnée après tout. Bon, peut-être pas tant que ça à bien y penser, mais quand il mettait du cœur à quelque chose, il parvenait à faire bien des choses. Et comme tout élève normal de Poudlard, il craignait Ombrage, bien qu’il ne veuille pas l’avouer. Sous ses airs angéliques, Dolores Ombrage était tout simplement démoniaque, et ce n’était un secret pour personne dans l’école. Et la croiser dans un coin sombre en plein milieu de la nuit, c’était pire que de croiser une horde de loup dans une forêt, à son avis. C’était incroyable pour une personne de si petite taille d’inspirer autant de mépris. C’était carrément un exploit en soi.

Darren sourit à Amy, et s’inclina de manière théatrale en montrant de sa main la direction qu’ils prendraient.

-C’est par là très chère. Enfin, si mes souvenirs sont exacts.

Il éclata de rire, puis les deux jeunes gens entreprirent la route vers le passage secret. Selon les souvenirs de Darren, il se trouvait près des serres de botaniques où avait lieu les cours du Professeur Chourave. En effet lorsqu’il était sorti à la lumière du jour, il avait pu remarquer des élèves de premières années de Serdaigle sortant des serres et parlant avec des voix aigües des plantes carnivores qui avait failli leur arracher un bras. Cet événement l’avait particulièrement marqué, et ça lui permis de se souvenir précisément où était situé le lieu qu’il cherchait. Le temps était frais, et les deux jeunes gens marchaient d’un pas relativement rapide. Ils montèrent la colline bordant le lac assez rapidement, pour finalement arriver tout près du château. Ils s’arrêtèrent quelques secondes, et Darren observa Amy, réfléchissant quelques secondes. Il tourna sa tête dans une direction, puis dans l’autre, puis, se décida, et se tourna rapidement vers Amy.

-Suis moi, dit-il à mi-voix.

Ils se trouvaient devant les portes du château, et ils se dirigèrent vers la gauche, en direction de la cour intérieure du château. L’espace de quelques secondes, Darren tourna la tête pour regarder le lac, qui n’était plus qu’une tache sombre diminuant de plus en plus au fur et à mesure qu’ils avançaient. Il se tourna, concentré vers leur destination. Lorsqu’ils furent arrivés à la cour intérieure, ils eurent tôt fait de la traverser, leur rythme étant très rapide. Confiant, Darren déclara d’une voix assurée :

-On y est presque.

En effet, Darren pouvait déjà apercevoir le lieu exact du passage. C’était une gargouille, particulièrement laide, avec des cornes pointues, et un visage qui lui était vaguement familier. Lorsqu’ils furent rendus à sa hauteur, Darren s’arrêta, un sourire flottant sur les lèvres.

-Elle me rappelle Ombrage cette affreuse gargouille, lança il en riant. C’est ici Amy. Maintant, il ne me reste plus qu’à essayer la même chose que sur le tableau à l’intérieur…

Darren sorti sa baguette de sa poche. Il ne pouvait pas se le cacher, il était nerveux. Si ça ne fonctionnait pas, que feraient-ils ? En tout cas, peut importe. Il trouverait un plan B. Il le faisait toujours. Comme il l’avait fait quelques jours auparavant, il tapota quelques coups sur ‘l’oreille’ de la gargouille, et murmura ‘Cérumen’ d’une voix sûre.

Contrairement à l’autre jour, il n’y eu aucun résultat immédiat. La mine contrariée, Darren se tourna vers Amy, visiblement déçu. Il haussa les sourcils en même temps qu’il haussait les épaules, l’air ravisé.

-Désolé…

Au même moment qu’il prononçait ces mots, un bruit retentit derrière lui. Surpris, il pivota, et vit qu’un trou béant s’était formé, à l’endroit même où la gargouille se trouvait quelques instants auparavant. Satisfait, Darren sourit.

-Je te l’avais dit. Je savais que ça marcherait…

Un sourire amusé sur les lèvres, Darren invita Amy à la suivre. Ayant une tête de plus que la jeune Gryffondor, il dut se pencher pour pouvoir passer. Lorsqu’ils furent les deux passés, le mur se referma sur eux, les laissant dans le noir le plus total.

-Lumos, dirent-ils en même temps.

Un point lumineux apparu à leurs baguettes, éclairant leurs visages du même coup. Darren sourit à Amy. Ils avaient réussi. Maintenant, ils ne leur restaient plus qu’à sortir incognito du passage sacret. Et à éviter Ombrage. Darren se rappela qu’Amy lui avait suggéré d’aller voir la Grande Salle. Il tourna son visage, penché difficilement et tentant de marcher malgré le mal qu’il éprouvait dans le cou, et murmura à Amy d’une voix amicale.

-Tu veux toujours aller à la Grande Salle ?

Il sourit brièvement.

-Moi en tout cas je suis partant. On y va?

Les deux jeunes gens entreprenaient donc le passage, d’une étroitesse assez incroyable. Ils devaient marcher l’un à la suite de l’autre, et Darren devait se pencher considérablement pour arriver à marcher. Les parois du mur étaient en pierre, humide et froide, lui faisant passez un frisson dans le dos. C’était sinistre, oui. Darren se demanda combien d’élèves étaient passés ici avant. À ce qu’il savait, il n’y avait pas beaucoup de gens qui connaissait des passages secrets. Lui-même n’avait jamais entendu parler d’eux, même ses cousins Cassidy n’en avait jamais trouvé, et dieu sait qu’ils en ont essayés des choses. Il se sentait très privilégié d’avoir franchi le pas d’un passage au moins une fois dans sa vie, et savait que c’était très rare. Il regarda Amy qui marchait devant lui. Il était très content aussi de partager ça avec quelqu’un. Il savait qu’il ressentirait le besoin de le dire à quelqu’un dans les jours précédents, mais maintenant que c’était fait, il savait qu’il devrait le garder pour eux. Si tout le monde advenait à savoir l’existence de ce passage, ce ne serait plus aussi spécial, aussi… secret.

-C’est la première fois que tu vas dans un passage?, demanda Darren alors qu’il essayait péniblement de marcher, tout vautré sur lui-même.

Après avoir marché quelques minutes, Darren et Amy arrivèrent devant une impasse. Ils s’arrêtèrent, et Darren se gratta la tête. Après avoir réfléchi quelques secondes, il formula d’une voix claire :

-Alohomora.

Avec un bruit, beaucoup, beaucoup trop sonore, le mur s’ouvrit en deux.

-Vite, dépêchons nous, on nous a surement entendus, tu as vu le bruit que ça a fait!
Amy et Darren franchirent le mur, et atterrirent dans un couloir complètement désert. Darren fit signe de garder le silence à Amy, et tendit l’oreille. À sa plus grande crainte, des bruits de pas arrivaient. Oh non, il y avait quelqu’un qui approchait! Sans prendre le temps de réfléchir, Darren attrapa la main d’Amy, et commença à courir. La jeune brune le suivait aisément, mais le couloir était long, et lorsque la personne tournerait le coin, elle les verrait tout de suite. Ils devaient trouver un endroit pour se cacher immédiatement. Darren jeta un regarder circulaire autour de lui, observant où ils trouveraient refuge. Toute les portes étaient fermées, et probablement fermées à clés. Ils ne pourraient donc pas les ouvrir… Mais où avait-il donc la tête, il était un sorcier! Darren brandit sa baguette vers la première porte qu’il vit, lança un ‘Alohomora’, et entraîna Amy avec lui à l’intérieur. Amy et lui s’était retrouvé dans un placard à balai minuscule, et s’y tenaient coincés comme des sardines. Leurs respirations étaient haletantes, et ils attendaient les yeux plongés dans ceux de l’autre, écoutant les bruits de pas qui s’approchaient de plus en plus d’eux. Leur angoisse était palpable, et des bruits de voix retentirent dans le silence de la nuit. Ce n’étaient pas des voix adultes mais bien des élèves. Était-ce d’autres élèves qui leur avaient pris une envie soudaine de se promener en pleine nuit? Comme eux dans le fond…

Les voix s’approchaient, et parvinrent bientôt clairement à Darren.

-…Y’a personne idiot. Et je n’arrive pas à croire qu’Ombrage nous fasse rester surveiller ce corridor en pleine nuit. Si ça ce trouve c’était seulement l’affreuse chatte de Rusard qui as fait tomber quelque chose.

C’était une voix féminine, dont le ton était méprisant.

-Je te dis que j’ai vu quelque chose. Et je crois même que j’ai vu une de ces portes se refermer quand nous avons tourné le coin du corridor. Je me ferais un plaisir d’enlever cinquante points à un de ces indignes…

Une autre voix s’était élevée, cette fois-ci d’un jeune homme.

-Et moi je te dis que tu imagine des choses parce qu’il est trois heures du matin! Allons nous coucher, Ombrage ne sauras rien et…

L’autre voix émit un grognement.

-Laisse-moi donc vérifier au moins. Tu es pire que Mimi Geignarde…

La voix masculine s’approchait dangereusement. Darren resserra sa main, et ferma les yeux. Ils ne les trouveraient pas. Il en était persuadé.

BANG!

Le gars venait d’ouvrir la porte adjacente à eux.

-Bon t’est content alors? , demanda la voix féminine. Allons-y maintenant.

-Non il reste celle-ci.

Quoique terrifié, Darren fit un clin d'oeil à Amy. Tout irais bien. Les bruits de pas se rapprochèrent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Lun 29 Déc 2008 - 2:10

Amy suivit Darren d’un pas de plus en plus excité. Il l’emmena tout d’abord en direction des serres de botanique, aussi durent-ils beaucoup marcher, du moins de l’avis de la jeune fille qui en avait horreur, mais leur envie de trouver le passage secret semblait les contraindre à marcher rapidement. Puis ils longèrent le chemin cahoteux qui menait au château. Tout en marchant, Amy jeta un coup d’œil au ciel ; il faisait nuit noire à présent et l’on pouvait clairement voir les étoiles briller. Là où elle habitait, il était impossible pour elle de les voir : trop de lumière, trop de pollution. Une onde de nostalgie qu’elle ne connaissait pas l’envahie ce qui la fit sourire, elle était loin d’être le genre de personne aimant vivre à la campagne, en symbiose avec la nature, et protégeant l’environnement coûte que coûte. En réalité elle faisait plus partie de cette catégorie de gens aimant se retrouver au milieu de foule, dans une ville constamment animé, où nuit comme jour on pouvait sortir et se rendre où on voulait. C’était cela qu’elle aimait, rien de plus, rien de moins, être entouré de gens, en rencontré chaque jour de nouveaux, profiter de chaque jour le plus qu’elle le pouvait. Amy n’aspirait à rien d’autres si ce n’est à cela et à garder son éternel joie de vivre. Ils étaient désormais postés devant la grande porte. Darren regarda autour de lui avant de lui murmurer :

- Suis moi.

Ils bifurquèrent vers la gauche, puis entrèrent dans la cour intérieure. C’était étrange de voir cette endroit, d’habitude si éclairé, plongé dans une obscurité qui aurait été totale sans les étoiles. Pour dire vrai, Amy ressenti quelques frissons dans le dos, non vraiment le noir ce n’était pas pour elle, heureusement qu’il y avait Darren sinon elle serait rentré depuis longtemps. La jeune fille avait une peur bleue de tout ce qu’elle ne pouvait pas voir et elle passait son temps à se retourner et à regarder à gauche et à droite pour vérifier que personne ne les suivait.

- On y est presque.

Amy hocha la tête, tout d’un coup elle avait oublié le noir, le jeu des ombres, les nombreuses cachettes qu’offraient la cour intérieure, désormais elle ne pensait plus qu’au passage secret qui n’attendait plus qu’eux. Ils s’arrêtèrent à la hauteur d’une gargouille, une horrible et effroyable gargouille. Deux petits cornes sortaient de son crâne à la manière de deux bâtons que l’on aurait planté là dans l’espoir de la tuée. Non vraiment elle n’avait rien du tout pour elle.

- Elle me rappelle Ombrage cette affreuse gargouille, lança Darren en riant. C’est ici Amy. Maintenant, il ne me reste plus qu’à essayer la même chose que sur le tableau à l’intérieur…

Cela fit rire Amy. Ombrage ? Non là il y allait un peu fort, la gargouille n’était tout de même pas laide à ce point. Elle aurait même dit que, comparé à leur directrice, elle avait un petit quelque chose qui faisait tout son charme. Oui peut-être cette flamme dans le regard ou bien ce léger sourire en coin, ou encore la manière qu’elle avait de se tenir lorsqu’elle nous regardait … Amy divaguait, voila qu’elle se mettait à trouver quelques atouts aguicheurs chez une statue volontairement laide, non vraiment elle n’allait plus très bien. Darren sortit sa baguette et murmura le mot « Cérumen » … il ne se passa rien. Amy était plus que déçu, elle qui s’était imaginé tout une histoire après ce passage … mais qu’importe ! Ils trouveraient le moyen de s’amuser autrement !

- Désolé…- Ce n’est pas g…

Un gros bruit sourd se fit entendre juste derrière Amy. Tous les sens en panique, elle sortit promptement sa baguette près à parer n’importe qu’elle monstre, mais ne tarda pas à la ranger lorsqu’elle s’aperçut qu’à la place de la gargouille se trouvait désormais l’ouverture d’un passage. Prise d’une joie enfantine, elle sauta dans les bras de Darren, avant de se rendre compte que ce geste était déplacé et qu’il fallait mieux pour elle qu’elle le lâche. Ce qu’elle fit d’ailleurs, avec un léger raclement de gorge. Le jeune homme entra dans le passage secret, Amy sur ses talons. A peine celle-ci fut-elle entièrement dans le trou que l’entrée de la gargouille se referma et qu’ils se retrouvèrent dans le noir le plus total. Elle sortit rapidement sa baguette et murmura :

- Lumos !

Darren avait eut le même réflexe qu’elle. Leurs deux baguettes éclairaient leur visage, ainsi qu’un bout du couloir, qui se révéla très, très étroit. Amy sourit au jeune homme, lui étant reconnaissante d’avoir réussi à égayer un temps soit peu sa soirée. Celui-ci, semblait avoir un mal fou à marcher, il devait se courber considérablement pour ne pas que sa tête heurte la paroi. Du haut de ses 1m58, Amy n’avait pas ce problème. Certes, ses cheveux seraient légèrement humides en sortant mais elle pouvait aisément rester droite.

- Tu veux toujours aller à la Grande Salle ? Moi en tout cas je suis partant. On y va ?
- Bien sûr !

Quelle question. Depuis qu’elle avait eu cette idée, qu’elle jugeait elle-même de génial, et que Darren avait réussi à la concrétiser grâce à son passage, elle n’avait plus que cela en tête. Et au diable Ombrage et sa Brigade Inquisitorale, la coupe des maisons, les punitions et tout le reste. Seul comptait le fait qu’elle se trouverait dans la Grande Salle, en plein milieu de la nuit, à se demander combien d’élèves avaient eu la chance de vivre cette « expérience » ?

- C’est la première fois que tu vas dans un passage ? demanda Darren
- Oui, et toi ? J’en connais un autre pourtant, mais je n’ai jamais eu ni l’occasion, ni le temps de le prendre … Mais si tu ne fais rien la nuit prochaine, on peut toujours le tester, c’est celui menant à Pré-au-Lard.

Amy lui fit un grand sourire. Cela pourrait être fabuleux, vraiment, de finir leur nuit poser sur une des nombreuses collines du petit village, à attendre le matin, avant de ce décider à rentrer. Bon certes, après 48h sans dormir ils seraient légèrement fatigués, mais à force de parler et de s’occuper ils ne verraient pas le temps passé. Après tout il était déjà presque 2h du matin, et pourtant elle avait l’impression que cela faisait à peine trente minutes qu’elle l’avait réveillé de son sommeil agité. Le jeune homme s’arrêta soudainement, et Amy faillit lui rentrer dedans. Elle se stoppa juste avant de le toucher en poussant un soupir de soulagement intérieur. Ils étaient arrivés au bout du passage, le jeune homme sortit sa baguette et murmura :

- Alohomora

La porte s’ouvrit en un bruit sonore qui, s’était sans doute entendu dans tous le château. L’adrénaline montait dans le corps de la jeune fille, qui s’amusait presque autant qu’une gamine à qui on vient d’offrir une poupée qui parle, qui mange, qui dort et qui va aux toilettes … le top quoi ! Ils sortirent rapidement du passage avant que celui-ci ne se referme. D’un geste, Darren fit comprendre à Amy de se taire, la jeune fille écouta avec attention, il ne fallut que quelques secondes aux deux jeunes gens pour percevoir des bruits de pas venant d’un couloir adjacent. Sans attendre davantage, le jeune homme s’empara de la main d’Amy et se mit à courir. La Gryffondor courait comme elle pouvait derrière lui, se demandant quand est-ce qu’il voudrait bien s’arrêter. Sa pensée n’eut même pas le temps d’être achevé, que Darren stoppa sa course et ouvrit une porte à l’aide de sa baguette. Ils entrèrent précipitamment dedans : c’était un placard à balai. Amy se sentait serrée, plaquer contre les mûrs, elle était tellement près du jeune homme qu’elle pouvait sentir son souffle contre ses cheveux. Ils se regardaient mutuellement, l’excitation de tout à l’heure avait fait place à une certaine crainte : finalement les punitions, Ombrage et tout le reste, ça aurait été bien d’éviter … Les voix s’approchaient, elles étaient à présent à quelques portes seulement de la leur. Amy ne les écoutait même pas, elle était bien trop absorbée dans ses pensées, et cherchait désespérément un moyen de s’en sortir. Hélas pour elle, pour eux, son cerveau tournait au ralenti, et aucune idée n’émergeait de sa tête. Un gros BANG se fit entendre : la porte juste à côté de la leur était désormais grande ouverte et celui qui avait fait ça comptait à présent faire de même avec la leur. Un réflexe automatique incita Amy à sortir sa baguette d’une main, l’autre étant toujours prisonnière des doigts de Darren. Celui-ci venait de lui faire un clin d’œil comme pour lui signifier que tout irait bien, qu’il savait quoi faire. Préférant ne rien tenter, elle lui fit entièrement confiance, attendant de voir ce qu’il lui réservait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   Dim 18 Jan 2009 - 7:38

Les bruits de pas s'approchaient de plus en plus, et l'esprit de Darren allait à cent mille à l'heure, espérant qu'une idée brillante lui vienne. D'une nature inventive, il trouvait toujours quelque chose, il falait qu'il trouve quelque chose. Mais bientôt, il fut trop tard pour tenter quoi que ce soit. Il n'y avait plus aucune issue possible. Darren se voyait déjà dans le bureau de Ombrage, subissant une des retenues sordides dont il avait entendu parler, au son des miaulements des chatons, une vraie torture en fin de compte. Peut-être même qu'elle irait jusqu'à les mettres dehors de l'école, elle en était parfaitement capable. Les bruits de pas s'arrêtèrent. Son père allait être si déçu de le voir arriver, mais qu'est-ce qu'il pourrait bien dire pour se justifier! Il était pourtant si confiant de s'en tirer... Il ne pourrait jamais se faire à l'idée de finir ses jours sans éducation et de lire dans les yeux de ses parents la déception qu'ils éprouvaient. Ça ne pouvait pas se terminer ainsi pas d'une manière aussi stupide... Et Amy dans tout ça, c'était de sa faute si elle était là, rien ne l'empêchait de le laisser sur la colline, endormit. Elle s'était montrée généreuse et elle se retrouverait en dehors de Poudlard dans la même soirée... C'était injuste, tout simplement injuste.

Darren sentit le sang se glacer dans ses veines lorsqu'il entendit la poignée de porte tourner. Les deux personnes qui se trouvaient dans le corridor allaient bientôt les découvrir. Darren aggripa sa baguette, au cas où dans un excès d'adrénaline, il tenterait quelque chose, et attendit bravement qu'on les découvre. La porte s'ouvrit en grincant, tranquillement, quand tout à coup...

-Mais que se passe t'il ici nom d'une gargouille?

Darren put entendre la main se resserer sur la poignée, et l'élève pousser un grognement, puis murmurer d'une voix inaudible.

-Ah Non, pas elle. Manquait plus que ça...

La personne qui venait d'apparaître, on aurait pu la reconnaître parmi toutes. Sa petites voix stridente, et même le bruit de pas sonore, cliquetant d'une manière à rendre fou nimporte qu'elle personne sensée. Le pire cauchemar qui pouvait s'ajouter à cette situation déjà très précaire venait de se produire, car Dolores Ombrage en personne venait d'apparaître dans le décor. Le bruit de pas s'arrêta, et Darren pouvait très bien l'imaginer, les mains posées sur les hanches, attendant les explications des deux membres de sa propre brigade inquiersitionale. La voix masculine se racla la gorge, puis déclara d'une voix hésitante.

-Comme vous nous l'aviez demandé Mlle. Ombrage, nous effectuions notre ronde dans le corridor, et puis ce cadre s'est fermé en faisant un bruit assourdissant, et...

Le petit rire aigü d'Ombrage l'interrompit.

-Êtes vous en train de m'expliquer Mr.Smith, en tournant éxagèrément autour du pot je dois le mentionner, que vous avez failli à la très simple tâche que je vous avait humblement demandé? Je ne vous en avait demandé que très peu Mr.Smith et vous me décevez atrocement...

Écoutant d'un oreille, Darren observit devant lui. La porte était toujours ouverte béatement, laissant environ dix centimètres d'ouverture. Devant ses yeux, Darren ne voyait qu'une grande fenêtre ancienne, avec un vase blanc posé sur le rebord de la fenêtre. Le jeune poufsouffle ferma les yeux essayant de suporter le mieux possible l'interminable sermont d'Ombrage auprès de l'élève de Serpentard.

-Mais je vous assure professeur, je suis certain qu'il sont toujours caché ici! J'ai cru voir une de ces portes se refermer quand nous avons tourné le coin. Avant que vous n'arriviez, je m'apprêtait peut-être à mettre la main sur eux qui sait...

-Cessez immédiatement. De pitoyables excuses ne seront pas acceptées pour votre manque de savoir-faire, et vous n'y échappez pas non plus Miss.Westwood...

Darren ferma les yeux. Au rythme ou ça allait, ils s'en allaient directement pour oublier la présence de lui et Amy. Il regarda celle-ci, une lueur d'espoir dans les yeux. Peut-être que ça allait se terminer simplement que Ombrage allait envoyer les deux élèves se coucher, et faire de même elle-même.

-... Mais vous avez mentionné qu'il se trouvait peut-être des élèves hors de leur lit derrière cette porte? Pouvez-vous m'expliquer pourquoi elle se trouve toujours close dites-moi?

L'esprit de Darren s'activa aussitôt, comme alerté par un signal. Une idée brillante, lumineuse et incroyablement géniale venait de franchir son esprit. Pendant que cet idiot d'élève de Serpentard essayait de justifier pourquoi il n'avait toujours pas ouvert la porte, parlant d'une voix presque implorante, Darren brandit sa baguette, et la pointa vers le vase blanc qui se trouvait sous la fenêtre. Puis, il murmura distinctivement:

-Flippendo!

Aussitôt, le vase éclata en mille morceaux, faisant sursauta non seulement les trois personnes dans le corridor, mais également la jeune Gryffondor et lui-même. Il fit un léger hochement de tête vers Amy, comme pour lui signaler que c'était bien lui qui avait causé cela. Dolors Ombrage poussa un rugissement semblable à celui d'un boeuf, et hurla d'une voix maintenant dénuée de son habituelle calme plat:

-MAIS... ILS SE SONT ÉCHAPPÉS! COUREZ ESPÈCES D'ABRUTIS!

Darren et Amy purent appercevoir trois masses passer tour à tour devant eux, en direction de l'endroit vers où le vase s'était brisé.

-SI VOUS N'AURIEZ PAS PARLÉ TOUT CE TEMPS AUSSI ! C'EST ENTIÈREMENT VOTRE FAUTE JEUNE HOMME, ENTIÈREMENT! VOUS SEREZ MIS EN DEHORS DE L'ÉCOLE SI VOUS NE RATTRAPEZ PAS CES EFFRONTÉS!

On entendit plus bientôt que les échos de la voix stridente d'Ombrage, au loin, puis ce fut à nouveau le silence. Darren n'avait jamais été aussi soulagé, et poussa un profond soupir. Il regarda Amy, et sourit à pleine dents, ses yeux pétillants de joie.

-Il n'y a plus lieux de s'inquiéter désormais. Ils sont loins.

Darren était tellement heureux qu'ils aillent semé ces trois terreurs, qu'il ne parvenait tout simplement pas à le croire. C'était tellement inespéré qu'il l'appréciait d'autant plus. Se rendant compte qu'il ne désirait pas rester là une seule seconde de plus, il, aggrippa Amy et l'entraîna derrière lui, pour ensuite courir dans la direction opposée à celle qu'avait pris Smith, Ombrage et Westwood. Ils se remirent à courir pour s'éloigner le plus possible de cet endroit où ils avaient eu si peur après tout. Ils arrivèrent devant une porte, que Darry ouvrit à la hâte, puis ils poursuivirent leur chemin, et dévalèrent les escaliers qui se trouvaient devant eux, ne sachant pas trop vers où ils s'en allaient. Ils riaient, comme s'ils flottaient sur un petit nuage. C'est ce qu'on ressent lorsqu'on vient de se sortir d'une impasse aussi impossible..

Puis, ils s'arrêtèrent. Le grand jeune homme commençait à replacer où il se trouvait. Ils étaient dans la grande cage à escaliers, et était presque rendus au rez-de-chaussé, c'est-à-dire près de la grande salle. Darren se tourna vers la lionne aux cheveux bruns, et lui offrit un de ses sourires espiègle dont il avait le secret.

-J'espère que tu te rends compte que tu m'en doit une, jeune fille.

Il éclata de rire, puis reparti à courir, laissant Amy le retrapper. Il riait au éclats, puis piqua un sprint, dans le corridor qui les séparaient de la Grande Salle. Puis, complètement hors d'haleine, il s'arrêta devant les immenses portes en chêne de cette pièce si magnifique. Amy le rattrapa presque aussitôt elle aussi, et s'appuya sur lui, repprenant elle également son souffle. Leur excitation était à son comble, bien qu'ils ne savaient pas ce qu'allait leur offrir cette visite nocture de la pièce où ils mangeait tout les jours. Darren regarda Amy, puis pris une décision.

-Tu sais Amy, je pense que ce doit être toi qui ouvre la porte. C'était ton idée après tout, alors je te laisse le privilège. Je me demande ce qui peux nous arriver d'autres pour couronner cette nuit particulièrement remplie en émotions...

Il sourit songeant à ce qu'il venait de dire. Ça allait être vraiment dur à battre. En effet, ce devait être l'une des nuits les plus excitantes de sa jeune vie, et était vraiment content de l'avoir partagé avec Amy également. Après avoir vécu tant d'émotions tout les deux, même s'ils ne se connaissaient pas du tout seulement quelques heures auparavant, un lien les rattacheraient désormais, c'était certain. Le monde magique était rempli de ces situations imprévisibles et palpitantes si déroutantes, et c'est pourquoi Darren adorait tant la magie. Il sourit et croisa ses bras, puis s'appuya nonchalement contre le mur, en attendant que Amy décident du moyen qu'ils allaient entrer dans la pièce. Peut-être qu'un simple Alohomora allait être suffisant après tout. Mais simplicité ne semblait pas être le mot d'ordre cette nuit là...

Après tout, lorsqu'on rassemble un jeune Cassidy fougueux et une jeune Hellison à l'esprit aventureux, ça ne peut donner que des aventures particulièrement sorties de l'ordinaire. Et Darren sentait que ce n'était pas fini...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Somnolence dans le parc...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Somnolence dans le parc...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS :: Hors-Jeu :: » Archives. -