AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Mer 24 Déc 2008 - 2:52

Fred et Georges étaient en train de vaquer dans les couloirs à la recherche de la salle sur demande. Depuis quelques temps ils avaient fortement envie de se créer un petit endroit ou ils pourraient tester leurs inventions, comme la salle sur demande par exemple ! Mais bien entendu, pour cela il fallait encore connaître l’emplacement exact, mais c’était sans compter que les jumeaux étaient incollables sur les lieux que pouvaient dissimuler Poudlard ! Il y a quelques temps plus tôt, les deux jeunes gens avaient découvert comment accéder à la partie cachée du château qui abritait la salle sur demande, et c’était avec grand plaisir qu’ils s’y rendaient depuis quelques temps ! C’était l’endroit idéal pour pouvoir tester un peu plus amplement leurs dernières inventions, mais sans se faire découvrir pour autant… Fred se dirigea vers le pan de mur qui était sensé abriter la porte secrète de la salle sur demande et Georges le suivait de près, les poches pleines de farces et attrapes qu’ils voulaient essayer. Le rouquin regarda son jumeau qui semblait la tête ailleurs, certainement encore en train de penser à sa copine qui semblait prendre toutes ses pensées, le jeune sorcier fronça les sourcils avant de frapper la tête de son frère pour le réveiller.

« Aïe ! Mais tu fais quoi Fred ? ! »

« Réveille-toi un peu Georges ! Je n’ai pas envie que tu penses tellement à ta chérie que nous nous retrouvions dans une salle pleine de ses photos ! Je t’en prie, pour ma survie, je te conseille d’éviter cela ! Je n’ai pas encore envie de mourir d’une crise cardiaque à mon âge, j’espère que tu comprendras ! Et donne-moi tes farces et attrapes, je passerais en premier et je poserais le tout dans la salle. »

Fred était légèrement agacé par sa copie, il n’avait aucune envie de se retrouver dans une salle tapissée de photo de la chérie de son frère, c’était trop pour son cœur sans aucun doute ! Déjà qu’il devait la supporter tous les jours dans la salle commune, au lever, à table, bref, partout ! Il ne manquerait plus que ça, et encore à la rigueur que Georges mette une photo d’elle sur sa table de nuit, mais là ce serait le pompon, et Fred ferait certainement des cauchemars toute la nuit sans jamais réussir à dormir paisiblement. Le rouquin soupira une nouvelle fois avant de se tourner vers son jumeau pour glisser sa main dans les poches de la veste de ce dernier, et en tirer quelques farces et attrapes qu’ils avaient pris en grosse dose avant de s’en aller de la chambre. Une chance que ce soit une journée de libre comme ils aimaient tant, et encore plus de chance que ce soit en période d’examen pendant qu’il neigeait ! Les élèves qui ne jouaient pas dehors étaient en train de réviser, quant aux autres, ils étaient loin de la salle des demandes ! Les jumeaux avaient prévus d’être tranquillement tous les deux dans la salle à tester leurs nouveautés pendant toute l’après-midi. Fred acheva de placer les objets dans ses poches avant de faire signe à son frère de reculer. Il passa une première fois devant le pan de mur en pensant très fort à une salle aux murs silencieux et protégés, un endroit ou ils pourraient tout tester sans que personne ne les entende et ne les dérangent ! Pendant son passage, Fred entendit des bruits de pas non loin de là, mais n’y porta pas d’attention, certainement Peeves qui embêtait un première année ! Puis il passa une seconde fois devant le pan de mur, pensant toujours aussi fortement à sa salle magique ! Les bruits de pas approchaient, et alors que Fred commençait son troisième passage devant le pan de mut, il leva la tête pour voir le visage d’Ombrage se dessiner au coin du mur non loin de là.

« Oh non pas elle ! »

Et bien si, Ombrage était non loin de là, elle n’avait pas encore remarqué les jumeaux, heureusement d’ailleurs ! Fred ouvrit la porte avec vitesse en faisant signe à son frère de le suivre, hors de question de se faire remarquer par cette vieille chouette ! Le rouquin entra dans la salle, après y avoir jeté un coup d’œil, elle était parfaite, exactement comme il l’avait espéré ! A croire qu’il avait bien fait de ne pas demander à Georges de se mêler de sa conception. Question de sûreté, le jeune homme essaya de s’assurer qu’il n’y avait pas de photo de la chérie de Georges cachée quelque part, et fut rassuré de ne rien trouver de ce genre. Le jeune sorcier se retourna en cherchant son frère du regard, ce dernier s’apprêtait à entrer dans la pièce lorsqu’une voix se fit entendre soudain très criarde.

« Weasley ! Attendez, pas si vite ! »

C’était Ombrage qui s’amenait, et Fred fit signe à son frangin d’entrer rapidement pour être tranquille, seulement c’était sans compter qu’Ombrage serait en rogne s’ils fermaient la porte devant son nez, elle serait même capable d’attendre toute la journée devant la porte que les jumeaux sortent. Georges avait donc choisit d’attendre la sorcière devant la porte, bravo comme le symbole de la maison rouge et or, prêt à braver la danger que représentant le directrice de Poudlard. Et il le fit avec courage, lorsqu’elle s’approcha de la porte, Georges l’avait déjà repoussée avec soin, pour qu’elle semble fermée, normalement Ombrage n’avait pas remarqué que Fred était entré dans la pièce en premier, et bien qu’il était plutôt étrange de voir un des jumeaux se promener sans l’autre, ces derniers temps cela arrivait de plus en plus. La directrice ne se fatigua donc pas à demander à Georges u était son frère, du moins pas très longtemps.

« Monsieur Weasley, que faites-vous ici, je vous le demande bien ! Vous devriez être en train de réviser vos BUSE, je vous rappelle que les examens auront bientôt lieux ! Ou est donc votre frère, j’espère qu’il a prit en compte les conseils de monsieur Rusard en révisant ses cours plutôt qu’en testant vos blagues idiotes sans aucun avenir ! »

« Fred travaille en effet, j’allais d’ailleurs le rejoindre pour tout vous dire, mais je me demandais simplement quel était cet endroit. Ne vous en faites pas, je vais y aller de ce pas, enfin, si vous me laissez m’en aller, vous pouvez me faire confiance vos savez… »

« Vous faire confiance ? Certainement pas monsieur Weasley, avec moi dans mon bureau, nous allons voir ou en sont vos révisions mon cher ! Après on ne pourra pas me dire que je ne suis pas une directrice impliquée dans l’éducation de ses élèves ! »

Fred retint une grimace d’amusement, ainsi ce pauvre Georges allait passer son après-midi de libre à réviser pour les examens ? Bonne chose, s’ils échangeaient de place comme ils avaient envie de le faire lors de certaines examens, au moins Fred aurait une chance d’avoir de bonnes notes à certains cours ! Mais soudain le rouquin s’aperçut qu’il allait passer encore une fois son après-midi tout seul, bien entendu, sans Georges il n’y avait personne pour tester ça étant donné que les volontaires ne se bousculaient pas à la porte des Gryffondor… Pourtant leur annonce avait de quoi attirer les volontaires ! Avec un soupire de dépit, le jeune homme se dit qu’il était dommage de laisser une si belle sale seule, sans personne pour s’amuser dedans, mais en même temps tester seul sans personne, ce n’était pas drôle non plus ! Fred regarda la porte, elle était encore entrouverte, n’importe qui pouvait passer et entrer. Pourvut que Rusard n’ai pas l’idée de venir dans cette partie du château ! Le jeune sorcier avança un peu dans la salle, peut-être qu’il pourrait chercher Ron ou Ginny ? Non aucune chance, Ron réviserait avec Hermione, et Ginny révisait toujours, donc les attirer ici, ce serait sans espoir, surtout qu’ils pourraient tout raconter à leur mère après, mieux valait éviter !

« Et je fais quoi moi maintenant ? J’ai l’air bien fin tout seul sans Georges… »

Le jeune homme soupira une nouvelle fois avant de se retourner vers la porte de la salle, tant pis, il s’en irait et essayerait de chercher son jumeau au risque de se faire prendre en otage par Ombrage, mais seul, il ne servait à rien il fallait l’avouer ! Alors que Fred tendait la main vers la poignée de la porte, celle-ci recula soudain, pour s’ouvrir entièrement, et Fred tomba nez à nez avec une personne qu’il ne s’attendait pas à voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Zéphyr E. Asriel

avatar

Nombre de messages : 179
Année d'étude : Serdaigle.
Poste : Élève de 6ème année.
Baguette : 25,6cm - bois de charme - plume de phoenix.
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Mer 24 Déc 2008 - 22:36





      « Oh, flûte alors! »

      En entendant ces mots, Zéphyr détacha immédiatement son regard de l’ouvrage qu’elle était en train de lire sans beaucoup de conviction. Ses yeux ne tardèrent pas à trouver l’auteur de ces paroles. Une pile de livres venait de s’échouer sur le sol, et un jeune Poufsouffle s’était mis à jeter des regards de tous côtés, très certainement persuadé que la bibliothécaire allait se jeter sur lui pour le punir d’avoir ainsi troublé le calme de la pièce. La jeune fille retint tant bien que mal le sourire qui commençait à se dessiner sur son visage, sans quitter l’élève des yeux. Un de ses livres avait atterri près d’un Serpentard de quatrième année, qui avait pris un malin plaisir à poser son pied sur la couverture du bouquin, défiant le garçon de venir le chercher. Ce dernier pris soin de tous les ramasser, excepté évidemment celui retenu par le vert et argent. Zéphyr observait son petit manège, sans doute cela l’amusait de jouer ainsi les caïds. Après tout, ce n’était pas son problème, et elle reporta son attention sur son livre à elle. L’histoire de la magie était de loin la matière la plus ennuyeuse qu’elle n’ait jamais connue, et c’est à regret qu’elle tentait de réviser un minimum. Son regard vagabondait de pages en pages, regardant les lignes sans vraiment les lire. C’est pourquoi, lorsqu’un peu d’animation se présenta dans la grande bibliothèque silencieuse, Zéphyr vit cela comme la meilleure des échappatoires. C’est le rire narquois du fameux Serpy qui alerta la sorcière que les choses commençaient à s’envenimer.

      Le pauvre Poufsouffle se débattait désormais avec son livre de sortilèges, dont les pages restaient collées entre elles, sans qu’il ne parvienne à les détacher. Le regard de la Serdaigle fixait désormais le jeune Serpentard, qui faisait mine d’être absorbé par son bouquin, alors que la bibliothécaire venait en aide au jeune élève. Zéphyr n’était pas du genre à voler au secours des êtres persécutés, mais plutôt à rendre la monnaie de leur pièce aux personnes un peu trop prétentieuses. Et puis, les Serp’ ne faisaient pas vraiment partie de ses meilleurs amis, depuis l’été dernier, alors… Zéphyr sortit discrètement sa baguette, qu’elle garda camouflée dans la manche de sa veste, ne prenant pas la peine de prononcer l’incantation, lançant le sort en y pensant. Elle arborait désormais un sourire en coin, observant les réactions de sa victime, qui d’ailleurs l’avait bien cherché. Il ne tarda pas à comprendre ce qui se passait, et lorsque son regard rencontra celui de Zéphyr, ses sourcils se froncèrent, et elle eut juste le temps d’apercevoir sa baguette, sans qu’elle ne puisse contrer l’éventuel sort qu’il lui lancerait. S’ensuivit un léger combat muet entre les deux élèves, jusqu’à ce que Zéphyr finisse par se lasser, et se décide à lui lancer un dernier sort, avant de passer à autre chose. « Rictusempra ». Les mots fusèrent dans son esprit, dans une impulsion soudaine, et en une fraction de seconde, son cher ami Serpentard se mettait à rire bêtement, d’une manière incontrôlable. Zéphyr étouffa un rire en le voyant ainsi s’agiter, tandis que les élèves se tournaient vers lui, interloqués, ou exaspérés. La bibliothécaire s’approcha de lui, les yeux brillant de colère, sentiment qui laissa place à l’incompréhension, lorsqu’elle comprit qu’il ne se maîtrisait pas. Zéphyr hésitait à annuler son sort, de crainte que le vert et argent ne s’empresse de la dénoncer.

      Secoué par de gros rires gras, il finit par lâcher sa baguette, qui roula au sol, sous le regard réprobateur de la Bibliothécaire. Eh bien, tout s’arrangeait finalement. Quoique voir un élève se contorsionner de la sorte, s’esclaffant sans raison, n’était pas des plus banals. Le moment fatidique arriva enfin, lorsqu’elle se décida à demander qui était l’auteur de ce sortilège. L’amusement terminé, Zéphyr se sentit légèrement puérile, bien qu’en reportant son regard sur le serpentard, elle ne puisse que se féliciter. Celui qui la dénonça fut contre toute attente le Poufsouffle, qui tenait visiblement à s’attirer les bonnes grâces du Serpent. Sans manquer de le foudroyer du regard, Zéph’ reporta son attention sur sa victime, et annula le sort. Ce dernier se remit sur pieds, haletant, et confirma les dires du jaune et noir.



    Zéphyr marchait d'un pas décidé dans les couloirs du cinquième étage, la tension retombant peu à peu. Virée de la bibliothèque, et puis quoi encore!! C'était bien la première fois que cela lui arrivait, et qui plus est à la veille des examens! Après s'être rapidement rendue dans la Tour de Serdaigles, ne trouvant que ce à quoi elle s'attendait déjà - à savoir, une masse d'élèves feuilletant nerveusement leurs livres de cours - , Zéphyr avait décidé de se trouver un endroit tranquille, emportant avec elle un livre de la réserve dérobé depuis le début de l’année; qu'elle gardait soigneusement camouflé dans sa veste. Elle n'aimait pas cette atmosphère tendue, qui emplissait chaque parcelle de Poudlard. Les pires étaient sans aucun doute les premières et deuxièmes années, qui s'agitaient partout, victimes de leur premier stress pré-examen. Le seul endroit, où elle était sûre de ne pas être dérangée, étant la salle sur demande. Peu connaissait son existence, et quand bien même, à cette heure ci, elle ne risquait pas d'y rencontrer quelqu'un. Du moins, c'est ce qu'elle croyait. Le parfait tableau était prêt, dans un recoin de son esprit, prêt à donner naissance à une pièce où personne ne pourrait la déranger, et de laquelle personne ne pourrait la virer, cette fois.

    La jeune fille ralentit légèrement le pas en entendant la mélodieuse voix - HUUM - d'Ombrage... Génial. Les sourcils un brin froncés, Zéphyr attendit d'entendre ses pas s'éloigner pour entrer dans le couloir, et... Qu'est ce qui se passait encore ! Elle s'approcha, interdite, de l'endroit où ne devait - normalement- se trouver qu'un simple mur. Or, la porte de la salle sur demande était déjà là, entrouverte, prête à accueillir quiconque le souhaiterait. Impossible. Décidemment, c'était la journée! Zéphyr avança d'un pas prudent. Qui pouvait bien avoir ouvert la salle, sans prendre garde à refermer la porte, et qui plus est avec la directrice dans les parages!! C'était un des uniques endroits sûrs de Poudlard, et la sorcière ne tenait pas à ce qu'Ombrage décide de le condamner, ou je n'sais quoi encore ...
    La Serdaigle respira plusieurs fois par le nez, pour se calmer, et poussa la porte doucement, celle ci s'ouvrant sur une salle qui différait peu de celle qu'elle avait imaginée. Elle crut un instant que la Salle s'était ouverte sur sa demande à elle, comme si elle avait pu capter ses pensées du bout du couloir. Cette pensée fut instantanément balayée de son esprit, lorsqu'elle tomba nez à nez avec un des jumeaux Weasley. Zéphyr cligna des yeux, mais il était bien là, Fred ou Georges, elle n'en avait aucune idée, mais c'était bien lui, le voleur de salle ! Elle jeta un coup d'oeil circulaire à la pièce, histoire de vérifier si son jumeau était également présent. Un peu surprise en se rendant compte que la salle était vide, Zéphyr reporta son regard sur Fred/Georges, en haussant les sourcils.

    « Salut, Fred, tu arrives ou tu pars?»

    Allez hop, misons tout sur 'Fred', et tant pis si ce n'était pas cela. Après tout, une chance sur deux, c'est quand même pas mal? Bref, Zéphyr attendit qu'il lui réponde, sans vraiment essayer de cacher son impatience. Ce n'était pas les révisions qui la pressaient ainsi, mais plutôt cette impression de perdre son temps à ne rien faire, qui devenait pesante.
    Soudain, les claquements secs d'une paire de talons sur le sol, qui ne pouvaient que rappeler la gracieuse démarche d'Ombrage retentirent à l'extérieur de la salle. Ni une, ni deux, Zéphyr se retourna pour refermer la porte derrière eux, en espérant que le crapaud n'aurait rien vu. Elle colla son oreille à la porte, dans l'espoir d'entendre les pas s'éloigner, mais à défaut de cela, aucun son ne lui parvint. Les murs semblaient totalement insonorisés, et impossible alors de savoir si la directrice avait passé son chemin, ou bien si elle faisait les cents pas en attendant qu'ils sortent.
    Génial, les voilà désormais coincés dans la salle, sans savoir s'ils pouvaient prendre le risque de sortir, ou non. Zéphyr se tourna de nouveau vers 'Feorge', avant de reprendre la parole.

    « Tu avais prévu quelque chose de particulier? Parce que ça risque d'être assez compliqué pour sortir d'ici. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Jeu 25 Déc 2008 - 16:52

Fred s’apprêtait à sortir de la salle, mais il tomba nez à nez avec une jeune femme à la chevelure blonde et abondante. Le jeune homme recula sous le coup de la surprise, manquant de se cogner à la table qui se trouvait juste derrière lui. Ce n’était pas le fait qu’il soit effrayé par la présence d’une jeune femme dans cet endroit, c’était plutôt qu’il avait pensé se trouver en face du vide, et non juste nez à nez avec une personne. Après quelques instants d’hésitations, le jeune homme reconnut le visage de l’inconnue, c’était une Serdaigle d’après ce qu’il se souvenait, elle devait être en 5ème ou 6ème année, Fred se mélangeait un peu les pinceaux avec les années ces derniers temps, mais il savait bien qu’elle était de Serdaigle, ça il en était persuadé. Mais le jeune homme n’eut pas l’occasion de réfléchir plus longuement, il n’eut pas le temps de dire quelque chose avant que la jeune femme ne prenne la parole en première, en lui demandant s’il partait ou s’il arrivait. Bonne question en effet, lui-même ne le savait pas exactement quelques secondes auparavant, mais il fut assez ravi de constater que la jeune fille ne s’était pas trompée en disant son prénom, mais c’était certainement un pur hasard comme tout le monde le faisait à chaque fois, bien qu’il fallait avouer que généralement, les personnes se trompaient en l’appelant Georges. Fred ouvrit la bouche pour répondre à la jeune blondinette, lui disant qu’il s’en allait et qu’elle n’avait pas à s’en faire, mais soudain, elle se précipita dans la salle avant de fermer la porte sur eux. Le jeune rouquin ouvrit de grands yeux, prêt à protester sur ce traitement un peu étrange, mais elle se retourna soudain avant de lui annoncer que ça allait être plutôt dur de sortir de la salle. En effet, si Ombrage était revenue tourner autour de la salle, ils risquaient de ne pas pouvoir sortir sans se faire prendre, et habituellement, la directrice préférait que les élèves révisent avant les examens, plutôt qu’ils ne s’amusent dans la salle sur demande, bien que la Serdaigle n’avait pas une tête à s’amuser. Après tout, la réputation de sa maison laissait à penser qu’elle était venue ici dans le simple but de travailler, encore une personne comme Hermione, décidément il ne rencontrait que cela ces derniers temps ! Fred resta silencieux quelques instants avant de répondre soudain à la jeune inconnue.

« J’allais te répondre que je partais, et que je venais en même temps, mais visiblement je crois que je ne pourrais pas sortir immédiatement. Je suis vraiment navré que tu doives me supporter pendant quelques temps, mais si tu m’avais laissé sortir avant de claquer la porte, tu aurais eu le bonheur d’être toute seule tranquille toute l’après-midi ! »

C’était vrai en effet, mais d’un autre coté, il la remerciait bien de l’avoir enfermé avec elle dans la salle, c’était toujours mieux que de tomber sur Ombrage dehors, qui même si elle l’aurait mis en compagnie de son jumeau, l’aurait obligé à travailler toute l’après-midi. Le jeune homme soupira d’un air blasé avant de se retourner en direction de la porte, il savait bien que la blondinette avait déjà écouté à la porte dans l’espoir d’entendre quelque chose de l’extérieur, mais il préférait vérifier par lui-même tout de même ! Fred colla son oreille contre la porte, mais n’entendit rien d’autre que les battements de son propre cœur. Quelle mauvaise idée avait-il eut de demander une salle tellement bien insonorisée ! S’il avait demandé quelque chose de moins épais, il aurait au moins pût entendre qui était de l’autre coté Le jeune homme fronça les sourcils d’un air agacé avant de se retourner vers la jeune femme, la pauvre Serdaigle, certainement travailleuse, elle allait devoir supporter la personne la plus flemmarde de toute l’école !

« Vraiment navré pour toi ma chère, mais je crois que tu vas devoir me supporter tout l’après-midi ! Sinon je n’avais rien de prévu moi en effet, mis à part tester quelques farces et attrapes dans cette salle en compagnie de mon frère, mais on va dire que nous avons eu un contretemps appelé Ombrage. Et toi, qu’est-ce que tu viens faire dans un lieu comme celui-ci ? Les Serdaigles sont réputés pour leur intelligence, je m’attendais donc à te voir réviser dans une bibliothèque plutôt que dans la salle sur demande ! Zéphyr, c’est bien ça ton prénom ? »

Les jumeaux étaient réputés pour leur bonne mémoire au sujet des prénoms de tous les élèves, même si les années se mélangeaient un peu, Fred se souvenait presque toujours des prénoms de toutes les personnes des autres maisons, excepté les nouveaux élèves qui, il fallait l’avouer, étaient encore un peu inconnus. Une nouvelle perspective s’afficha dans l’esprit du jeune rouquin, avec une personne dans la même pièce que lui qui visiblement allait s’ennuyer tout l’après-midi, peut-être trouverait-il un bon moyen de lui demander si elle voulait jouer les cobayes pour lui ? Les blagues qu’ils avaient apportées tous les deux étaient plutôt inoffensives, bien que certaines étaient encore à l’essai et donc, les résultats n’étaient pas encore sûrs et certains…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Zéphyr E. Asriel

avatar

Nombre de messages : 179
Année d'étude : Serdaigle.
Poste : Élève de 6ème année.
Baguette : 25,6cm - bois de charme - plume de phoenix.
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Jeu 25 Déc 2008 - 19:04



    Visiblement, Fred/Georges semblait assez surpris, lorsqu’elle ferma ainsi la porte, mais elle n’y prêta pas vraiment attention, attendant de voir si la directrice les avait entendus. Assez fière quant à elle, en voyant qu’elle ne s’était pas trompée de prénom, elle l’écouta sans vraiment saisir ce qu’il entendait par « partir et venir en même temps ». Puis, à ses mots, Zéphyr crut dans un premier temps qu’il s’agissait d’un reproche, et qu’il aurait préféré sortir de la salle, plutôt que de rester là en sa compagnie. Mais à y réfléchir un peu, qui aurait souhaité se retrouver nez à nez avec Ombrage, en période d’examen ? Pas elle en tout cas, et certainement pas Fred, alors… Bon, c’est vrai qu’ils ne se connaissaient pas, pour ainsi dire, et qu’il n’y avait strictement rien d’intéressant dans cette salle. D’ailleurs, elle se demanda un instant la raison pour laquelle il avait choisi un tel endroit, s’il n’avait rien de prévu. Peut être que c’était dans l’unique but d’échapper à leur folle de directrice ?


    « C’était trop tard pour que tu sortes. Et puis, si la compagnie d’Ombrage ne te déplaît pas, personnellement je m’en passe à merveille… Alors tu vois, de toute évidence je crois que nous étions condamnés à nous « supporter » tout l’après-midi… »


    Elle mima vaguement les guillemets avec ses doigts, car pour elle, être coincée avec Fred était le plus doux des sorts comparé à des heures et des heures à supporter la voix de crécelle du crapaud. Elle l’observa effectuer le même manège qu’elle un instant plus tôt, en tentant d’écouter à la porte, alors qu’elle faisait machinalement le tour de la salle sur demande. Le poids du livre de la réserve commençant à peser lourd sous sa veste, elle s’en empara, avant de le poser sur une des tables présentes dans la pièce. Au moins, ici, Ombrage et Rusard ne risquaient pas de le trouver. Et puis, après tout, ce n’était pas son interlocuteur qui pouvait la juger sur ce point, puisqu’à ce qu’elle savait, les inventions des jumeaux étaient strictement désapprouvées par bon nombre de personne de Poudlard. Ayant terminé sa rapide visite des lieux, Zéphyr tourna les talons pour reprendre la place qu’elle occupait un instant avant, Fred reprenant la parole.

    La jeune Asriel arqua un sourcil, avec un sourire légèrement amusé, lorsqu’il commença à lui énoncer une des présumées généralité sur les Serdaigles. Ce cliché… Pourtant, tous les élèves de l’école semblaient être de cet avis, comme si les bleus et bronzes passaient leur vie le nez collé à leurs bouquins, sans voir le jour. C’était plutôt amusant, au fond, bien qu’un peu énervant à force. Mais la sorcière ne releva pas cette remarque, après tout, s’ils devaient passer l’après midi enfermé ici, il finirait peut être par se rendre compte qu’il ne fallait pas mettre tous les élèves de cette maison dans le même sac. Prenant place sur une table qui était disposée vers le centre de la salle, elle acquiesça d’un hochement de tête lorsqu’il lui demanda si elle s’appelait bien Zéphyr,et répondant à ses paroles.


    « Disons simplement que j’ai eu quelques problèmes à la bibliothèque et … »



    Elle se tut subitement. Avouer que non seulement, la bibliothécaire l’avait chassé sans ménagement des lieux, mais également la raison pour laquelle elle avait subi ce traitement ne l’enchantait pas. Car même si elle ne regrettait pas le moins du monde son geste, ce n’était pas pour autant qu’elle allait s’en vanter. Ce n’était pas des plus glorieux, et puis, être vendue par un Poufsouffle de première année, c’était vraiment le comble du comble. Zéphyr se tut donc, un léger hâle rosé venant teinté ses joues à ce souvenir, la laissant pensive un instant. Elle balaya une nouvelle fois la salle du regard, n’y trouvant absolument rien qui puisse l’occuper. Et puis, elle qui avait souhaité s’entraîner à l’exercice de quelques sorts, rien ici ne lui permettait de les tester. Son regard se posa sur le rouquin. Qu’avait il dit déjà ? Tester quelques farces et attrapes ? Zéphyr sauta au pied de la table, s’approchant de quelques pas.

    « Quel genre de farces et attrapes ? »


    Son ton laissait entrevoir un certain intérêt, une certaine curiosité. Il faut dire que les inventions Weasley étaient très réputées, mais Zéphyr n’avait jamais vraiment eu l’occasion de s’y intéresser de plus près. D’ailleurs, elle ne serait probablement jamais allée en parler à un des jumeaux, mais la situation actuelle était plutôt propice à ce genre de découvertes…

    « Si nous devons rester enfermés ici, autant mettre ce temps à profit, non ? »


    Mais qu’était-elle en train de faire… Elle-même ne savait pas vraiment ce qu’elle insinuait par là, mais quelque chose lui disait qu’elle le regretterait sûrement… Chassant ces pensées de son esprit, la jeune fille attendit sa réaction, l’observant avec une certaine impatience, qu’elle dissimulait cependant à merveille. Une nouvelle impulsion, sans doute, sans qu’elle n’y réfléchisse. Sans qu’elle ne sache si c’était une bonne, ou une mauvaise chose, car pour le moment, entre le serpentard de la bibliothèque, et désormais, les farces et attrapes, elle n’agissait aucunement de manière sérieuse. Était ce si grave ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Jeu 25 Déc 2008 - 23:28

Fred était un fervent partisan des combats entre les maisons, particulièrement de la bataille qui opposait la maison de rouge et or à celle des verts et argents. Il est vrai que cela lui jouait bien souvent des tours, lorsqu’il rencontrait quelqu’un de Serpentard il s’attendait forcément à tomber sur une personne méchante, aigrie et qui était déjà en train d’imaginer comment est-ce qu’elle pourrait jouer un sale tour à un Gryffondor. Par conséquent, rencontrer une Serdaigle le faisait instantanément penser qu’il allait tomber sur une travailleuse semblable à Hermione, voir même pire, si du moins c’était possible ! Le jeune homme ne remarqua pas que son manque de tact à ce sujet avait visiblement froissé la jeune femme, une veine lorsqu’on était un des jumeaux, les gens leur pardonnaient très facilement les écarts de conduite et de langage dont ils étaient très souvent capables. Mais bien entendu cela ne les aidaient pas à se comporter de manière plus mature envers les autres, ce qui ne plaisait pas beaucoup aux professeurs, et à leur mère, qui pourtant faisaient exactement pareil de leur coté aussi ! En résumé, on reprochait aux jumeaux leur constante attitude enfantine, mais en même temps cela leur permettait très souvent d’éviter des engueulades lorsqu’ils se montraient trop gamins. De quoi déstabiliser plus d’une personne, surtout lorsqu’il s’agissait des jumeaux ! Mais soudain, alors qu’il venait de parler de farce et attrape, il entendit la jeune femme demander quel genre exactement. Fred sentit l’étincelle d’intérêt dans sa voix, et cela attira immédiatement son attention. Il se retourna pour plonger son regard dans celui de la jeune femme d’un air interrogateur, avait-il bien entendu ce qu’elle avait demandé ? Il hésita un moment avant d’oser demander ce qu’elle voulait exactement dire par là, il n’y avait pas le ton de reproche qu’il attendait derrière ses paroles, Hermione disait la même chose mais d’un ton de dédain et d’agacement qui signifiait nettement qu’ils feraient mieux de travailler au lieu d’inventer ce genre de choses. Mais alors qu’il hésitait encore, la jeune fille reprit la parole en disant qu’il valait mieux mettre le temps libre qu’ils avaient à profit. Fred la regarda avec de grands yeux, pas très sûr d’avoir bien compris ce qu’elle voulait dire par là, est-ce qu’elle proposait vraiment de tester les farces et attrapes que Fred avait dans sa poche ? Le jeune homme resta interdit un moment avant de finalement se reprendre pour adresser la parole à la jeune femme, d’une voix visiblement très étonnée.

« Est-ce que tu parles sérieusement Zéphyr ? Tu es en train de me proposer de tester les farces et attrapes qu’on a réalisées avec Georges ? Ne prends pas mal ce que je vais te dire, mais est-ce que tu es tout à fait sûre de ce que tu viens de me dire, parce que tu n’es pas spécialement du genre à apprécier les blagues que Georges et moi faisons. Je ne dis pas que tu n’as pas d’humour, mais je n’ai jamais rencontré de Serdaigle qui soit capable de s’amuser vraiment avec nos farces et attrapes… A part peut-être Luna, mais on va dire que tu ne lui ressemble pas énormément, sur le point de vue mental je veux dire… »

Fred était un peu perplexe devant la proposition de la blondinette, et il commençait à se demander si elle n’était pas de mèche avec Ombrage qui voulait à tout prix arrêter leurs blagues en cours. Le jeune homme soupira légèrement, il ne comprenait pas vraiment les filles il fallait avouer, tantôt elles désapprouvaient leurs idées, tantôt elles voulaient les essayer. Mais après un moment d’hésitation, et étant donné que Fred n’était pas du tout du genre soupçonneux, il fut trop tenté de tester les nouvelles inventions que lui et Georges venaient de sortir. Il y en avait des assez connues, mais d’autres étaient encore inédites, et Zéphyr ne devait certainement pas connaître les effets, comme les jumeaux d’ailleurs il fallait l’avouer. Après un moment de silence, Fred se retourna pour marcher en direction de la jeune femme, tirant une feuille de sa poche, il la lui tendit devant le visage pour qu'elle puisse lire ce qui était noté dessus.

Citation :
DES GALLIONS A FOISON
Votre argent de poche n'arrive pas à suivre vos dépenses ?
Un peu d'or en plus serait le bienvenu ?

N'hésitez pas à prendre contact avec Fred et George Weasley, salle commune
de Gryffondor, pour petits travaux à temps partiel,
simples et quasiment sans douleur.
(Nous avons le regret de préciser que les candidats
devront agir à leurs risques et périls.)

« Je ne sais pas si tu connais cette affiche, c’est fort possible que non, généralement on ne la fait circuler que dans notre salle commune, donc tu ne dois pas en avoir entendu parler. Mais j’avoue que si tu es intéressée par l’idée de tester quelques-unes de nos inventions, ce serait avec un réel plaisir, tu serais même payée pour ça ! Question de bisness, tu comprends, Georges et moi on est réglos comme personne. »

Par contre il fallait avouer que la dernière phrase n’était généralement pas pour rassurer les cobayes qui testaient les dernières nouveautés, mais bon, Zéphyr était une jeune femme intelligente, et Fred ne doutait absolument pas de ses capacités d’analyse, elle allait rapidement comprendre que c’était quelque chose de très intéressant pour une personne comme elle. Après tout, gagner un gallion pour tester une invention des jumeaux était un honneur, les inventions que Fred avaient dans sa poche étaient presque toutes inédites, cela laissait donc à la jeune femme un immense privilège, celui de connaître les futures nouveautés à l’avance, avant tous les clients habituels des jumeaux ! Mais bon, en même temps la jeune femme restait une fille, et elle avait de très fortes chances de reculer devant la tâche sans comprendre l’honneur qu’elle avait d’être sélectionnée comme une testeuse de produits Weasley ! Mieux valait peut-être tenter de lui faire comprendre à quel point elle avait une grande chance que d’être dans la même pièce que Fred Weasley pour toute l’après-midi !

« Tu sais Zéphyr, c’est vraiment une grande chance que tu as de pouvoir tester nos produits, ils sont presque tous inédits, et je peux t’assurer qu’il y a des dizaines de personnes qui nous payeraient pour que nous testions nos choses sur eux ! Par contre, je te demanderais de ne dire rien à personne si tu acceptes de tester, tu comprendras que nous tenons à garder nos sources secrètes, c’est pour ça que Georges et moi venions ici pour les tester loin de tout le monde. Enfin, avant que Georges ne disparaisse… »

Fred se tût il était toujours agacé de voir à quel point son frère avait le don de s’en aller au mauvais moment, mais inutile de s’étaler sur le sujet plus longuement ! Le rouquin retira l’affichette de devant le visage de la jeune femme pour la lui donner, puis il glissa ses mains dans ses poches avant d’en sortir quelques objets plus étranges les uns que les autres. C’était les dernières inventions que Fred et Georges avaient réalisées dans leur chambre à la salle commune, la plupart étaient connues, mais améliorées avec de nouveaux sorts, ce qui demandait un nouveau test de sûreté. Le rouquin commença par regarder les farces avant d’en tendre quelques-uns à la jeune femme, elle n’était peut-être pas une fan de leurs inventions, et elle ne devait pas connaître les effets rien qu’en les regardant, du moins c’était ce qu’espérait le jeune sorcier. Dans ses mains, Fred tenait : 1 Berlingot de Fièvre, 2 Crèmes Canari, 1 Nougat Néansang, 2 Pastilles de Gerbe et 2 Petits-fours Tourndeloeil. Les dernières inventions encore inédites restaient dans les poches de Fred, il ne les sortirait que si la jeune femme se montrait à la hauteur de ses attentes en essayant une des inventions.

« Alors ma chère Zéphyr, me feras-tu l’honneur de tester une de nos inventions ? Je te réserve une surprise pour la suite, du moins si tu te montre à la hauteur, j’espère que tu sauras reconnaître la gentillesse dont je fais preuve à ton égard ! Je peux même te promettre quelque chose si tu testes tout bien, je te donnerais une boite de nos inventions, après tout, c’est noël non ? Alors, qu’en pense-tu ? Tu as le courage de manger un de ces trucs ou tu déclares forfait et tu préfères rejoindre Ombrage ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Zéphyr E. Asriel

avatar

Nombre de messages : 179
Année d'étude : Serdaigle.
Poste : Élève de 6ème année.
Baguette : 25,6cm - bois de charme - plume de phoenix.
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Ven 26 Déc 2008 - 14:08


    Zéphyr observait le rouquin la regarder d’une manière qui laissait amplement deviner sa surprise. C’était vrai qu’elle le prenait légèrement au dépourvu, mais après tout, ce sujet aurait bien fini par sortir au cours de l’après midi. Ils gagnaient donc du temps en quelque sorte, et puis si elle pouvait leur être utile, tout en satisfaisant sa curiosité personnelle, c’était plutôt bien, non ? Lorsqu’il commença à lui demander si elle était sûre d’elle, la jeune fille hocha la tête, sans bien savoir si elle n’aurait pas mieux fait de se rétracter. De plus, il commençait sérieusement à la faire douter de sa décision ! Voyant son interlocuteur patiner légèrement au milieu de ses explications, Zéphyr se demandait quant à elle si elle devait se sentir vexée, mais le passage concernant Luna la rassura légèrement. Enfin, une question persistait dans l’esprit de la blondinette. Comment pouvait il se fier aux préjugés concernant les maisons, alors qu’il connaissait une parfaite exception comme Luna ! C’était quelque chose qu’elle ne comprendrait jamais, mais après tout, chacun avait ses opinions. Elle reporta son attention sur Fred, qui visiblement ne se remettait toujours pas de sa proposition. Elle s’était attendue à ce qu’il soit surpris, mais elle ne pensait pas qu’il le serait à ce point.


    « Ah, décidemment tu ne me connais vraiment pas mon pauvre Fred. Et puis, tu sais, les Gryffons’ ne sont pas les seuls à être assez ouverts d’esprit pour apprécier vos inventions. C’est à toi de faire tes preuves après tout, ce sont tes farces et attrapes. »


    Ses mots n’avaient rien d’un reproche, mais plutôt d’une constatation. Remettre en question sa capacité à s’amuser était la meilleure manière d’inciter Zéphyr à prouver ce qu’il en était vraiment. C’était toujours ainsi avec elle, et mieux valait ne pas la mettre en garde contre quelque chose, ou elle courrait tôt ou tard vérifier si les dires étaient vraies. C’est ce moment que choisi Fred pour lui coller un bout de papier devant le visage, et elle dû reculer d’un pas pour parvenir à distinguer autre chose que des lettres troubles. Eh bien, c’est qu’ils semblaient s’y connaître, en affaires, les jumeaux ! Lisant le slogan dans un sourire, avant de parcourir du regard le reste de la publicité, son regard s’attarda un instant sur la dernière phrase, qui la laissa légèrement perplexe. Effectivement, elle n’avait jamais vu cette affiche, mais elle comprenait sans peine pourquoi. Si Ombrage venait à tomber la dessus, s’en serait sûrement fini de leurs belles inventions, et qui sait, peut être bien de leur scolarité à Poudlard. Ses yeux se levèrent de nouveau vers Fred, qui venait de reprendre la parole.

    Le mot d’ordre devait sans doute être « baratine le client au maximum », dommage, ce n’était pas le genre de technique qui marchait le mieux sur Zéphyr. Elle n’était pas née de la dernière pluie, et puis, il fallait avouer que dans le genre, Fred en faisait un peu trop. Au fond, c’était lui qui devrait se considérer chanceux de pouvoir passer son après midi avec elle, qui s’était proposée cobaye – pourquoi avait elle fait ça déjà ? Les raisons lui semblaient bien moins bonnes une fois devant le fait accompli - . La jeune fille décida d’entrer dans son jeu, après tout, ce n’était pas en jouant les Serdaigle hautaines qu’elle arriverait à ses fins. D’un air naïf et candide, elle le gratifia d’un vieux sourire niais à deux balles, hochant la tête d’un air entendu, avant de répliquer à son tour.


    « Oui, oui, j’imagine bien ! Tu m’en vois très honorée, depuis le temps que j’en rêvais ! Par contre, tu ne m’en voudras pas si quant à moi, je préfèrerai que ce soit toi qui me paye pour tester les inventions, et non le contraire ! »


    Zéphyr le fixait droit dans les yeux, son air le plus sincère peint sur son visage, alors que la lueur de malice qui animait son regard ne laissait que trop entendre qu’elle n’était pas dupe. Si « à leur risque et péril » avait été soigneusement précisé en bas de la feuille, que Fred lui avait donné, ce n’était pas pour rien. Voilà qui lui apprendrait à se précipiter sans réfléchir, elle en subirait les conséquences, en espérant que cela finisse par la calmer un bon coup. L’observant sortir des tas d’inventions de ses poches, Zéphyr lui jeta un regard interloqué. Il en avait beaucoup, comme ça ? Elle en récupéra quelques unes dans ses mains qu’elle avait jointes pour recevoir les inventions, et elle commença à les observer les unes après les autres. Si elles avaient l’air des plus innocentes et inoffensives dans leur emballage, elle se doutait bien qu’il ne fallait pas se fier à leur apparence. Elle n’avait jamais rien vu de tel, et sa curiosité l’entraînant, elle ne put se défaire de leur contemplation, se demandant s’il attendait d’elle qu’elle teste tout cela. Sans doute devait-il connaître les effets de ces farces, mais elle se doutait que cela ne devait pas être très dangereux, s’il les lui faisait tester. A moins qu’il n’en sache rien, mais Zéphyr préférait s’en tenir à sa première idée, qui était de loin la plus rassurante. D’ailleurs, elle ne voulait pas vraiment connaître leurs effets à l’avance, de crainte que cela n’atteigne sa motivation.

    Ainsi, celles qu’elle tenait dans ses mains n’étaient qu’une sorte de test, afin de vérifier qu’elle était à la hauteur, tout du moins, qu’elle se montrait assez courageuse pour ensuite avoir la chance de tester les autres.
    Zéphyr prit les mots de Fred au pied de la lettre, et sa dernière phrase comme un défi. Elle allait lui montrer, que le courage n’était pas une qualité uniquement propre aux Gryffondors. Tout en déballant d’un geste vif la première invention qui lui venait, sans quitter Fredou’ des yeux, Zéphyr se mit à sourire, avant de lui répondre sur le même ton.


    « Mais avec plaisir mon cher Fred !»


    Et pour illustrer ses paroles, la jeune fille se débarrassa de l’emballage et jeta un bref coup d’œil à ce qui semblait être un petit four. Bon, plutôt sympathique comme présentation. Jetant un dernier regard au rouquin, Zéphyr finit par manger sa première farce et attrape, s’attendant à ce que les effets soient plus qu’immédiats. Cependant, alors qu’elle avalait la dernière bouchée de la présumée pâtisserie, elle arqua les sourcils, relevant la tête vers lui.


    « Pas mal, mais ça manque quand même de s…»


    Elle ne termina pas sa phrase, voilà ça lui apprendrait à essayer de faire de l’humour, elle aurait mieux fait de se taire. Se sentant soudain assez bizarre, Zéphyr chercha quelque chose sur quoi s’appuyer, mais il n’y avait rien à sa portée. Mais qu’est ce que c’était que ce truc !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Ven 26 Déc 2008 - 20:38

Fred avait de la chance, il était tombé sur une jeune femme courageuse, du moins d’après ce qu’il remarquait à ce moment, à moins que cela ne soit de l’inconscience ? Difficile de faire la différence lorsque ce courage concernait le test d’une invention des Weasley en même temps, c’était forcément une part d’inconscience qui entrait en jeu ! Mais le rouquin fut véritablement ravi de constater que Zéphyr ne se dégonflait pas et qu’elle prit sans hésiter une des pralines qui se trouvait dans la main de son interlocuteur. Quelle confiance, elle ne demanda même pas à quoi servait chacune de ces pralines, confiance ou préférence, il était vrai que peut-être le fait de connaître l’utilité de chacune des pralines aurait coupé court au courage de la blondinette, mais Fred apprécia tout de meme le geste, car en même temps, il était fort probable que jamais le jeune homme n’aurait accepté de divulguer les réactions produites par les pralines… Zéphyr avait choisi la meilleure possible, les autres avaient des réactions plutôt désagréables il fallait l’avouer, celle que la jeune Serdaigle prit en bouche consistait seulement à faire tomber le goûteur dans les pommes, rien de très dangereux, à moins bien sûr qu’il n’y ait rien pour la recevoir, et qu’elle s’étale par terre. Fred jeta un œil derrière la jeune fille, pour constater avec surprise que la chaise préparée lors de la demande de pièce était beaucoup trop loin d’elle pour qu’elle tombe dedans. Imaginant que la blonde ne serait pas trop ravie de tomber par terre sans douceur, alors qu’il était là pour l’aider, Fred posa rapidement ses pralines sur la table avant de faire quelques pas rapides pour attraper la chaise en bois au cousin rembourré, et la placer juste derrière Zéphyr, au moment même ou elle tomba en arrière. Si ce n’était pas de l’expérience ! Fred et Georges commençaient à passer maîtres en l’art de rattrapage des victimes, et puis il fallait avouer que le sorcier n’avait pas tellement envie d’abîmer sa goûteuse aussi tôt dans la journée, il aurait encore besoin d’elle plusieurs fois dans l’après-midi ! Après tout ceci n’était qu’un test de bravoure, si l’on peut appeler ça de la sorte du moins ! Le jeune rouquin glissa sa main dans sa poche, réveiller sa goûteuse était l’étape suivante à présent, et rien de plus simple pour ça que de lui faire manger l’antidote, heureusement qu’il avait pensé à en prendre un !

*En prendre un ? Oups… ! *

Soudain, Fred se souvint que Georges avait seulement donné ses farces et attrapes, et non leurs antidotes ce qui laissait fortement penser que l’antidote pour réveiller la jeune Serdaigle était dans la poche de son jumeau. Plutôt embêtant comme situation, quel idiot il était de ne pas avoir contrôlé ça avant de lui proposer cette praline ! Le jeune rouquin passer sa main sur ses cheveux histoire de se demander s’il n’avait vraiment pas le moyen de réveiller la jeune fille autrement qu’avec cette praline, mais c’était bien le cas, après tout lui et Georges n’avaient pas exprès fait ça dans l’idée d’obliger les clients à acheter les deux pralines ? D’un air agacé, Fred entreprit de fouiller dans toutes ses poches pour finalement trouver LA praline survivante qui devait avoir passé un petit moment dans cet endroit il fallait l’avouer. Mais bon, Zéphyr n’allait pas faire la fine bouche, et de toute manière elle dormait à présent, ou elle était dans les pommes plutôt, elle n’avait donc pas tellement le choix sur le coup ! De toute manière, si la jeune fille se plaignait du goût affreux de la praline, il pourrait toujours mentir et dire que c’était un ancien test qui restait, mais en même temps, elle n’avait aucune raison de protester, après tout, n’avait-elle pas accepté de tester les dernières nouveautés, et elle serait bien payée pour sa peine ! Fred avança vers la jeune femme, déballant rapidement la praline de son papier qu’il glissa dans sa poche avant de laisser tomber la praline dans la bouche de la blonde, en espérant bien sûr que cela n’allait pas l’étouffer, l’établissement Weasley n’étant pas encore assuré contre les étouffements de ses cobayes…. Mais heureusement non, le simple fait d’avoir la langue en contact avec la praline permettait à ses effets d’agir sur l’organisme. Après quelques instants d’attente, la jeune femme put enfin bouger, et se remettre en état, elle était normalement tout à fait consciente, et ne devait pas trop comprendre ce qu’il venait de se passer ces dernières minutes. Fred espéra simplement que la jeune femme ne ferait pas de remarque sur le goût passablement étrange de la praline qu’elle avait en bouche. Un sourire satisfait sur le visage, le jeune homme se mit à parler.


« Et bien, je vois que notre praline a eut l’effet que j’attendais sur toi ! Tu joues à la belle au bois dormant, c’est un conte moldu au cas où tu ne connaîtrais pas ce conte ? Remarque tu ne dormais pas vraiment, tu étais plutôt inconsciente on va dire ! Mais bon, l’essentiel c’est que tu sois de nouveau sur pied, et puis tu as vu, tu n’es pas tombée par terre, comme quoi tester nos inventions n’a en réalité rien de très dangereux, comme quoi les mauvaises langues sont légions dans l’école. »

C’était un peu vantard de sa part il fallait l’avouer, parce que lui-même doutait des fois de leurs inventions, mais en même temps, il savait que ce n’était pas quelque chose de volontaire si les cobayes avaient des incidents durant leurs phases de test. L’affichette que Fred avait montrée à la jeune femme au début parlait assez d’elle-même, mais c’était une décharge que leur avait conseillée Lee, comme ça au moins personne ne pourrait réclamer qu’ils n’étaient pas au courant des effets que cela pouvait avoir sur eux. Est-ce qu’il devait prendre la peine de préciser à la Serdaigle qu’il avait faillit ne pas pouvoir la réveiller, et qu’elle aurait pût dormir toute l’après-midi pendant que lui s’ennuierait dans la pièce ? Hum. Mieux valait éviter ce détail, même si elle était compréhensive, Fred doutait que sa compréhension irait jusque là, du moins d’après ce qu’il pensait, après en même temps, le jeune homme ne connaissait pas assez son interlocutrice pour la juger sur ce point. Elle l’avait déjà assez surprise en proposant de tester les inventions, encore plus lorsqu’elle avait prit la praline en bouche, alors inutile de s’avancer trop loin pour se tromper…. Fred était maintenant sûr que la jeune fille était assez courageuse pour pouvoir tester le reste, et il sourit d’un air satisfait avant de marcher pour s’arrêter devant elle. Est-ce qu’il aurait seulement pût imaginer qu’elle serait à la hauteur lorsqu’il l’avait vue entrer dans la pièce ? Certainement pas, encore ses préjugés sur les maisons qui lui jouait des tours, mais bon, inutile de s’appesantir sur le sujet, et le rouquin tira une nouveauté de sa poche.

« Tu as passé le test avec brio, tu es donc digne de tester vraiment notre dernière nouveauté ! Cela n’est connu de personne, c’est quelque chose que nous avons inventé à y a à peine quelques jours, c’est donc encore en période d’essai, et tu en seras la bénéficiaire ! Je vais simplement te dire que c’est sans danger cette fois-ci, enfin normalement, tu ne risques pas de tomber ou quelque chose de ce genre, donc tu peux te relever si tu veux, à moins que tu ne te sentes mieux assise ? »

Le jeune homme saisit la main de Zéphyr avant de placer la sienne au-dessus pour l’ouvrir et laisser tomber la sorte de praline dans la main blanche de la jeune femme. Cette praline avait quelque chose de vraiment original, dès qu’elle entrait en contact avec la langue du testeur, celle-ci se transformait en la plus grande peur du goûteur ! Bien entendu, si c’était quelque chose de volumineux, les jumeaux avaient pris soin de faire en sorte que la praline saute hors de la bouche avant de se transformer, inutile de déboîter la mâchoire du goûteur, surtout s’ils en avaient encore besoin après. Fred avait testé ça sur Ron, qui s’était retrouvé avec une araignée sur la langue, puis sur Georges en personne, qui avait eut le droit à une énorme pile de livre et de devoir sur le torse (oui parce que Fred avait fait l’essai lorsque son jumeau dormait…). Quel serait le résultat sur Zéphyr ? Fred avait prit soin d’essayer d’éviter Harry, il ne tenait pas à voir le Lord en personne devant lui, mais après tout peut-être que la jeune blondinette avait une peur aussi effrayante que Harry ? Le rouquin espéra de tout cœur que ce n’était pas le cas, et il attendit de voir la réaction de la jeune fille, après avoir lâché sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Zéphyr E. Asriel

avatar

Nombre de messages : 179
Année d'étude : Serdaigle.
Poste : Élève de 6ème année.
Baguette : 25,6cm - bois de charme - plume de phoenix.
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Sam 27 Déc 2008 - 2:38


    Avant qu'elle n'ait eu le temps de faire quoique ce soit, Zéphyr perdit connaissance, pour se réveiller un instant après, tout du moins, c'est ce qui lui semblait. Ce n'était pas comme si elle s'était endormie, même pas comme un sommeil sans rêves. Plutôt une brève coupure. A peine quelques minutes auparavant, elle se trouvait là, debout et... Elle était désormais assise. Perplexe, la jeune fille jeta un regard autour d'elle, avant de relever les yeux vers Fred, en comprenant que le petit four qu'elle venait d'ingérer l'avait tout bonnement fait tomber dans les pommes et... C'est à ce moment là, sûrement parce qu'elle avait totalement recouvert ses esprits, que Zéphyr se rendit compte du goût amer qu'elle avait dans la bouche. Fronçant les sourcils dans une grimace de dégoût qui vint troubler son visage, un instant plus tôt inexpressif, la jeune fille s'essuya la bouche d'un revers de main, comme si l'odeur allait s'évaporer d'un claquement de doigt. C'était tout simplement indescriptible, et elle n'avait jamais rien goûté de tel. Sourcils légèrement froncés, elle braqua son regard bleu sur Fred, tout en se demandant s'il s'agissait d'un effet secondaire de l'invention. La jeune fille était bien loin de se douter de ce qu'il en était réellement, et c'était sûrement mieux ainsi, ou bien la séance de tests aurait risqué d'être écourtée.

    Elle écouta le jeune homme lui expliquer ce qu'elle avait deviné, et confirmer ce qu'elle pensait, légèrement distraite par le goût qui refusait de partir, et qui la déconcentrait. Aux derniers mots qu'il prononça, Zéphyr lâcha un léger rire, croisant ses bras tout en l'observant.


    « Moui, je te conseille quand même de revoir cette farce, tout du moins, sa recette . Je doute fort que les élèves se décident à en acheter une fois qu'ils y auront goûté... C'est assez... infecte... sans vouloir te vexer. »


    Zéphyr ne parvenait même plus à chasser cette pensée de sa tête, et elle espérait vraiment que cet 'effet secondaire' disparaîtrait rapidement. Car si la jeune fille n'avait rien contre le fait de tomber inconsciente sous l'effet d'une des inventions Weasley, être hantée par cette odeur étrange la dérangeait assez. Mais bon, ne nous attardons pas sur ce point, sûrement la prochaine invention ferait passer le goût de la précédente. Tout du moins, elle l'espérait.
    Son attention se reporta sur Fred, qui lui annonça qu'elle avait réussi le test, et elle accueillit cette nouvelle d'un franc sourire, se détendant de nouveau. Les nouvelles inventions étaient au fond le moment qu'elle attendait le plus, sa curiosité l'emportant une fois encore... La curiosité est un vilain défaut, et ses mots n'avaient pas encore pris tout leur sens dans l'esprit de la blondinette. Pour le moment, tout se déroulait à merveille, du point de vue de la jeune fille, si l'on faisait l'impasse sur le fait qu'elle venait de risquer de rester endormie plus longtemps que prévu. Se relevant, de nouveau aussi énergique qu'avant, comme si elle ne venait pas de tourner de l'oeil, Zéphyr écouta les paroles assez rassurantes du rouquin, sans le quitter des yeux. Elle était prête, et contrairement à toute attente, elle avait une pêche d'enfer. Une véritable contradiction à elle toute seule, qu'elle ne parvenait pas à comprendre elle même.

    La Serdaigle observa la nouvelle invention que Fred venait de lui donner, avant de la déballer, se pressant tout de même moins qu'auparavant. En période d'essai, qu'entendait il par là? Mais elle s'était engagée à tester ses farces et attrapes, et elle ne voulait pas se désister maintenant. De plus, d'après les dires du sorcier, c'était sans danger. Normalement avait il tout de même précisé. Zéphyr détourna un instant son regard de sa paume dans laquelle gisait la praline, pour fixer un instant Fred, comme si elle attendait de voir dans ses yeux un éclat rassurant, qui lui assurerait qu'elle ne risquait ABSOLUMENT rien. Sans perdre davantage de temps, Zéphyr goûta l'invention, non sans un léger pressentiment... Peut être que si elle avait connu ses effets, elle ne l'aurait pas testé. Inutile pour elle de goûter ce genre de friandise pour connaître sa plus grande peur, l'épouvantard sur lequel les élèves avaient eu le loisir de s'exercer lors de leur quatrième année lui ayant déjà révélé que ses craintes étaient fondées. La transformation de l'épouvantard qui avait alors dévoilé sa phobie avait d'ailleurs bien fait rire certains de ses camarades, qui n'avaient sûrement rien compris à la vie.

    Oui, si Zéphyr s'y était attendue, elle aurait refusé, elle n'y tenait guère, et puis c'était la honte assurée devant Fred. La dernière fois qu'elle avait eu le loisir de contempler sa plus grande peur, l'épouvantard s'était effectivement transformé en hibou. Rien d'effrayant là dedans me direz vous, mais disons que la jeune fille avait été traumatisée lors de sa première année, à la volière. Bref, tout le monde l'avait jugée de bizarre une fois encore, et elle avait d'ailleurs hérité d'un surnom qui l'avait suivi tout au long de l'année scolaire.

    A peine eut elle posé la praline sur sa langue que celle ci, semblant bondir hors de sa bouche, se mit à grossir, en long et en large, pour soudain prendre une apparence humaine. Non, il ne s'agissait pas d'un hibou géant, et Zéphyr avisa avec surprise le jeune homme qui se tenait désormais devant elle, pointant sa baguette d'une main ferme vers la blondinette. Cela n'avait aucun sens. Un sourire mauvais dessiné sur les lèvres, le Serpentard se mit à lui tourner autour, l'observant comme un prédateur jaugerait sa proie. Zeph' n'était pas du genre à hurler de terreur ou ce genre de choses, mais plutôt à rester assez immobile, comme paralysée, sa peur passant alors par ses yeux. Une ombre traversa son visage alors que son sang se glaçait dans ses veines. Elle aurait voulu prendre sa baguette, mais ses forces semblaient l'avoir abandonnées. Elle prenait la situation avec fatalité, comme une évidence. Le vert et argent leva soudain sa baguette, prononçant avec ferveur l'incantation du sortilège interdit, qui avait fait plus de mal à la jeune fille que tout ce qu'elle avait pu ressentir dans sa vie. C'est alors que ses yeux rencontrèrent ceux de Fred, et le lien se tissa dans son esprit.

    Elle évita d'un pas le sort qui, de toute évidence, ne lui aurait fait aucun mal. L'image du sorcier qu'elle avait en face d'elle n'était qu'une illusion, elle en était persuadée. Plongée dans un mutisme profond, Zéphyr s'empara de sa baguette, avant de se tourner vers Fred, pour lui demander d'annuler les effets de cette farce. Cependant, aucun son ne sortit de sa bouche. Il lui fallut une dizaine de seconde pour retomber définitivement sur Terre.


    « Peux tu le faire disparaître s'il te plaît? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Dim 28 Déc 2008 - 0:50

Zéphyr souligna le point gênant du goût de la praline utilisée pour la réveiller, en effet, c’était difficile de ne pas le remarquer, mais bon, mieux valait tout de même ne pas risquer de s’aventurer plus loin sur ce sujet, car Fred avait comme dans l’idée qu’elle n’apprécierait pas spécialement de savoir qu’il n’avait pas vérifié qu’il possédait l’antidote de la praline qu’il lui avait donné avant de la lui faire goûter. Aucun doute là-dessus, elle deviendrait comme Hermione et son esprit féminin reprendrait le dessus en disant qu’il était inconscient et qu’il ne réfléchissait pas deux minutes dans sa vie. Fred hocha la tête avant de répondre brièvement, d’un mensonge certes, mais mieux valait cela que risquer de dire la vérité…

« Hum oui désolé, c’est une ancienne version de l’antidote, les nouveaux ont bien meilleur goût, mais sont largement moins efficaces aux dernières nouvelles, alors je préférais que tu te sentes mieux sur le coup plutôt que de devoir attendre que les effets partent vraiment. Tu n’es pas une petite nature je pense que tu es capable de supporter ce goût. De toute manière la suite a meilleur goût ! »

Fred se détourna pour regarder le décor, peut-être que cette fine tactique de détournement porterait ses fruits et éviterait au jeune homme d’avoir à supporter les cris de Zéphyr. Mais ce n’était même pas la peine d’en faire tant, la jeune blondinette avala la praline suivante sans prendre la peine de demander si elle avait un meilleur goût, tant mieux, la surprise n’en serait que plus surprenante ! Fred et Georges avaient fait de leur mieux pour essayer de rendre cette praline succulente, généralement cela détendait la personne qui était dix fois plus effrayée par le changement de la praline que si celle-ci était d’un goût affreux. Apparemment la jeune Serdaigle semblait apprécier le goût chocolaté de la farce, mais elle aimerait sans aucun doute moins la suite. Sur le coup le jeune sorcier se demanda si la jeune femme allait apprécier la blague, habituellement cela provoquait une crise de rire de la part des personnes autour, mais une grande colère de la part de la victime,… comme la plupart des farces en réalité, mais celle-ci affectait directement la victime sur ses souvenirs. Les deux jumeaux avaient hésités à faire cette praline, après tout blaguer avec la peur des autres était assez dangereux, et Fred n’aurait pas aimé être touché par ce genre de chose, mais lui et son frère avaient développé une particularité qui leur permettait de faire passer leurs pires criantes pour leur ire peur ! Car il fallait avouer que la grande peur de Fred n’était pas d’avoir des devoirs, mais quelque chose de bien plus sérieux, et pourtant, cela avait eut le même effet sur lui que sur Georges. Seulement la Serdaigle n’avait pas été entraînée à ce genre de chose, et elle fut touchée de plein fouet par la farce, du moins c’est ce qu’en déduisit le jeune homme en voyant le visage surprit de la jeune femme. Visiblement elle n’avait encore jamais eut l’occasion de voir les plus grandes farces et attrapes des Weasley à l’œuvre, elle n’était pas au bout de sa peine si elle continuait à tester les autres nouveautés des jumeaux, bien qu’il fallait admettre en ce moment que les inventions n’étaient pas particulièrement nombreuses, Georges étant trop occupé par son Angelina chérie…. Fred grimaça en pensant à elle, puis il reporta son attention sur la jeune fille, alors que la praline qu’elle venait de commencer à manger avait sauté hors de sa bouche pour atterrir sur le sol devant eux.

*Et maintenant on va voir la suite ! J’espère au moins qu’elle n’a pas peur de quelque chose de trop effrayant, je n’ai pas spécialement envie de me retrouver face à je ne sais quoi ! *

La praline se transforma soudain en silhouette étrange, et le jeune homme craignit un instant que la plus grande peur de la jeune femme ne soit aussi le Lord des ténèbres, mais il fut rapidement soulagé en constatant que la silhouette était visiblement celle d’une personne de leur âge. C’était le cas, après quelques secondes, Fred comprit qu'il s'agissait d'un jeune homme qui devait avoir à peu près le même âge qu’eux deux, mais qui portait une tenue rappelant l’école de Poudlard, un élève ? Le rouquin analysa ça comme étant un élève de Serpentard en voyant son allure et sa tenue, mais peut-être se trompait-il, après tout pourquoi Zéphyr aurait-elle peur d’un élève de l’école, à part éventuellement Malefoy qui était assez effrayant en apparence avec son visage de fou et ses cheveux de paille comme disait si bien Peeves. Alors pourquoi est-ce que cette praline était devenue comme ça ? Fred craignit un instant qu’une défaillance de la pâte fasse apparaître cette personne, mais un coup d’œil sur la jeune fille lui fit comprendre que c’était bien sa plus grande peur. Sur le coup, Fred regretta d’avoir fait goûter ça à Zéphyr, elle était gentille avec lui, et lui rappeler une peur n’était pas spécialement gentil, mais cette impression partie rapidement lorsqu’il se dit qu’après tout elle avait choisi elle-même de faire la testeuse ! Fred laissa la jeune femme reculer sous la frayeur, il voulait voir jusqu’à quel point cette expérience pouvait bien réussir à aller, après tout est-ce qu’il ne payerait pas la Serdaigle en échange de ses services ? Une frayeur était un service comme un autre, même si Fred hésitait à faire comprendre à la jeune fille que ce n’était qu’une illusion. Finalement, elle sembla s’en rendre compte toute seule, après un regard échangé avec le farceur, Zéphyr sembla se calmer comme si elle avait comprit que c’était une illusion. En effet, c’était le cas, elle demanda à Fred de faire partir l’illusion, mais semblait clairement retournée par une telle farce, et le rouquin se demanda s’il n’était pas allé un peu trop loin cette fois-ci… Non certainement pas quelle question !


« Pas de problèmes, je vais faire ça. »

Fred recula pour chercher quelque chose sur la table, il prit une sorte de grosse balle noire qui semblait molle comme du flanc, puis le jeune sorcier la lança en direction de la silhouette du Serpentard qui tendait toujours sa baguette en direction de la blondinette. La balle molle entra en contact avec l’illusion qui fut immédiatement aspirée par elle, puis Fred se dirigea vers l’objet avant de la prendre et de la glisser dans sa poche comme si ne rien n’était. Le jeune homme se retourna avant de reporter son attention sur la Serdaigle, il espérait qu’elle n’était pas trop vexée et qu’elle avait apprécié la blague à sa juste valeur, mais Fred en doutait assez il fallait l’avouer… Le jeune homme s’approcha de la Serdaigle avant de prendre la parole d’un ton calme, presque d’excuse, étrange sachant que c’était Fred qui parlait !

« Est-ce que ça va ? Hum, je crois que ce n’était pas une bonne idée de te faire tester ça je me trompe ? Je ne sais pas qui c’était cette personne, mais je suis désolé si ça t’as rappelé de mauvais souvenirs, ce n’était pas mon but. Encore désolé. Ca va aller tu penses ? »

Trop gentil pour venir d’un des jumeaux et pourtant c’était le cas, même s’il fallait avouer qu’il était sans doute aussi gentil par inquiétude pour avoir un testeur après, c’était sincère et ça se voyait sur son visage. Fred appréciait assez Zéphyr, et la rendre aussi effrayée l’avait un peu embêté, preuve qu’il n’était pas dénué de sympathie et de compréhension, surtout lorsque ça touchait une fille n’était pas à Serpentard ! A ce moment, le rouquin remarqua la baguette que la jeune femme tenait à la main, et son inquiétude retomba à plat pendant qu’il la regardait d’un air soupçonneux.

« Tu ne comptes pas te venger de moi j’espère ! Je peux t’assurer que tu seras payée le double pour la peine, mais tu peux avouer que c’était une très bonne blague, la preuve, tu as cru que c’était vrai jusqu’à ce que tu me regardes non ? Sincèrement, que pense-tu de cette blague, est-ce qu'elle a de l’avenir à ton avis ? »

Qu’un Weasley demande l’avis d’une inconnue sur une blague était surprenant, encore plus lorsqu’il était déjà presque sûr de son coté qu’il allait la mettre en vente, mais il préférait avoir un avis féminin, espérant tout de même que cela ne consisterait pas une grosse engueulade à la Hermione.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Zéphyr E. Asriel

avatar

Nombre de messages : 179
Année d'étude : Serdaigle.
Poste : Élève de 6ème année.
Baguette : 25,6cm - bois de charme - plume de phoenix.
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Lun 29 Déc 2008 - 3:25



    Le mensonge de Fred était bien passé chez Zéphyr, et puis, elle était tellement obnubilée par le goût infâme qu'elle n'avait écouté que d'une oreille son explication. Peut être était ce aussi la raison pour laquelle elle n'y avait pas détecté l'empreinte du mensonge, tant dans ses paroles que dans son comportement. Se détourner après avoir raconté de telles balivernes, non Fred, ce n'était pas la bonne tactique, et ce surtout en la présence d'un esprit aiguisé comme le sien. Et puis, il avait tout de même pris un gros risque, ce qui n'était pas anodin, et encore moins gentil de sa part. Cependant, comme je le disais, Zéphyr n'avait rien remarqué, et c'était tant mieux. Mais là n'était plus la question de toute manière.

    Le rythme cardiaque de la blondinette s'était à peu près calmé, et elle se sentit soudain bien bête de s'être ainsi laissée avoir. Passant une main dans ses cheveux, pour se donner une contenance, elle lâcha un soupir soulagé lorsque Fred répondit positivement à sa requête. Elle observa avec un léger dédain la représentation de sa plus grande peur, comme s'il avait pu capter son regard, bien qu'il n'en fût rien. C'était plus machinal qu'autre chose, et un peu par principe, il fallait l'avouer. En quelques secondes, le Serpentard avait disparu de son champ de vision, d'une manière assez original. Il semblait en effet avoir été happé par une sorte de balle, ce qui sonna d'une manière assez comique dans l'esprit de Zéphyr, puisqu'un léger sourire vint trouver place au coin de sa bouche. Pas très logique, mais que voulez vous. La surprise et la peur qu'elle venait de ressentir lui parurent soudain assez lointaines, étant donné la manière assez grotesque dont le jeune homme s'était fait aspiré. Cela avait eu pour conséquence de faire retomber sa tension, bien qu'elle doutait que ceci eut été prévu par les jumeaux Weasley. Zéph' avait parfois des manières de réagir un chouïa différentes de la normale, c'est tout. En l'occurrence, c'était un point assez positif en cet instant, puisque cela éviterait certainement à Fred de subir les fruits de sa colère. Bon, c'est sûr qu'elle ne se fendait pas la poire à vrai dire, mais elle n'était pas non plus en train de broyer du noir. Et si ce détail pouvait paraître insignifiant, il changeait pourtant tout.

    La jeune fille se rendit compte que son regard était toujours fixé sur l'endroit où s'était trouvé le Serpentard un instant auparavant, et c'est à l'approche de Fred qu'elle se détourna vers lui. Elle leva les yeux vers le Gryffondor, qui se confondait désormais en excuses. Cela changeait assez du registre précédent, et à y réfléchir, c'était la première fois de l'après midi qu'il semblait moins rieur. Lui rappeler de mauvais souvenirs, et bien oui, inutile de se voiler la face. Mais tout était allé tellement vite. Et puis, après tout, lorsque les professeurs les faisaient tester les épouvantards, jamais ils ne s'inquiétaient de ce que cela pouvait évoquer chez leurs élèves... Alors au fond, ce n'était pas bien grave. C'était une farce après tout. Une farce un peu spéciale, certes, mais une farce. Elle doutait fort que les intentions des jumeaux lorsqu'ils avaient élaboré celle ci aient été mauvaises, et de toute évidence, Fred était sincère. Zéphyr acquiesça, avant de prendre la parole à son tour.


    « Oui, ne t'inquiète pas, j'suis pas un cobaye bon marché ! Il en faut plus que ça pour me décourager ! »


    Et pour illustrer ses paroles, Zéph' fit mine de gonfler ses biceps, un sourire aux lèvres. Ouais, bon, sa dernière phrase était juste, mais elle devait avouer que le test l'avait secoué un coup. Le soudain revirement d'humeur de son interlocuteur la surprit assez, et elle ne tarda pas à comprendre qu'il faisait allusion à sa baguette. Elle avait effectivement oublié de la ranger lorsque le test avait pris fin, et c'était sans doute de là que venaient les soupçons du rouquin. En fait, si elle avait vraiment souhaité se venger, elle n'aurait sûrement pas pris la peine de s'encombrer de cela. Il ne ferait pas longtemps le poids contre elle, il n'y avait pas photo. Enfin, Zéph' s'abstint de lui faire part de ses remarques, ne souhaitant pas le toucher dans son amour propre, bien que l'évidence fut là .


    « Ah, ça! Non ce n'était pas contre toi. »


    La Serdaigle rangea d'ailleurs sa baguette pour appuyer ses dires. La question du jeune homme la prit un peu au dépourvu. Eh oui, elle ne s'était guère attendue à ce que son avis puisse l'intéresser. Zéphyr pensait que la blague devait sûrement être plus drôle lorsqu'un autre qu'elle en était victime, mais personnellement, elle n'avait pas très envie de retenter l'expérience elle même


    « De l'avenir, ça oui, mais essayez d'éviter de l'utiliser sur des personnes cardiaques ou ce genre d'individu ! Mais l'as tu déjà testée toi même? Bien sûr, tu en connais déjà les effets, mais tout de même. »


    ELle devait l'avouer, derrière ces quelques paroles se cachaient la curiosité de connaître la plus grande peur du grand Fred Weasley. Qui n'aurait pas aimé savoir? Enfin, après tout, c'était Zéphyr la femme-objet testeuse, et elle n'allait pas lui demander de tester sa propre invention. C'était un peu déplacé. Elle se contenta donc de s'asseoir sur la table, croisant ses pieds et le regardant toujours.


    « Et qu'as tu prévu pour la suite?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Mar 30 Déc 2008 - 0:17

Soit Zéphyr essayait de le rassurer, soit elle pensait réellement ce qu’elle disait, quoi qu’il en soit, il espéra simplement que c’était bien le cas. Même s’il ne doutait pas sur le fait qu’elle était plus résistante qu’elle ne semblait l’être en apparence, il doutait tout de même de sa véritable résistance. C’était quelque chose d’assez macho il fallait avouer, mais dans l’esprit du jeune homme, les femmes n’étaient pas extrêmement résistantes sur les blagues psychiques, alors pourquoi est-ce qu’il l’avait fait tester ? Bonne question, il était des fois un peu étrange sur les bords, ou même complètement, mais il fallait croire qu’il voulait la tester vraiment durement pour une fois. Là c’est sur que c’était rude, il avait sortit la grosse artillerie en même temps pour être sûr de ce qu’il faisait tester ! La jeune femme fit mine de montrer ses muscles pour assurer au Gryffondor qu’elle était en pleine forme, mais il ne fut pas certain que c’était vrai pour autant. Bizarre, il n’arrivait pas à se persuader que c’était bien vrai, comme s’il avait eut l’impression que la jeune femme était trop perturbée avant pour pouvoir réellement être remise aussi vite, mais peut-être avait-il tout simplement trop surestimé les pouvoirs de sa praline ? Le jeune homme resta un moment silencieux avant de répondre d’un air satisfait.

« Soit ! Je vais te croire, j’espère que tu sais au moins quand est-ce que tes forces s’arrêteront, je ne tiens pas à finir de te ramasser à la petite cuillère, et les tests deviendront de plus en plus difficiles ! »

On aurait presque pensé assister à une sorte de représentation effrayante, vu les mots qu’utilisait le jeune sorcier, bien qu’il fallait avouer que certaines fois, c’était plutôt réaliste. Après tout n’avait-il pas effrayé et choqué à vie plusieurs élèves de l’école en compagnie de son jumeau (dont Ron bien que c’était plus tôt dans leur vie, mais ça comptait tout de même !) ? Fred regarda la jeune femme un instant, visiblement elle avait l’air d’hésiter sur ce qu’il fallait faire, est-ce qu’elle comptait bien l’attaquer pour se venger, ou bien était-elle seulement encore en train de réfléchir à ce qu’elle voulait faire en ayant prit sa baguette en main ? Difficile à deviner, il savait simplement que si elle l’attaquait, il saurait sans soucis se défendre, même si bien sûr il ne le ferait pas face à une fille, après tout, il ne tenait pas à être prit pour un macho ! Mais il fallait avouer que le fait de réaliser des sortilèges et des choses de ce genre pour leurs farces avaient fait de lui et de Georges de très bons sorciers, le professeur Flitwick en personne l’avait dit lorsqu’il avait désamorcé un de leur marécage qui bloquait l’entrée d’un couloir, ce n’était pas rien que de recevoir un compliment de la part d’un professeur aussi puissant ! Mais bon, les jumeaux n’étaient pas du genre à se vanter, et il n’allait pas dire à la jeune fille qu’il pensait être meilleur qu’elle alors qu’elle ferait certainement mieux de rengainer sa baguette, ça ne se disait pas, et il ne voulait pas la vexer non plus !

« J’espère bien, après tout tu as lu notre feuille de décharge et en acceptant de devenir une testeuse, tu acceptes les éventuels risques qui y sont liés ! Mais bon, je te rassure, normalement la suite devrait être plus calme et plus abordable, du moins je pense ! »

Fred le prenait, pour lui toutes les blagues étaient assez abordables, même cette dernière qui pourtant était plutôt choquante lorsqu’il s’agissait de personnes cardiaques. Zéphyr lui fit d’ailleurs la remarque, et le jeune homme sourit en se rendant compte qu’elle avait pensé à la même chose que lui au même moment, mais ce n’était pas le moment de chercher à trouver des points communs entre eux ! Après quelques secondes de réflexions, le rouquin regarda autour de lui, encore une fois pour s’assurer qu’il n’y avait aucun moyen de vérifier qu’Ombrage n’était plus dans les parages, loin de lui l’idée que la compagnie de la jeune blonde lui était désagréable, mais simplement dans l’intention de savoir comment s’en sortait Georges avec Ombrage. En effet, la question de la jeune Serdaigle sur le fait qu’il devait déjà avoir testé sa praline lui avait rappelé son frère, car sa plus grande peur le concernait justement, mais de là à l’avouer à cette fille qui devait certainement le prendre pour une personne incapable d’un sentiment sérieux… C’était autre chose ! Le rouquin sourit légèrement avant de hocher la tête en répondant d’un ton malicieux.

« Oui j’ai testé ma praline, et Georges aussi d’ailleurs, après l’avoir fait goûter à une première année bien entendu, question de principe. Mais je dois avouer que voir des livres pousser sur le sol et des tas de devoir, ce n’est pas aussi effrayant qu’un sorcier qui vous attaque. »

Ce n’était pas vrai que la plus grande peur du jeune homme était d’avoir des devoirs, mais lorsqu’il l’avait testé avec son jumeau, c’était ce que ça avait donné. Après tout, il n’avait pas réellement envie que son frère sache quelle était la plus grande peur du jeune sorcier. Comment imaginer ça alors que tous les deux ne parlaient jamais de choses aussi sérieuses. Fred secoua soudain la tête, ne voulant pas penser à des choses trop sérieuses, puis il reporta son attention sur la jeune femme face à lui avant de sourire d’un air ravi, puis il tira quelque chose de sa poche pour le lui tendre.

« Voilà pour la suite, une praline très spéciale ! »

[ HP : Cette praline fait pousser des oreilles et une queue de lapin =p Non que je rêve de voir Zéphyr avec des oreilles de lapine, mais c'était ma seule idée j'aoue XD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Zéphyr E. Asriel

avatar

Nombre de messages : 179
Année d'étude : Serdaigle.
Poste : Élève de 6ème année.
Baguette : 25,6cm - bois de charme - plume de phoenix.
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Mer 31 Déc 2008 - 2:10

    [ HJ = T’abuses x) Au moins elle aura plus de chance avec Crockdur ^^ ]

    Zéphyr s'apprêtait à répliquer que ses forces ne la lâcheraient jamais, mais si elle commençait à divaguer de la sorte, il risquait sûrement de croire qu'elle avait eu un trop gros choc avec la farce précédente, et qu'il valait mieux s'arrêter là. Zéphyr n'en avait aucune envie, elle testait les inventions avec plaisir au fond, même si elle ne risquait pas de l'avouer pour le moment. Elle préfèrait garder ses réserves en attendant la suite, pour juger le tout lorsqu'elle aurait eu une vue d'ensemble de l'étendue du talent Weasley. Elle acquiesça de nouveau d'un geste machinal lorsqu'il continua à lui parler de la feuille de décharge et le reste. Elle le savait parfaitement, et puis elle n'avait aucune envie de s'attaquer à lui.

    La suite devait être plus calme et abordable. Ah. Tant mieux... ou bien non. Les farces et attrapes devaient sûrement être toutes plus originales les unes que les autres, et le moins que l'on pouvait dire était que les jumeaux possédaient une imagination débordante. Rien ne pouvait être destiné à être calme.
    La blondinette s’empara donc de la praline, qu’elle se mit à mâcher sans se poser plus de questions que pour les autres.

    Zéphyr sentit tout à coup une sorte de démangeaison étrange au sommet de son crâne, et haussa les sourcils, visiblement interloquée. Elle espérait simplement qu'il ne s'agisse pas d'une farce destinée à faire pousser des furoncles ou quelque chose de ce genre, car c'était tout ce que cette sensation étrange pouvait lui évoquer. Elle passa ses mains sur sa tête, sans la moindre trace d’une quelconque pustule, et elle finit par arrêter de chercher. Les effets se manifesteraient bien à un moment ou un autre. La jeune fille finit par avaler la praline, un peu décontenancée. Soudain, Zéphyr se retourna, les sourcils froncés, ayant eu la vague impression que quelqu’un venait de lui botter les fesses, et s’attendant presque à voir quelqu’un derrière elle. Après tout, elle n’aurait pas vraiment été étonnée si l’invention donnait subitement naissance à un je ne sais quoi venu lui donner une correction. Cela aurait sonné assez Weasley, dans le genre farce, non ? Bref, il n’y avait absolument personne. Elle se tourna de nouveau vers Fred, de plus en plus surprise, ce qui rendait la situation certainement comique du point de vue du jeune homme, mais un peu moins du sien. Un déchirement retentit soudain, et elle ouvrit de grands yeux, tentant d’apercevoir l’arrière de son habituelle jupe noire faisant partie des vêtements obligatoires des étudiantes de Poudlard. Zéphyr manqua de lâcher un cri en se rendant compte de la présence d’une sorte de pompon blanc touffu, qui… Mais oui, c’était une queue ! Et les démangeaisons sur sa tête…


    « Oh, si c’est ce que je pense… »


    Zéphyr avait lâché ces mots d’un air un peu choqué, et plaqua ses mains sur ses cheveux blonds, distinguant la présence de ce qui était évidemment une paire de longues oreilles de lapin. Elle haussa les sourcils, bouche bée, avant de reporter son attention sur le rouquin. Disons qu’elle ne s’était vraiment, mais vraiment pas attendue à se retrouver attifée de deux oreilles et d’une queue de lapin. Zéphyr sentit le feu lui monter aux joues, alors qu’elle tentait de tirer sur ses oreilles – les fausses, bien entendu – afin de voir si elles allaient se décrocher. Se rendant compte qu’elle atteignait sûrement le comble du ridicule, elle finit par se tourner vers Fred, toujours le même air un peu effaré sur le visage.


    « Dis moi juste que je ne vais pas me mettre à me déplacer en faisant des bonds et à réclamer des carottes, et je te dirai que ton invention n’est pas si mal, il n’y a que les points positifs de la transformation… »


    Par point positif, elle désignait les oreilles et la queue, si l’on pouvait qualifier cela ainsi. Elle passait à côté de la grosse fourrure et des moustaches. Mais le plus important était qu’elle n’avait pas l’instinct du lapin. A ce moment précis, c’était tout ce qu’elle espérait. Que la transformation s’arrête là. Faire le cobaye d’accord, se sentir légèrement humiliée, bon passait encore. Mais se comporter avec la conviction d’être un animal ne lui aurait pas plu. Elle avait déjà eu l’occasion de voir un de ses camarades de sixième année subir un tel sort, et il semblait en avoir gardé quelques séquelles. La jeune fille finit par se détendre, regrettant de ne pas pouvoir observer l’état dans lequel elle était. Histoire qu’elle aussi puisse se payer sa tranche de marrade de la journée. Non mais c’est vrai quoi, pourquoi seul Fred pouvait rire de son sort ? D’accord, elle jouait le cobaye modèle, mais tout de même. Enfin, Zéphyr finit par reprendre la parole, prenant un ton sérieux qui ne tenait que peu la route face au sourire malicieux qui montait en flèche sur son visage.


    « D’ailleurs, je suis ravie si miss Lapinou a pu contribuer à la réalisation d’un de tes fantasmes refoulés. »


    Ben quoi, il y avait de quoi faire la remarque non ? Les hommes étaient tellement bizarres parfois. Et puis, elle se vengeait comme elle le pouvait, pour le moment. En espérant qu’il ne prendrait pas l’envie à Fred de la laisser dans l’état là, où certains risquaient de se poser quelques questions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred Weasley
Jumeau Farceur *
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 29
Année d'étude : 7 ème Année
Poste : Batteur de l'Equipe de Gryffondor
Baguette : Bois de Chêne, 35 cm, Crin de Licorne
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   Mer 31 Déc 2008 - 18:32

[ Héhé, j'étais sûr que tu aimerais x) ]

Faire la blague à Zéphyr était réellement une bonne idée. Rien qu’à voir la tête qu’elle faisait en se demandant ce qui se passait lorsqu’elle était en train de subir les effets de la praline, c’était déjà une bonne rigolade de gagné ! La jeune femme se retourna certainement lorsque la queue commença à pousser, ce devait être une sensation étrange que de se voir transformer en lapine, même si Fred n’avait encore jamais testé cette invention, il savait à peu près les effets que ça donnerait. Qu’est-ce qu’il pouvait faire de plus que rigoler franchement en voyant l’expression étonnée de la jeune sorcière lorsqu’elle constata que personne ne se trouvait derrière elle ? Fred ne put plus se retenir de rigoler ouvertement lorsque la jupe de Zéphyr se mit à craquer, certainement lorsque la queue acheva de pousser. Le rouquin n’en tenait plus, il rigolait tellement qu’il en ressentait une douleur dans le ventre, au-delà de l’aspect que cela donnait à la blonde, c’était les expressions qu’elle affichait qui était les plus drôles. Le sorcier s’appuya contre le mur avant de se tenir le ventre en essayant de se retenir de rire encore plus. Les paroles d’étonnement de la jeune fille ne pouvaient pas aider le rouquin à se calmer, au contraire, cela le faisait encore plus rire. Après un petit moment, Fred réussi enfin à se calmer, et il se redressa pour regarder la jeune femme qui semblait toujours aussi étonnée. Mais voilà que Zéphyr se mit à tirer sur ses oreilles comme si elle cherchait à les arracher, en vain, forcément, c’était devenu une vraie partie d’elle-même et de son anatomie, alors comment voulait-elle les enlever ? Cela fit à nouveau rire Fred à un point qu’il n’avait pas imaginé, manquant presque de le faire pleurer de rire. Les paroles de la jeune femme n’arrangeaient rien, mais le jeune homme réussi tout de même à se calmer pour répondre.

« Oui, il n’y a que les points positifs ma chère ! Les envies de carotte, le pelage, les petits bonds, tout ça ne sont plus d’actualité avec cette invention ! Quoique les petits bonds auraient aussi pu être éventuellement intéressants, mais pour le moment dans cette version, nous ne les avons pas intégrés ! Mais je dois dire que déjà rien que les oreilles et la queue, c’est assez drôle, même franchement hilarant je dois avouer ! »

En effet, c’était déjà tellement hilarant qu’il avait du mal à se retenir de rire une nouvelle fois, regarder l’expression effarée de la jolie blonde suffisait à faire de nouveau rire le rouquin. Fred se rendit soudai compte qu’elle ne pouvait pas admirer l’aspect qu’elle avait avec ses oreilles et sa queue de lapin. Après tout, elle avait aussi le droit de s’amuser un peu dans l’histoire non ? Et elle apprécierait encore plus la blague si elle pouvait la voir directement. Fred se redressa alors avant de commencer à farfouiller autour de lui dans le bazar, il était persuadé qu’il avait demandé un miroir dans la salle ! Le voilà ! Un grand miroir d’environ un mètre cinquante, assez peu large mais qui suffirait à la jeune fille. Le rouquin le prit avant de se diriger vers Zéphyr pour le mettre devant elle, et sourire d’un air plus qu’amusé en s’adressant à elle d’une voix moqueuse.

« Voilà, tu peux admirer le travail ! Tu vois comme tu es bien en lapine ! J’avoue que ça te va mieux que ça ne risquait d’aller à Georges étant donné que lui était sensé tester ça au début. »

Sûr que ça allait mieux à Zéphyr, même si c’était plutôt bizarre de la voir avec des oreilles blondes sortir de sa chevelure, et un pompom collé sur le derrière, mais bon ! Voilà que Zéphyr reprit la parole en prenant un air sérieux alors que son visage était très amusé, Fred arborant toujours son sourire moqueur la regarda d’un air amusé. Mais ce que dit la jeune fille lui fit immédiatement perdre son sourire moqueur. Est-ce qu’elle se moquait de lui ? Elle ne pensait pas sérieusement qu’il lui avait donné ça simplement pour la voir en jolie lapine ? Fred fit une expression plus que surprise avant de répondre d’un ton très sérieux, essayant de montrer que c’était loin d’être le cas.

« Oh ! Mais non pas du tout ! Ce n’est absolument pas le pas, tu me prends pour quoi Zéphyr ? Je n’ai pas comme fantasme de te voir, toi ou une autre fille en lapine. Georges je ne dirais pas, mais moi non, surtout qu’à la base c’était à Georges de tester ça alors ! Mais bon, autant dire qu’effectivement ça te va bien, tellement bien que je crois que je vais te laisser en lapine pour la peine hé hé ! Je suis sûr que tu aurais vraiment beaucoup de succès auprès des garçons de Serdaigle ou des autres maisons ! »

Elle avait essayé de se moquer de lui et de retourner la situation pour que ça paraisse moins ridicule ou pour réussir à le gêner, même si c’était assez réussi, il n’était pas d’accord pour inverser les rôles. La jeune femme allait certainement être gênée et agacée devant cette réplique, mais Fred sourit encore plus avant de glisser sa main dans sa poche pour en sortir une praline orange, c’était la praline qui annulait les effets, mais il n’était pas décidé à le lui donner, rien que pour l’embêter, il allait la faire patienter un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |   

Revenir en haut Aller en bas
 

Testons nos Inventions ! | Privé Zéphyr |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS :: Hors-Jeu :: » Archives. -